Cent ans après leur extinction, les mutants réapparaissent. Quatre années de lutte contre des humains cherchant à les étouffer se solderont par une mystérieuse destruction de l'Institut Xavier. Trois ans plus tard, il est temps de rebattre les cartes.
 
AccueilWikiFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [7 juillet 2112] Mise à l'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
DestinSans étiquette
Dim 19 Fév - 18:37
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
C'était le grand jour, et la presse s'en était faite écho. Même si de sporadiques manifestations avaient réuni du monde en divers endroits, et parfois provoqué quelques dérapages, le procès s'était finalement mis en place. Une justice rapide. Expéditive, disaient ses détracteurs. Châtier un coupable, qui avait été tout trouvé. Mettre fin à la terreur d'un mutant, qui servait avant tout de bouc émissaire.

Le tribunal de New-York frémissait d'une tension palpable, et de plus en plus électrisante à mesure où on s'approchait de la grande salle des audiences criminelles. Il s'agissait d'une vaste pièces, au carrelage noir et blanc dessinant la balance de la justice surmonté d'un preux slogan qui avaient probablement été maintes fois piétiné, et pas seulement par les visiteurs, avocats, procureurs, accusés, relaxés...

L'entrée était surveillée par des policiers en uniforme et armés, et la même garde était installée à des points stratégiques de la pièce. Le jury, trié sur le volet par l'accusation, était constitué de personnes assez âgées, afro ou hispano-américains, dont l'un portait carrément une petite croix en sautoir.

Destinés au public, sept rangées de bancs de bois élimés s'alignaient derrière la barrière de séparation avec les parties. Déjà, ils étaient assez remplis. Badauds, journalistes, quelques caméras, et sans doute quelques regards perçants qui attendaient non sans une certaine impatience de voir quel serait le verdict.

Et de l'autre coté de la barrière, l'honorable juge Michelle Gladstone, l'air sévère et imposante dans sa robe noire et son carré strict couvrit de sa voix le tumulte ambiant.

"J'appelle à présent l'affaire de l'état contre M. Kenneth O'Connell, accusé de meurtre avec préméditation et usage de pouvoir mutants, vol, actes de barbarie, à l'encontre du Révérend Jackson Duncan, en l'église Notre-Dame-De-L'Espoir-Perpetuel à Harlem le 17 juin de cette année."

Suscitant murmures de réprobation, et quelques huées rapidement calmées par de vigoureux coups de marteau de la juge, l'accusé entra, hirsute et mal rasé, en pyjama orange de prisonnier, et enchaîné aux poings et aux pieds, sous l'escorte de deux agents de police qui n'avaient rien à envier au champion de bodybuilding de l'année. Il fut installé à coté de son avocat, un jeune homme blond à l'air dans la Lune, et se contenta de regarder ses pieds sans rien dire. Le procureur se leva pour décrire les faits, avec des raffinements d'effets de manche et de détails chirurgicaux sordides dans l'horreur.
Rebecca HughesGanymède : Sympathisant
Dim 19 Fév - 19:13
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
Depuis son arrivée à New York, Rebecca avait eu mille et une choses à faire. D'abord, elle s'était enrôlé - était-ce le bon mot? - chez Ganymède et c'était trouvé un emploi de paramedic. Il lui avait aussi fallu expliquer sa raison pour déménager à New York, loin de sa famille et de ce qu'elle connaissait. Elle menti ouvertement à son patron et ses collègues, jurant qu'elle avait besoin de changer d'air comme l'avait fait son dernier partenaire, mais put se vider le cœur et dire la vérité à ses parents qui la supportèrent dans ses démarches. Il lui fallut toutefois les empêcher de venir avec elle à New York pour l'aider à s'y installer et heureusement elle y arriva. Il ne lui restait plus qu'à trouver un appartement, mais elle était confiante que tout s'arrangerait sous peu. En attendant, elle squattait dans la station et chez des collègues de travail prêt à lui prêter un lit ou un canapé contre un petit-déjeuner.

Depuis son arrivée à New York, elle avait déjà été exposée à des choses qu'elle n'avait jamais vue auparavant. Des meurtres, des vols et des accidents plus que dans ses cauchemars les plus fous...Mais malgré tout cela, ses collègues ne parlaient que d'une chose: des premiers arrivants sur la scène du meurtre du Révérend Duncan. Le meurtre de l'été. Elle connaissait ceux qui avaient été premiers répondants sur la scène. "Du sang et des tripes partout" disaient-ils. "Comme si le pauvre révérend avait explosé de l'intérieur." racontait-on. Rebecca fut immédiatement interpellée par la description de la scène de crime. Le souvenir du braquage de banque était encore frais dans sa mémoire et même si les meurtres étaient différents, ils avaient tous deux été commis par des mutants...sans doute.

Le jour du procès, Rebecca se demanda si elle voulait vraiment y assister. D'après ce qu'elle avait lu dans le journal, le suspect était un mutant qui n'était pas tout à fait bien dans sa tête. Avait-il été maltraité comme Mike? Et s'il était innocent? Peut-être avait-il été témoin du meurtre...Dès qu'elle eut terminé son quart de travail, elle ne prit même pas la peine de se changer et arriva au tribunal en uniforme. Elle se faufila entre les curieux et se hâta vers les bancs réservés au public. Elle se trouva une place libre non sans mal et s'y assit en poussant un soupir. En attendant le commencement du procès, elle jouait avec ses doigts tremblants pour essayer de se calmer. C'est donc comme cela qu'elle se serait sentit lors d'un procès de sorcière à Salem. Sorcière assistant au procès d'une sorcière.

À l'entrée de l'accusée, elle sentit une vague de pitié l'envahir. Elle ne savait pas s'il était coupable ou non, mais de le voir ainsi, mal rasé et vêtu de orange, elle sentit son cœur se serré. Les murmures et les huées se déclenchèrent dans la salle et Rebecca serra les poings. Il n'avait pas été déclaré coupable encore...qu'ils se taisent!


"Vos gueules..." murmura-t-elle entre ses dents serrées à l'intention des imbéciles qui huait l'accusé.

Dean CaselyExistenz : Partisan
Lun 20 Fév - 23:12
avatar
Existenz : Partisan
Voir le profil de l'utilisateur
Les procès n'étaient pas vraiment la tasse de thé de Dean... D'habitude, soit il payait son avocat en lui disant de se débrouiller, soit il payait directement l'adversaire. Et si celui-ci ne voulait pas entendre, et bien... Il lui offrait un verre. En toute réconciliation.

Mais celui-ci était un peu spécial... Les États-Unis se vantaient d'être l'intégration et tout le blabla politicien classique qui allait avec. Sauf que là, c'était un meurtre, et manifestement, les médias avaient pris parti, de même qu'une partie de la population. Forcément, les martyrs, c'était toujours le bon plan pour rallier à la cause. La République Fédérale ne s'y était d'ailleurs pas trompée, avait-il entendu.

Dean était donc venu voir comment on rendait la justice aux mutants dans ce beau pays que sont les États-Unis. Sans spécialement se faire d'illusions, d'ailleurs, mais cela aurait au moins des vertus éducatives. Il s'installa sur un banc à coté d'une femme en uniforme de secouriste. *C'est au cas où quelqu'un ferait un malaise ou essaierait de lyncher le mutant ?*, se demanda-t-il en la regardant un instant.

L'accusé arriva, deux points pour les précautions. Genre des chaînes et des malabars, ça arrêtait les mutants... Quoique, celui avait peut être pour unique pouvoir de faire des arcs en ciels dans ses yeux... *Il fait peine à voir le gros... Un coup de coiffeur, un coup de rasoir, un costard, et j'en ferais presque un représentant de commerce...*, commenta-t-il intérieurement alors que les huées se faisaient entendre.

*Riez mes agneaux, riez...*, songea-t-il en posant son regard glacé sur quiconque s'avérer trop militant dans le tribunal, puis vers Rebecca. Sa réaction l'avait surpris.

"Attention aux partis pris... Ce n'est jamais très bon dans ce genre d'endroit...", marmonna-t-il à son intention.
Rebecca HughesGanymède : Sympathisant
Lun 20 Fév - 23:44
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca fut surprise d'entendre une voix d'homme s'adresser à elle. Avait-elle parler si fort que cela? Elle qui ne voulait qu'évacuer un peu de vapeur...et pensait que ses paroles seraient enterrées par les huées. Les joues rougissante, elle tourna la tête vers son voisin en faisant bien attention de ne pas croiser son regard. Elle ne voulait pas voir son expression ou savoir s'il était insulté ou fâché...Elle pencha la tête vers l'homme et s'excusa à voix basse:

"Il n'est pas question de de partis pris; les huées, ça me dégoute. Mais je m'excuse, c'était déplacé..."

Elle soupira en jetant un coup d’œil autour d'elle et se redressa rapidement. Elle tourna discrètement la tête vers son autre voisin pour voir s'il ou elle l'avait entendu également. Cela la surprendrait, mais ne sait-on jamais... Elle posa ses deux mains sur ses cuisses et recommença à jouer avec ses doigts. Son cœur s'était mis à battre la chamade lorsque l'inconnu lui avait adressé la parole, et ne semblait pas être prêt à ralentir. Son portable vibra dans sa poche, la sortant de ses pensées. Elle ne vérifia pas le numéro et ne prit pas la peine de décrocher, fermant la sonnerie et laissant l'appel se rendre à sa boîte vocale. En remettant son appareil dans sa poche elle glissa un regard vers son voisin. C'était un jeune homme...Il avait l'air plus jeune qu'elle. Que faisait-il à un procès? Rebecca étouffa un bâillement. Son quart de travail la rattrapait tranquillement...
InvitéInvité
Ven 24 Fév - 1:11
Enfin LE grand procès. Celui dont tout le monde nous brassait les oreilles à longueur de journée à la télé, dans le journal, sur internet, aux soirées, au boulot, entre potes, dans la rue… Partout ! Bon, le Yun avait eu une place spéciale malgré tout en découvrant le carnage de ses propres yeux. Y'avait de quoi rendre ses tripes !

Alors ce putain de procès, il allait pas le louper, juste pour voir la gueule du type concerné et voir un peu la haine anti-mutante resurgir des nobliaux, belles dames, nobles sangs, bien pensants. Kanata s'était donc ramené avec le visage d'un homme noir assez musclé en jean classique avec un t-shirt blanc moulant pour bien faire ressortir les pecs.

Le plus marrant, c'était même qu'il avait vu Dean qui rentrait dans la salle. Sans ménagement, le jap s'était tapé l'incruste, bourinant un peu les gens pour rattraper le camarade du parti. Par contre, mauvaise pioche, c'était tellement blindé qu'il avait été obligé de se poser sur un banc juste derrière lui. Sans se déclarer, Kitsune avait écouté les paroles du juge qui marquaient le début du procès.

Kenneth O'Connell. O'Connell ? Ca lui disait quelque chose. C'était pas l'Irish pub prés de chez lui ? Non… Ken O'Connell… Ken. Ken ?! Oh putain ! Le Yun avait était lent à comprendre et ne manqua pas de le faire partager à Dean en se penchant vers lui après avoir raccroché sa mâchoire. " Putain mais je le connais lui ! Ken ! " Sa grosse voix le ramena à la réalité. Il avait presque oublié. " Heu. C'est Peterson. " C'était p'tête utile de préciser. Le métamorphe jeta un oeil vers Rebecca, suspicieux avant de reprendre pour le membre du parti. " J'étais avec lui. Josh aussi le connait. Et Mat'. Je connais un max de trucs sur lui. Et je sais que c'est pas le genre de mec qui est un assassin… " Qu'est ce qu'il foutait là ?

Pour un ex membre des JustiX, c'était quand même bien paradoxal ça ! Il avait une sale gueule. Se tordant dans tous les sens, Kanata essayait de le reconnaitre malgré la barbe et les cheveux en vrac. Et le blond près de lui, son avocat… C'était Sven ? Le mec qui l'avait sauvé de l'île aux jeux mortels ? Non… C'était pas possible. Le Yun continuait à se tordre pour essayer de voir le blond de façon plus précise et voir s'il le connaissait bel et bien.
Maiffa InèsInstitut : Élève
Ven 24 Fév - 13:54
avatar
Institut : Élève
Voir le profil de l'utilisateur
*Alors c'est ça un procès ? Je m'attendais à un endroit plus calme... Bien fait de me ramener en Burqa moi, autrement ça aurait chauffé pour mes fesses...*

Maiffa, consciente de quelques indices laissé échappé par un demeuré de L&M ( elle ne savait plus son nom... Ah si, c'était le père de Alexander. C'était pour une histoire de presse tout ça. Elle comprenait pas trop toute cette énergie donnée par tout ces gens pour faire le maximum de publicité possible au lieu d'essayer de comprendre les faits. Ca été retransmis dans les différentes presses et média, alors elle n'a pu rien raté. Le tueur était certainement fou, mais le fait qu'il semble entendre des voix est tout aussi étrange. Se peut il que les deux protagonistes de ce meurtre soit des victimes de Protagoras ? L'avocat avait aussi parlé d'une photo d'une fille ainsi qu'un certain goût pour le masochisme, quoi qu'il en soit, deux choses sont clairs :

-Si ce mec est devenu réellement fou, il ne doit pas aller en prison, mais à l'asile. De même, essayer d'exécuter un mutant sans savoir ses pouvoirs est idiot.
-Si le procés est expéditif, elle va rater un maximum d'information, il faut qu'elle se tienne prête à protester le cas échéant, même si c'est peine perdu...

Habillée de sa burqa noir qui lui couvrait presque tout le corps, Maiffa attendit de voir le dénommé Kenneth quand un grand noir, assis à côté d'elle laissa échappé une exclamation de surprise. Selon lui, il n'aurait pas l'âme d'un assassin et qu'en plus, il connaît Josh aussi. Peut être était ce le même ? Intéressant. Se penchant doucement vers l'homme, elle murmura pour éviter de se faire entendre d'éventuel curieux.


"Excusez moi, j'ai déjà aperçu un certain Josh ainsi qu'un peu parlé à monsieur Mathéo... et je me demande du coup si vous ne parliez pas de ces personnes... On parle bien de membres d'Existanz non ?"
Jay SirianInstitut : X-Men
Dim 26 Fév - 14:52
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Ayant eu vent du procès d'un mutant, Jay y était allé, plus par curiosité qu'autre chose. Il ne s'était pas vraiment intéressé à l'affaire jusqu'à présent, mais après les recherches d'Alex et Kala, il se rendait comte que les mutants étaient souvent punis pour rien ou utilisés.
Il était alors allé au procès pour voir qui était ce pauvre mutant coupable, pour voir à quoi ressemblait un vrai mutant coupable.
Voyant Maiffa dans le tribunal, il s'installa à côté d'elle.

Lorsqu'il entendit le nom du "coupable", son sang ne fit qu'un tour.

**KEN ? Mais c'est pas possible**

Il avait bien sûr perdu Ken de vue, mais il n'avait pas le profil d'un coupable, même si là, il n'était pas à son avantage, loin de là d'ailleurs.

Jay regarda tout autour de lui, mais ce n'était pas possible de faire une évacuation, une évasion ou une prise d'otage. Il ne pouvait pas le sauver pour l'instant.

**Allez Ken, bouge-toi, ils ne peuvent pas te tuer...**

Il se pencha un peu, pour parler avec Maiffa et l'homme à ses côtés en murmurant, même s'il se demandait comment l'homme pouvait connaître Ken.

-Il ne peut pas être coupable, je suis d'accord avec toi là-dessus. C'est qui l'avocat incapable là ?

Jay était énervé, mais il ne pouvait vraiment rien faire, si ce n'était d'avoir des informations pour espérer le libérer plus tard.
Dean CaselyExistenz : Partisan
Dim 26 Fév - 16:11
avatar
Existenz : Partisan
Voir le profil de l'utilisateur
"Pas de problème. Ça m'écœure aussi. Qu'ils s'étouffent donc avec leur bien-pensance, leurs préjugés et leur entre-soi."

Une grosse voix proférant des gros mots eut tôt fait de faire frémir l'échine de Dean, qui dut se retenir pour ne pas envoyer une bouffée de gaz asphyxiant à l'importun, mais il ne valait mieux pas jouer ses cartes trop tôt. Il se retourna un instant, regardant le nouvel avatar de Peterson d'un air bovin, et burqa-girl d'un air consterné, puis répondit au même Peterson.

"Si tu veux le fond de ma pensée, dans cette cour, on s'en fout un peut qu'il soit un assassin ou pas, et encore moins qu'il soit le coupable ou non. Dans l'immédiat, c'est juste un mec qu'on livre en pâtures aux anti-mutants pour servir d'exemple. La vérité est restée aux vestiaires avec la dignité de ce pauvre mec."

C'était peut être un peu tôt pour rendre un verdict, d'autant que les choses n'étaient peut être pas encore jouées, mais pour Dean, c'était clair, ce procès était une mascarade. Ce n'était néanmoins pas rassurant pour deux sous... Quiconque connaissait Dean un temps soit peu aurait su lire dans son regard que le coup de marteau final de la juge n'allait sans doute pas clôturer l'affaire.
Mina KovacsInstitut : X-Men
Dim 26 Fév - 16:19
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Mina avait elle aussi entendu du procès d'un mutant qui défrayait la chronique. Qui était il? Un de leurs confrères disparus? un ancien de l'institut ou encore l'un de ceux qu'ils avaient eu l'occasion d'affronter au cours de leurs missions...

Par curiosité, elle était aussi venue au procès avant de se rendre compte que Maiffa et Jay aussi étaient là. Ils avaient eu la même idée tous les trois. Elle se posa à côté d'eux.

Ah le temps des Lex.. Qu'il lui manquait... Autant que le temps de Nexus et les conseils de Cassandre, la belle aveugle. Il y avait beaucoup d'elle en Mina au final.

Puis elle percuta pas tout de suite au nom du mutant qui était accusé, mais voyant la tête de Jay, tout un tas de souvenirs affluèrent en elle... Ken. Ken l'amoureux de Rachel. L'homme idéal. Son ancien coéquipier des LATEX, même s'ils n'avaient pas été dans cette équipe très longtemps.

***Ken? Mon dieu! Pourquoi!***

Qu'avait il fait dejà... Mina regretta pour le coup de ne pas avoir plus suivi les médias. Comme à son habitude ça lui passait au dessus. Mais pour le coup ça la toucher directement.

Jay dit un truc à Maiffa.

Evidement qu'il n'était pas coupable mon cher Jay. Et son avocat et bien....
Elle se pencha à son tour vers ses deux camarades.

"On doit faire quelque chose..."
Rebecca HughesGanymède : Sympathisant
Lun 27 Fév - 16:26
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca pouffa de rire et soupira de soulagement lorsque Dean partagea son point de vue. Elle hocha la tête pour montrer qu'elle était d'accord avec ses paroles, mais ne put s'empêcher de sourire à la façon toute simple avec laquelle il avait prononcé sa remarque. Son regard se fixa sur l'avocat du pauvre mutant qui semblait prêt à donner tout ce qu'il avait pour ne pas être ici en ce moment. Il avait sûrement été assigné à l'accusé par la cour. Défendre un mutant meurtrier dans un procès très médiatisé: pas vraiment le rêve d'un avocat...surtout lorsque le mutant en question est quasiment certain de perdre sa cause. Pendant ce temps, les gens assis derrière elle se mirent à s'agiter et à discuter. Apparemment ils se connaissaient tous...et son voisin de siège en connaissait quelques un également. Rebecca savait qu'elle ne trouverait personne qu'elle connaissait ici, c'était évident! Elle ne connaissait que ses collègues à New York et ses derniers avaient clairement exprimé qu'ils ne souhaitaient pas assister au procès après avoir vu le corps du pauvre Révérend. Les paroles d'un homme noir plutôt baraqué attirèrent l'attention de Rebecca et la sortirent de ses pensées. Il connaissait O'Connell! La jeune femme tourna la tête pour l'observer et écouter la réponse de Dean:

"Une tête sur un piquet."
commenta-t-elle, dans un soupir.

Son regard se posa sur une jeune femme en burqa et Rebecca ne put s'empêcher de lever des sourcils étonnés. Elle jeta un coup d’œil aux autres qui semblaient se connaître et connaître l'accusé par curiosité, et leur envoya un sourire poli. Elle redirigea ensuite son attention vers la cour et la scène qui se déroulait devant l'assemblée. Après tout, elle savait que ce n'était pas poli dévisager les gens...surtout un mec baraqué de la sorte qui pourrait la mettre au carreau assez rapidement et une femme en burqa qui doit être bien ennuyée qu'on la fixe tout le temps. Rebecca tourna la tête vers Dean et lui demanda discrètement:


"Vous croyez vraiment ce que vous venez de dire? Que ce n'est qu'un cirque, un spectacle médiatique?"

Rebecca était un peu inquiète de la réponse parce qu'elle avait peur, elle aussi, que ce soit en effet le cas. Si c'était vraiment le cas, peu importe l'issue du procès, le mal était déjà fait. Même si Ken O'Connell était libéré et jugé innocent, il sera marqué au fer pour le restant de ses jours: Mutant dangereux.

InvitéInvité
Mar 28 Fév - 1:08
Pas moyen d'être peinard, même quand on parlait avec quelqu'un. Fallait qu'il y ait une personne qui se ramène pour les interrompre. avec une burqua, ici. Ha bha bien. C'était pas interdit ce genre de truc dans un tribunal ? Genre cacher le visage c'était mal ? Et puis de quoi elle se mêlait celle-là d'abord ? " Nan t'occupes. " lui lança le black de façon un peu agressive. Genre elle se tapait l'incruste miss serpillère. Normal quoi.

Et voilà que y'en avait un autre qui croyait bon de lui causer. Le gros black baraqué, c'était l'image même du type social avec qui on veut copiner ou quoi ? Kanata tourna la tête vers l'opportun qui n'était personne d'autre que… Jay. Putain. Mais il était au courant que c'était Ken qui était là, ça pouvait qu'être ça. Sinon pourquoi une telle concentration d'anciens de l'Institut ? Bon en plus, on pouvait pas dire qu'ils s'entendaient vraiment bien aux dernières nouvelles. Alors l'air de rien, il fit semblant de pas avoir capté la question sur l'avocat.

Dean répondit que pour lui, tout ça était juste une comédie anti-mutante. "Carrément." Ca aurait probablement été le bon moment pour proposer de faire quelque chose mais avec tous les clampins autour qui se mêlaient de ce qui les regardaient pas, c'était peut être pas le meilleur endroit pour parler de ce genre de trucs.

Pire, il y en avait encore une autre de l'ancien Institut ! Mina. " Putain mais vous êtes combien ? " ne put s'empêcher de demander le Yun à l'attention de Jay et Mina. Le jap transformé regarda autour de lui pour essayer de voir si y'en avait d'autres. Apparemment non. Et puis après, une autre fille en uniforme questionna Dean sur tout ça. " Bha évidemment que c'est vrai. T'as les mutants normaux d'un côté, et comme partout t'as quelques brebis galeuses. Du coup on veut flinguer le troupeau. Et encore, mauvais diagnostique pour Ken. L'est pas galeux le bougre. Loin de là. " Consterné, Kitsune croisa les bras et s'enfonça dans son siège, attendant la suite des évènements.
Maiffa InèsInstitut : Élève
Mar 28 Fév - 1:34
avatar
Institut : Élève
Voir le profil de l'utilisateur
Et ben, quel vulgarité ! Non mais oh, pour qui il se prend le gros là ? La jeune hybride pourrait sans doute le retourner en moins de deux, mais là, on était en plein tribunal et surtout cerné d'anti mutant, donc elle n'en dit rien. Deux de ses camarades arrivèrent peu après, Jay lui demandant quelque chose pendant que Mina disait qu'il fallait se bouger. Elle n'avait peut être pas tord, mais elle, elle ne connaissait pas ce Ken. Et si il était devenu réellement fou ? On a aucune preuve. Serrant des dents un moment pour se calmer, la jeune égyptienne faisait néanmoins rapidement tourner ses méninges. Faire quelque chose... Commence d'abord par répondre à tes copains...

"Le blond là bas, je le connais pas... Mais l'un des incapables qui s'occupait de l'affaire était le père d'Alex... Bon celui là, il se la ferme, il est pas mieux. Pour ce qui est de faire quelque chose... Regarde bien Mina. On a choisit un avocat a qui on a demander de ne rien dire, on a choisit des jurés bien spécifique alors que normalement, c'est pas le hasard qui doit choisir ? A mon avis... Si on l'ouvre on va se faire sortir..."

Oui... tout à été prévu pour que cela soit réglé rapidement et qu'ensuite, grâce à l'autre procureur, qu'on ai un bon article de journal pour grand mère. Et si l'autre pouvait éviter de parler des mutants comme s'il s'agissait de bovin qu'on embarque pour l’abattoir la plus proche, ce serait cool.

"Tu pense qu'on peut se faire passer pour des associés de L&M Mina ? Jay en plus il a le profil et il a certainement plus de gueule que l'autre... Faudrait qu'on se lève et qu'on demande à voir des preuves, qu'on crie au vice de procédure... Ou qu'on ralentisse le tout."

Le seul problème à ces mesures, c'est que s'ils échouent, les mutants auront encore plus de plomb dans l'aile niveau presse...
Mikasa AckermanInstitut : Élève
Mar 28 Fév - 12:17
avatar
Institut : Élève
Voir le profil de l'utilisateur
Curiosité morbide. C'était la seule raison de la présence de Mikasa en ces lieux, en c moment, observant avec son apathie habituel ce lynchage médiatique que l'on essayait de faire passer pour un procès équitable.
Aurait elle été capable de s'autoriser à dévoiler correctement ses émotions en public, elle se serait mise à rire je pense, un grand rire, venant du fond de l'estomac, joyeux, vivant, réel. Car tout ceci n'était pas possible n'est-ce pas ? Cette tension qui la rendait malade ? Ces gens autour qui semblaient autant scandalisés qu'affamés de sang...
Non tout ceci ne pouvait être possible.

Depuis son arrivé dans cette ville elle avait pris grand soin de limiter ses déplacements extérieurs à l'académie à quelques lieux seulement, magasin de vêtements, le marché et la plage. Un petit rythme s'était même installé dans sa façon de se déplacer... Cependant, depuis le début de cette affaire, elle avait été curieuse, maladivement curieuse mais elle avait toujours réussit à s'éloigner des zones à problèmes de cette histoire.
Jusqu'à aujourd'hui.
Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle était là outre une curiosité morbide. Les quelques autres membres à l'Institut qu'elle avait croisé en passant semblaient n'avoir que ce procès comme sujet de conversation. Et donc, probablement influencée par toutes ces conversations, elle s'était dirigée vers cette salle, conservant une attitude parfaitement réservée, assise les jambes croisés, ses mains sur sa jupe, bleu, alors qu'elle écoutait la plaidoirie se faire.

D'instinct... Ouais c'est ça. En arrivant elle avait soigneusement scannée la salle du regard avant de s'asseoir à proximité des personnes qui n'allaient pas la mettre mal à l'aise. Don exit les hommes, les personnes suspectes ou les agressifs qui bavaient à l'idée de voir su sang.
Confortablement installée dans le banc se trouvant devant le groupe d'individus un peu particulier, comprenant un géant noir, un asiatique, une femme en burqa et... D'autres personnes.
Ils n'étaient pas spécialement discrets.
Elle ignorait si d'autres qu'elle entendait la conversation qu'ils partageaient mais, pour sa tranquillité d'esprit, elle espérait bien que non. Sinon il était fort probable que les ennuis allaient s'accumuler.
Mina KovacsInstitut : X-Men
Mar 28 Fév - 16:18
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Bon effectivement l'individu qu'elle ne connaissait pas, ou ne reconnaissait pas, fit une remarque des plus interessantes. Bien sur que cela semblait être une parodie de procès. Avec les mutants d'un côté et les autres de l'autre. Qui était il?

Il semblait les connaître leur posant même une question intime.

"Excusez moi mais vous êtes qui? On se connait monsieur?"

Puis Maiffa lui expliqua ce qu'elle pensait. Ca tenait à peu près la route, mais il fallait peut être attendre d'en savoir un peu plus, quitte à foutre le brin dans la sèance.

"Ton idée est pas mauvaise Maiffa, mais laissons les finir d'énoncer tout ce qu'ils ont contre lui que l'on puisse réagir à bon escient..."
Jay SirianInstitut : X-Men
Mer 29 Fév - 19:21
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Jay voulait agir, sans trop savoir comment faire. D'ailleurs, Maiffa et Mina semblait vouloir agir aussi, sauf qu'il n'avait pas l'ombre d'un plan pour l'instant.
Il répondit tout de même à Mina, elle voulait faire quelque chose après tout.

-On peut pas agir, on ne va pas débarquer en plein milieu d'un procès en plus. Même un vrai avocat ne pourrait pas le faire.

Il haussa ensuite un sourcil étonné lorsque le black leur demanda combien ils étaient. Comment pouvait-il savoir qu'ils étaient tous de l'Institut ? Ce n'était pas marqué sur leur tête pourtant.

**Va falloir faire gaffe à celui-là...**

Par habitude, Jay préférait se méfier des personnes qui semblaient le connaître sans que lui les ait jamais vu, valait mieux ça que finir dans une cage en cobayes.

En y réfléchissant, il était pour l'idée de les ralentir, il ne savait juste pas encore comment. Ils étaient mutants, ils avaient des pouvoirs, ils pouvaient sûrement faire quelque chose pour empêcher ce stupide procès d'aboutir.
Il pensa à un moment à faire voler tous les papiers, histoire de foutre le bordel, mais les anti-mutants crieraient vite au scandale et la salle risquerait d'être vidé. Ça n'aiderait en rien.

-Maiffa, je doute que ça puisse marcher. Sur ce coup-là, je suis d'accord avec Mina, on va attendre encore un peu.

À leur côté, l'homme parlait avec deux autres personnes. Ce procès ne semblait pas être un endroit calme et serein, tout le monde semblait vouloir y aller de son petit commentaire. Ça risquait d'être pire lorsque le verdict serait rendu.
FortuneSans étiquette
Mar 6 Mar - 12:15
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
La Présidente avait vu plutôt d'un mauvais œil l'arrivée de Mina puis celle de Maiffa. Elle tempêta :

"Je remercierais la... créature ailée et la jeune femme à la Burka de bien vouloir quitter la salle pour des raisons de..."

Elle semblait hésiter et cherchait ses mots.

"Pour des raisons de sécurité publique. Ce procès doit se passer dans le calme. Il ne s'agit en aucun cas d'une foire quelconque"

L'avocat de Ken se contenta de sourire bêtement tandis que le Procureur opinait vigoureusement du chef. Quant aux membres du services de sécurité... Ils étaient tout simplement tendus.

Le Procureur sans même attendre l'éventuelle réaction des deux mutants se leva et prit la parole :

"Le crime qui nous occupe aujourd'hui, Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les Jurés, démontre à la perfection la nécessité de réformer nos institutions de toute urgence : cet individu..."

Il désignait Ken du doigt.

"Cet individu, ce monstre, a commis - sans nul doute possible - des actes d'une cruauté et d'une gravité sans précédent"

Il marqua une pause.

"Et ces mêmes actes n'auraient pu être commis sans l'erreur - l'aberration - génétique dont il est affublé. Nous ne devons pas juger cette personne, Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les Jurés, de la façon dont nous jugerions l'un de nos concitoyens, mais à la façon d'une bête sauvage. Et à la façon du chien enragé que nous euthanasions sans autre forme de procès, je requiers qu'il en soit ainsi décidé dans l'affaire..."

Le Procureur s'éclaircit la voix. Les visages du jury démontrait à la perfection que son intervention avait été plutôt bien accueilli.

Il reprit :

"Quel intérêt pour la société que cet homme qui a pris - sauvagement - la vie de l'un des membres les plus éminents de notre communauté ? N'ai je point entendu que dans les lieux les plus autorisés circulait une pétition pour faire de lui un Saint ?"

La suite du réquisitoire était dans le même goût : Ken était coupable, sa victime était une sainte, la culpabilité ne pouvait conduire qu'à la chambre à gaz...
Dean CaselyExistenz : Partisan
Mar 6 Mar - 15:05
avatar
Existenz : Partisan
Voir le profil de l'utilisateur
*Et blablabla, et blablabla, et blablabla... Non mais ils ne la bouclent jamais ceux-là ?!*, songea Dean, exhalant un soupir d'exaspération qu'il avait -dans sa grandeur d'âme- dénué de tout gaz suffoquant.

Il lui fallait néanmoins tendre l'oreille. Manifestement, il s'agissait de mutants, qui manifestement, connaissaient l'accusé, et qui manifestement avaient envie de faire quelque chose. Pour qui roulaient-ils ? Ganymède ? L'Institut ? Ils semblaient connaître Peterson... Ou plutôt non. Peterson semblait les connaître. Donc plutôt l'Institut.

*Comble de l'ironie : les chevaliers blancs de l'Institut qui prévoient de foutre le bazar à une audience de justice.*, pensait-il en arborant cette fois un sourire empli d'une malsaine raillerie.

La juge virait la harpie et Burqa-girl. La raison était à peu près rationnellement compréhensible, bien que profondément discriminante. Dean avait l'air, quelque part, satisfait de cela. Était-ce juste parce qu'il voulait aussi s'en débarrasser, ou bien parce qu'il avait perdu toute hésitation quant à la catégorie à laquelle appartenait l'honorable présidente de séance ?

"T'as raison ma grosse. Vire les inoffensifs. Les autres t'attendront à la sortie...", marmonna-t-il entre ses dents, se reprenant rapidement en réalisant qu'il avait en fait pensé tout haut. En espérant que personne n'ait remarqué, dans les chuchotis de ses voisins, et la plaidoirie de l'accusation, brillante et convaincante. Dean se serait pour la peine presque fait lui même l'injection léthale.

Son visage ne montrait néanmoins pas le coté comique ou ironique de la chose. Mais plutôt une froide et terrifiante détermination quant au destin de ce procureur -et des jurés, pour faire bonne mesure- à brève échéance. Et puis la juge avec, tant qu'à y être.

"Toi mon gars, on peut dire que tu sais te faire des amis...", commenta-t-il discrètement, tant pour souligner le talent de l'accusation à se mettre les jurés dans la poche (version officielle) que pour accuser bonne réception de l'acte de suicide que le procureur venait de signer.
Mina KovacsInstitut : X-Men
Ven 9 Mar - 1:34
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Bon bon bon, clairement la présidente n'était pas de leur côté. A vrai dire le jury n'avait pas l'air de leur coté non plus, ni l'avocat et encore moins le procureur. Le pauvre Ken, son ex-coéquipier semblait destiné à une sentence affreuse.

Et voilà que la présidente leur tenait un propos outrageusement fasciste. Mina se leva donc sans sourciller, elle se pencha vers Maiffa et Jay.

"Je vais appeler Georgia..."


Elle s'éclipsa discrètement dans l'antichambre de la chambre criminelle. Devant la porte où attendait quelques hères et autres personnes susceptibles de faire l'objet d'un procès.

La harpie prit son téléphone et contacta la directrice de l'institut. Son amie. En espérant qu'elle réponde à son téléphone afin de lui expliquer la situation, le procès déjà joué pour le pauvre Ken et tout le reste... En espérant qu'elle puisse faire quelque chose...


Dernière édition par Fondateur le Ven 9 Mar - 14:27, édité 1 fois (Raison : Résolution faite)
Maiffa InèsInstitut : Élève
Sam 10 Mar - 13:46
avatar
Institut : Élève
Voir le profil de l'utilisateur
La jeune hybride féline hocha doucement la tête pour répondre à ses camarades peu avant que la juge intervienne pour demander à elle et à Mina de partir. Là ça commençait vraiment à faire beaucoup pour elle, alors comme ça on veut faire preuve de racisme pur et simple ? On veut revenir quelques siècles en arrière comme à l'époque de la chasse aux sorcières ou à la ségrégation raciale envers les noirs ? Mina se leva pour aller appeler Georgia, mais l'égyptienne resta sur sa chaise pour écouter le procureur. Serrant les dents, elle envisagea de s'énerver et d'envoyer valser le branleur qui était censé défendre l'accusé, mais elle avait une autre idée. Qu'importe finalement qu'elle se fasse coffrer pour outrage à la cour, il faut au moins qu'elle réagisse. Elle se leva à son tour, mais pas silencieusement, d'une voix calme et posé, elle commença à parler à son tour.

"Pardonnez moi votre honneur, je porte ça pour éviter de mettre qui que ce soit mal à l'aise, compte tenu des circonstances. Mais on dirait que ça a provoqué le contraire, alors je vais l'enlever..."

Heureusement qu'elle portait des vêtement en dessous pour la peine... Enlevant sa bouche de tissu en trop, la jeune fille révéla sa véritable nature.

"Et ce serait moins la foire si ce ne serait déjà pas le cirque, sauf votre respect, à vous et au procureur, depuis tout à l'heure, on entend beaucoup de discours mais aucune preuve n'a encore été présenté. Que du pathos, du sentimentalisme comme on en voit dans les séries télévisés mais aucune preuve concrète de la culpabilité de O'Connel. De plus je doute que les jurés ai été choisit de manière impartiale... De même pour l'avocat de la défense. J'espère qu'il travaille bénévolement pour l'effort qu'il donne à cette audience pour la démonstration de son travail.

Je doute même que condamner un individu censé être mutant dont on ne connaît même pas la capacité puisse faire quoi que ce soit. Pire, j'ai peur que ces meurtres continuent si on ne procède pas à une investigation poussé. Je me doute que le massacre d'un homme qui semble juste et bon puisse pousser à la colère et à la haine, mais je ne pense pas que ce soit la bonne solution.

Quoi qu'il en soit, il faudrait au moins une preuve... Est ce que vous avez ça au moins ?"
Rebecca HughesGanymède : Sympathisant
Sam 10 Mar - 16:09
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca redirigea son attention vers ce qui se passait à l'avant. De toute façon, ce n'était pas vraiment comme si quelqu'un allait lui faire la conversation. Et puis le cirque commençait à l'avant. Lorsque la juge demanda à la femme à la Burka de quitter, la jeune femme eut un petit sourire déçu. Elle s'attendait à ce qu'elle se fasse escorter à l'extérieur, parce qu'on ne sait jamais ce qui se cache en dessus de ça, mais elle pensait qu'on l'aurait fait discrètement, pas devant tout le monde. Rebecca, toutefois, n'eut pas de sourire lorsqu'on demanda, du même coup, à une mutante ailée de quitter la salle. Elle fronça les sourcils furieusement et se tourna pour faire face à la jeune femme à la mutation visible. C'était inconstitutionnel! Ils n'avaient pas le DROIT. Tous les hommes sont égaux. Les paroles de Dean résonnèrent dans ses oreilles tandis que des échos du célèbre discours de Martin Luther King, Jr. pouvaient s'y mélanger. Elle ne comprenait pas pourquoi on lui avait appris ce discours à l'école étant enfant et elle avait dû le mémoriser...Maintenant, elle comprenait. Il était aussi vrai aujourd'hui, qu'à l'époque...

I have a dream that my children will one day live in a nation where they will not be judged by the colour of their skin or the nature of their mutation, but by the content of their character. From every mountainside, let freedom ring! And when this happens, when we allow freedom ring, when we let it ring from every state and every city, all of God's children, black men and white men, Protestants and Catholics, Mutants and Men will be able to join hands and sing.

Rebecca regarda la jeune femme ailée quitter la salle sans plus de révérence et elle ferma les yeux. Lorsqu'elle les rouvrit, le cirque avait repris à l'avant. Un razzle-dazzle sans substance, ni preuves tangibles. Elle poussa un long soupir et essaya de se concentrer sur ce qui se disait. Coup de poignard après coup de poignard, Rebecca n'avait jamais entendu des accusations aussi crues et dures...et pourtant personne ne l'arrêtait. De quel droit avaient-ils la permission d'appeler l'accusé de monstre, de bête sauvage, de chien enragé que l'on doit euthanasier! Rebecca, outrée, se tourna vers Dean et dit furieusement à voix basse:


"Un monstre? Une bête sauvage? Un chien enragé? Et ils laissent tout cela passer?! C'est inacceptable... On ne traiterait même pas un tueur en série de la sorte en cour."


Au moment moment, la femme à la Burka décida qu'il était temps de partir, puisqu'elle se leva. Ah non. Elle ne partait pas finalement. Rebecca tourna la tête vers la dite femme et la vit retirer son Burka, expliquant qu'elle le porte pour ne pas mettre qui que ce soit mal à l'aise. La paramedic fronça les sourcils, ne comprenant pas comment un Burka pouvait mettre qui que ce soit à l'aise...Ah. La mutation de la jeune femme, bien que magnifique, pouvait certes rendre certaines personnes nerveuse. La jeune mutante n'eut pas terminé là, par contre et elle commença à accuser la cour, le jury et les procureurs. Juste comme cela. Elle voulait sans doute bien faire, mais...Rebecca avait le mauvaise feeling que cela n'aiderait pas les choses. Ils n'avaient aucun pouvoir dans un cour de loi et toute intervention de leur part pourrait renforcer le discours anti-mutant.

"Il faut la faire asseoir...Elle va causer une commotion..." murmura la jeune femme dans un souffle.

Mikasa AckermanInstitut : Élève
Dim 18 Mar - 21:21
avatar
Institut : Élève
Voir le profil de l'utilisateur
Sans surprises. Ce procès était sans surprises.

Cela était presque une déception pour Mikasa de voir à quel point le genre humain, mutants compris, était si prévisible dans ses actes, dans ses réactions, dans ses émotions.
Ce procès ne servait à rien d'autres qu'en une mise en bouche pour le futur procès du siècle, celui que tous les avocats, même les plus "droit" voudraient avoir.
L’Humanité contre les Mutants.
Un bref sourire, éphémère, apparut sur ses lèvres alors qu'elle pensait à ce que cela donnerait. Ils croyaient que ceci était une foire ? Que c'était horrible ? Qu'il y avait des injustices ? Qu'ils attendent encore un peu, juste un peu, et ils verraient dès lors ce que "injustice" veux vraiment dire.

La jeune métisse n'était pas voyante, ne possédait aucun point sur le temps et était encore moins capable de lire les émotions et les pensées des gens. Mais elle avait déjà vu le visage des Hommes et, quelque part, elle se disait que cela lui donnait un bref aperçut de ce que le monde serait vraiment.

C'est peut être pour cela qu'elle écoutait, presque de façon désintéressé, l'attaquant commencer à doucement, mais sûrement insulter l'accusé, le traitant de tout sauf clairement de mutants. Même si cela était clairement sous-entendus.
Du coin de l’œil, elle pouvait voir à quel point cela outrait diverses personnes, sûrement des membres de l'Institut, ou des sympathisants mutants. Elle avait envie de rire, de rire aux éclats devant leur air incrédule.
De rire mais aussi d’applaudir la performance du procureur, il avait réussit à faire passer son point, aussi clair que de l'eau de source pour toutes les personnes présentes, mais sans jamais dire les mots que la défense pourrait utiliser contre lui.
Après tout combien de fois des violeurs furent traiter de monstre, agissant des animaux ? Crier maintenant au scandale signifierait il alors que les violeurs, les pédophiles et les autres "monstres" de la société n'en était pas vraiment ? Simplement des incompris ?
Une belle stratégie d'attaque, jouant avec les émotions, jouant avec les mots. Pour l'esprit perturbé de la métisse, c'était un joli coup.

Cependant il s'avérait que le spectacle continuait, comme ils disent à Broadway : The Show must Go On.

S'installant confortablement dans son siège, elle observa, impassible, à la demande du juge de virer les mutants visible, Miaffa et Mani, ou quelque chose comme ça, elle n'avait pas encore bien retenue tous les noms à l'Institut.
Si la femme ailé sortie sans faire d'histoires, probablement un bon choix, Miaffa, ou le chat en burka, se sentit, à priori, obligée de lever la voix. Excellent, ou comment devenir une cible encore plus évidente.
Grondante doucement, elle l'écouta déblatérer ses pensées, déblatérer des choses qu'elle semblaient avoir envie de dire depuis un moment déjà compte tenu de la fluidité de ses paroles.
Mais, et Mikasa ne devait pas être la seule à penser cela, elle ne faisait qu'accentuer la colère du juge tout en montrant au juré et à l'assemblé que les mutants ne semblaient avoir aucun respect pour la loi, et les codes.

Se tournant à peine dans son siège afin qu'elle puisse regarder directement la mutante, ses mots sifflants presque entre ses dents, son regard n'exprimant aucun rage, simplement un profond désir pour elle de comprendre. "Silence... Cela n'arrange rien. Sort plutôt." Elle doutait fortement qu'on l'écoute, elle doutait aussi que le juge, tout comme le procureur, allaient rester impassible devant cette attaque sur leur métier.
Elle espérait juste que cela se résoudrait sans devoir nécessairement recouvrir à la violence.
DestinSans étiquette
Mar 20 Mar - 13:44
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
Mina avait sagement obtempéré, au contentement manifeste de la présidente d'audience. La subite révélation de Maïffa, ainsi que sa plaidoirie, eurent toutefois l'effet parfaitement inverse, provoquant en elle un rictus de dégoût, et un concert de murmures de réprobation dans la salle.

La présidente jeta un instant des regards aux gardes de la salle, alors qu'elle arborait un sourire de plus en plus mauvais. Elle laissa néanmoins à Maïffa le soin de finir, avant de lui rétorquer d'un ton sec.

"Je ne sais pas pour quoi vous vous prenez, mais sachez que dans ma salle d'audience, les choses ne se dérouleront pas ainsi.", elle fit un petit geste aux gardes armés de la salle, qui se dirigèrent alors vers Maïffa. "Je vais donc vous inculper pour outrage à la cour. Comme cela, vous aurez du temps en cellule pour potasser le droit et la procédure pénale, afin de savoir qui a le droit de parler lors d'une audience et quand. Mais consolez-vous... Vous aurez l'occasion de faire une plaidoirie très bientôt...", conclut-elle d'un air franchement mauvais, alors que les gardes, arrivés à hauteur de Maïffa, l'invitèrent sans violence à les accompagner sans résistance.

"La parole est à la défense.", annonça la présidente, alors que l'avocat de Ken se levait pour prendre la parole.

"Madame la présidente, mesdames et messieurs les jurés..."

Il marqua un temps, comme pour mieux ménager son effet. Même s'il était dos au public, il était manifeste qu'il semblait satisfait du coup qu'il préparait.
Contenu sponsorisé
 

[7 juillet 2112] Mise à l'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AX-Factions :: Manhattan Midtown :: Buildings et gratte-ciels-
Sauter vers: