Cent ans après leur extinction, les mutants réapparaissent. Quatre années de lutte contre des humains cherchant à les étouffer se solderont par une mystérieuse destruction de l'Institut Xavier. Trois ans plus tard, il est temps de rebattre les cartes.
 
AccueilWikiFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [loft de Jason redclif]27 juin // Malade de corps et de coeur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Jeu 8 Déc - 13:31
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
L'irlandais venait de trouver le temps pour écrire sur le forum de ganymède. Il pourrait rester encore debout une bonne heure avant de ressombrer dans la fièvre. Ça passerait, c'est sur... Et il avait commandé sur le net de quoi subsister. Mais il avait surtout besoin de ... compagnie. Il avait une drôle de rancœur, vis-à-vis de lui-même. D’avoir amené son chien à sa dernière mission, et selon son propre chef. Tout ça pour quoi ? Pour rien… Juste passer pour un blaireau auprès de Gany et des autres, s’être fait ridiculiser et, pire que tout, avoir perdu Pancake. Il ne l’avait pas retrouvé, ce qui aurait pu être bon signe, mais son clebs savait ou il habitait et il n’était pas reparu. Sa grippe chronique aurait du être réglée depuis longtemps si il n’avait pas eut la bonne idée d’aller régulièrement se saouler la gueule et se rafraichir avec de la glace… Comme si il faisait exprès de se punir et de réunir les conditions qui lui avait valu cet état : froid et chaud…

Il entretenait sa maladie comme il entretenait sa honte. Ça lui avait même couté de passer un message sur le forum. Il devait passer pour le type minable, pas foutu d’apprendre quoi que ce soit, tout en mettant ses camarades en danger… Avec tout ça, ses commandes n’avançaient pas et il perdrait bientôt son client… Bref, que du bonheur…

En attendant, il alla s’étendre de nouveau sur le canapé, remontant la couverture qui lui servait de compagnon depuis quelques jours. Il serrait un coussin contre lui, regardant les cadavres de bouteilles au pied de sa table de salon, et toujours dans un coin de sa vision, les jouets de son clebs… ex clebs…
InvitéInvité
Jeu 8 Déc - 22:33
Candice n’eut guère de difficultés à trouver le loft de ce cher Jason. Elle s’était promenée en petite robe noire à froufrous, sans craindre les sombres nuages qui parsemaient le ciel. Au pire, elle se ferait un parapluie psychique, si ça commençait à flotter. Mais ce ne fut pas le cas, et elle arriva à destination sèche et élégante… Ce qui était d’une importance majeure, quand on allait rendre visite à un canon. Même si le canon était flagada, triste, dans le coltard et complètement grippé.

Le quartier était canon, lui aussi. Il avait visiblement les moyens, le beau-gosse. Ou alors il était dans une situation similaire à la sienne, et ses parents lui payaient un appart’ de luxe pour qu’il « finisse ses études ». À vrai dire, elle ne savait même pas s’il faisait des études. Elle ne le connaissait finalement pas plus que ça, malgré les quelques jours de squat’ en commun qu’ils avaient vécus.

Se remettant le brushing en place, elle défroissa sa robe et finit par frapper à la porte. Trois petits coups secs, suivis d'un : « C’est Candiiice ! » légèrement guilleret. Allez voir un dépressif avec une gueule d’enterrement, ce n’était pas vraiment sa manière de fonctionner.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Ven 9 Déc - 0:18
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Alors qu’il essayait vaguement de faire revenir son clebs par la pensée, et qu’il constatait que non, décidément, il n’avait pas ce genre de don, il poussa un soupir à fendre l’âme. Pourtant il avait survécu à pire non ? Il avait survécu à la perte de Luther… vraiment ? Survivre, oui, c’était bien le terme. Il s’amusait, fricottait, draguait, il survivait, entre son boulot et les plans d’un soir… Mais il ne vivait pas. Etait ce pour ça qu’il était allé frapper à la porte de gany ?

Alors qu’il se levait, il entendit frapper à sa porte. Merde, déjà ? Qui ?

Candice ! La fille qui avait joué les squateuses avec lui… Il tourna sur lui-même regardant le bordel ambiant. Il fallait donner un minimum d’ordre à tout ça… Il tenta de matérialiser tout un tas d’ustensiles psychiques pour faire le ménage à vitesse grand V. Mais ça aidait pas, quand on avait plus ou moins une gueule de bois. Il réussit juste à foutre un peu plus le bordel, et à casser 2 verres, sur l’un desquels il marcha, s’entaillant tranquillement la plante des pieds, poussant un juron digne de ses origines, il marcha à cloche pied vers la porte, pour ouvrir à la belle plante. Il ticqua à cette allusion. La dernière plante qu’il avait rencontré était pour partie responsable de son état actuel.

« hey.. euh.. salut, Candice, c’est super gentil d’être venue.. Entre, mais fais gaffe, j’ai cassé un verre, ya encore les bouts par terre… Je.. j’ai voulu rangé, jte jure… J’ai honte, c’est jamais en bordel comme ça normalement… Enfin mon atelier, si, mais pas le salon ni… » il fit un geste ample des bras, visualisant l’état de son appartement, qui reflétait curieusement son propre état. Mais hors de question que Candice fasse quoi que ce soit pour y remédier. Il avait besoin de companie, il n’allait pas imposer ce capharnaüm à sa nouvelle connaissance. Il retenta de se concentrer, déclenchant son pouvoir… Mais pas le bon…

« et merde » ajouta t il, sous sa forme élémentaire, et filant à la salle de bain pour se vêtir d’un peignoir, ses fringues ayant comme à chaque fois glissés sur le sol, lorsqu'il n'utilisait pas sa combinaison spéciale... En fait, elle n'avait rien de spéciale, mais son esprit y était comme synchronisé. Jusqu'à ce qu'il maitrise mieux cette partie de son pouvoir, il était pratiquement obligé d'utiliser ces fringues la pour ne pas finir à poil. Plus tard, peut être, ce ne serait plus un problème...

« je reviens, histoire d’être présentable.. gaffe aux bouts de verres.. sers toi à boire dans le fridge, si tu veux, je me dépêche… » dur dur d’être un mutant avec de la fièvre…
InvitéInvité
Ven 9 Déc - 2:23
Alors que la belle sautillait d’un pied à l’autre, un boucan infernal retentit soudainement derrière la porte, faisant se lever l’un de ses sourcils, dans une expression pleine de perplexité. Qu’était-il donc en train de fabriquer ? Des bruits de bris retentirent, et Candice grimaça. Elle ignorait qu’il avait installé un chantier dans son appartement. Ou qu’il était collectionneur de vases de cristal, et que sa collection dépassait les proportions de son propre appartement. Lorsqu’elle entendit la poignée tourner dans la porte, elle se para néanmoins d’un joyeux sourire, qui se mua presque aussitôt en une nouvelle grimace désolée quand elle vit Jason la saluer, à cloche-pied et visiblement complètement dépassé.

« Heu… Salut. »

Il lui proposa d’entrer, tout en lui prodiguant quelques conseils pour éviter le verre brisé qu’il avait étalé sur son sol, et qui lui avait ouvert la plante du pied. Du haut de ses talons, la petite demoiselle ne risquait rien. Enfin. Pas si le verre n’était pas animé d’une vie propre, du moins. Elle pénétra donc de deux pas dans l’appartement du beau gosse… Et… Ouais. Un appartement de mec, quoi. La décoration était soignée, certes, et les couleurs fort bien choisies, mais un désordre digne d’une jungle de célibataire endurci régnait ici. Jason sembla soucieux de l’expliquer, tout en s’excusant. N’était-elle pas venue, après tout, pour mettre un peu d’ordre dans sa vie, à ce beau mâle tout perdu ?

Alors qu’elle allait commenter le peu d’importance de l’ordre qui régnait là, elle fut interrompue par une métamorphose pour le moins inattendue, suivie du strip-tease le plus rapide qui lui ait été donné de voir. D’un coup d’un seul, les vêtements tombèrent aux pieds du jeune homme. Enfin… du jeune… truc blanc et noir qui était apparu à la place de Jason. Une manifestation de son pouvoir, vraisemblablement.

« Hé ben, t’es un rapide toi ! »

Mais aussitôt, il se précipita plus loin, tout en affirmant vouloir paraître présentable. Pour le coup, c’était un peu loupé, et Candice ne put que laisser échapper un petit rire amusé.

« Keep cool, j’suis pas une inspectrice hygiénique ! »

Elle referma la porte derrière lui et entra davantage dans l’antre de Pygmalion. Puisqu’il lui avait proposé de prendre un verre, elle se pencha sur le sol, où stagnaient encore les bris de celui qu’il avait cassé en venant lui ouvrir, afin de les ramasser. Un par un, ils finissaient dans la paume de sa main. Quitte à se rendre utile, autant commencer tout de suite !
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Ven 9 Déc - 11:32
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Ayant enfilé un boxer et un peignoir, il vérifia à la va vite qu’il n’avait pas trop une tronche de déterré… Bon… Disons qu’il avait une tronche de déterré, mais un qui jouerait dans un film pour midinette. Le genre vampire qui a pas vraiment de problème quoi. Le genre que quand il va au soleil, il briiiiiiiiiiille comme un diamant. Trop dur la vie… Bon sauf que lui, quand il allait au soleil, depuis quelques jours, c’est surtout son crâne qui devenait dur comme le diamant, genre casque à pointe, avec la pointe à l’intérieur du crâne. Un pansement vite fait, appliqué sur la plante des pieds, en ayant pris soin de vérifier qu'il ne restait pas un morceau de verre brisé... L'alcool inhibait la douleur, parfois.

Bref. Peignoir rouge sombre, ceinture noire, boxer noir… Quand il revint dans la piece principale, il vit que Candice était en train de ramasser les bouts de verre.

« Oh, Candice, je suis désolé. J’aurai tellement aimé que tu sois la à ma soirée, tout était nickel, l’appart rangé, la déco en place… Quand les gens sont arrivés.. ; Tu sais, même msieur Wiseman est venu. Quand les gens sont arrivés, je suis juste allé donner Pancake à la voisine du dessus et… » Son regard se perdit dans l’appart, à la recherche, machinalement, de tout ce qui pouvait lui faire penser à son chien. La douleur lui frappa de nouveau la poitrine, et ses yeux brillèrent.

« Pauvre clebs… Tout ça c’est ma faute. Il y était pour rien, j’aurai jamais du l’emmener avec moi. Il a déjà galéré avant que je l’adopte, et voila comment je le récompense pour son amour… Et tout ça pour rien, en plus. Je suis tellement désolé de vous avoir amené dans cette galère. On est juste passé pour des blaireaux.. Enfin moi… j’étais responsable de cette idée… et cette boule de poil y est restée par ma faute… » Il déglutit, mal à l’aise, ne voulant pas craquer devant Candice.

« Je te fais visiter ? » enchaina t il, en invitant Candice à le suivre, grimpant l’escalier, pour lui faire découvrir l’atelier en mezzanine, puis la salle de bain et la chambre. Dans l’atelier, une commande en cours était exposée sur l’écran numérique central. Cela représentait un homme tenant un miroir. Du miroir sortait, à moitié, son reflet, et il s’embrassait lui-même. Il tenait un narcisse, dont les pétales tombaient au sol.
La chambre était curieusement rangée, nickel. Pas étonnant vu que Jason s’endormait depuis quelque temps devant la télé, les yeux rougis et la tête embrumée par l’alcool.
InvitéInvité
Ven 9 Déc - 16:05
Oh, mais elle aussi aurait été ravie de participer à la soirée de Jason, pleine de Ganymédiens à croquer. Seulement alors, elle ne connaissait pas encore Jason. Ni quiconque d’autre, à part un peu Jake et James, et le bellâtre qui les avait embauchés. D’ailleurs, pour le coup, à part Jason et Anjali, elle ne connaissait pas beaucoup plus de monde. Elle ne se souvenait même pas, à vrai dire, des autres ganymédiens qui étaient venus leur porter secours dans le squat, quand l’équipe des folles-dingues de choc avaient pété leur câble.

Ces constats, la belle les fit tout en ramassant les bris de verre, afin qu’il ne reste plus que ceux qui n’étaient guère préhensibles avec la main. Et ce fut seulement à cet instant qu’elle releva la tête vers le Jason qui venait de lui parler. Et là…

« Oh. »

Une bouche toute ronde de surprise, des yeux qui s’agrandirent subitement. Son hôte avait revêtu un… peignoir. Et pas des moins sexy. Le souci, ce fut la légère crispation de ses doigts à cet instant impromptu. Et le verre qui lui pénétra la paume, en une piquante douleur qui rougit presque aussitôt tous les morceaux de verre qu’elle tenait en main. Ses yeux s’abaissèrent aussitôt vers sa main meurtrie. Ce n’était rien de grave, et elle ravala une grimace désagréable, dissimulant au mutant sa petite plaie. D’autant qu’il était en train de parler de son chien, tout en culpabilisant à moooort sur ce qui lui était arrivé.

Elle se releva, et alla porter les bouts de verre dans la poubelle, tout en l’écoutant parler. Il n’allait vraiment pas bien, et elle s’en rendit compte encore plus lorsqu’il changea subitement de sujet. Discrètement, elle passa sa main sous l’eau de l’évier, et revint dans le salon à l’instant où il l’invitait à visiter son loft. Elle sourit paisiblement pour marquer son accord, et suivit le jeune homme dans son atelier, où une œuvre en travail était exposée. Hautement symbolique, et tout à fait esthétique. Tout ce qu’elle aimait, en somme.

« Wah. »

Admirative, elle se laissa entraîner jusqu’à la chambre, particulièrement bien rangée. La seule pièce qui l’était, en vérité. Avec une moue moqueuse et pincée, Candice affirma :

« Oh, ben c’est bien trop rangé, ici. »

Et elle se lança sur le lit bien fait pour en brouiller la couette par sa seule présence. Et une fois installée, allongée dessus, elle tapota à côté d’elle pour faire venir Jason. Non pas qu’elle n’eut d’autre idée en tête, mais le beau gosse était brisé de l’intérieur, alors elle commenta :

« T’y es pour rien, tu sais. Personne ne peut être tenu responsable de ce qui s’est passé là-bas. Personne ne pouvait prédire ce qui s’y passerait. »

Elle gardait le poing gauche fermé, pour dissimuler la petite plaie qui, sûrement, ne saignait plus, bien qu’elle continuait à piquer un peu.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Lun 12 Déc - 2:03
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Jason était tellement habitué à être à l’aise chez lui, et l’esprit tellement embrumé qu’il ne remarqua même pas l’incongruité d’être en peignoir, et encore moins la légère crispation qui valut à Candice de se couper, elle aussi.
Il lui fut cependant reconnaissant lorsqu’elle commenta sommairement son travail presque terminé.

« ça c’est pas vraiment une commande. Disons plutôt une série que je veux terminer, et que j’espère pouvoir exposer un jour… Narcisse, cerbère, ouroboros et d’autres mythes, que je tente de moderniser… »

Arrivé dans la chambre, il joua machinalement avec la commande murale, sosie de celle près de la table de chevet, qui permettait de changer les néons, et donc, par le truchement des miroirs, de changer l’ambiance de la pièce. Elle passa donc du bleu nuit au rouge carmin, puis à un violet pourpre discret, qui s’accorda avec Candice. Il aurait voulut le faire exprès qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

Il sourit, un peu triste de constater qu’elle avait raison, et que cette pièce était bien trop rangée.

« Oui c’est… je… enfin ça fait un moment que je dors plus la… Quand je dors… » Il obéit également machinalement, comme un enfant triste, lorsqu’elle l’invita à s’assoir à côté d’elle. Il avait la tête baissée, les épaules voutées, les mains dans les poches, et, assis sur le grand lit, il avait l’air perdu, écoutant les paroles de Candice.

« Ouais... mais... C’est quand même moi qui ai mis ça en place… Et j’aurai jamais du amener mon clebs. Et… je sais pas… Avant, à l’institut, quand on partait en mission, c’était tellement naturel.. J’veux dire.. j’sais pas… » haussement d’épaules… « tu sais, si les gens étaient en danger, c’ est qu’ils le choisissaient. La, j’ai amené d’autres personnes dans ma galère, dont toi… Et si il vous était arrivé un truc c’est .. je .. tu sais… » Il déglutit péniblement. Lui qui pensait s’être forgé une armure, que dalle !

IL prit une grande bouffée d’air… et se laissa retomber, sur le dos, fixant le plafond, ou jouait quelques lucioles bleues et pourpres…

« Luther aurait dit qu’on était dans un peepshow si il avait vu la déco de ma piaule… » il pouffa de rire. Un rire triste, sans vraiment d’entrain… Bon sang, ce qu’il pouvait se sentir seul….

« j’ai même plus la force d’aller draguer, ou juste sortir… Jme fais livrer, essentielement du liquide, si tu vois ce que je veux dire… J’arrive à peine à avancer sur mes commandes, ça craint. Je sais qu’il faudrait que je me secoue, et j’aime pas être comme ça, mais ya rien à faire… Je me sens si seul, c’était juste un clebs, mais… au moins il y avait une présence… Et un chien ça vous trahit pas… » comprenne qui pourra, il était aussi cohérent qu’une ado de 14 ans….
InvitéInvité
Mar 13 Déc - 12:29
Wah, ça faisait pas mal d’infos à enregistrer en une fois, ça. Candice classa tout ça par ordre logique. Tout d’abord, Jason était un artiste. Un artiste moderne qui aimait la symbolique mythologique, visiblement. Un très bon point, en somme. Et elle espérait être invitée au vernissage, lorsqu’il aurait terminé sa série. Ensuite, il fallait noter que Jason était du genre branché. Sur l’électricité, en tout cas, puisque sitôt dans son antre, il joua avec la couleur de la pièce, par l’intermédiaire de néons colorés, qui finirent de changer sur une teinte violacée parfaitement agréable. Une petite touche qui ne fit que confirmer les pensées de Candice sur le beau gosse : il voulait se la faire. Très clairement. Les indices se multipliaient de minute en minute. Le peignoir, l’atterrissage dans la chambre, l’ambiance cosy et décontractée… Il n’y allait pas par quatre chemins, c’était certain.

Et néanmoins, il restait triste et abattu. Touché par ses remords. Il n’avait pas la conscience tranquille. Ah oui, elle nota aussi qu’il avait fait partie de l’Institut. L’institut Xavier, très certainement. École pour mutant, et centre de nombreuses actions défendant les droits de leur espèce dans le monde. Alors qu’il se laissait tomber sur le dos, elle se permit un commentaire direct. Peut-être un peu trop.

« Et donc, à l’Institut, quand il y avait des tuiles, c’était plus acceptable ? Les problèmes sont plus rassurants quand on peut facilement les remettre sur le dos d’un autre ? C’est un peu gonflé, j’trouve. Un mec blessé, c’est un mec blessé. Personne ne peut le prévoir d’avance, et il n’y a pas de fautif à chercher. Surtout pas celui qui fait bouger les choses pour que le quotidien s’améliore. S’il nous était arrivé un truc, là-bas, on aurait assumé. Et tout fait pour passer au-delà. »

Elle se mit sur son côté, la tête reposant sur sa main gauche, alors que son index droit pointait la poitrine de Jason. Sa petite blessure s’était déjà arrêtée de saigner.

« Chacun de nous avait décidé d’être là. Tu nous y a pas embarqués de force. Et quand bien même, personne ne pouvait prévoir l’arrivée de l’équipe de poufs arc-en-ciel. »

Il était au bout du rouleau, sombrait dans l’alcool tous les soirs, sans trouver le sommeil. Un peu trop mélodramatique, tout ça. Et décousu. La belle fit la moue, fronça les sourcils, et roula sur lui pour se relever, à califourchon sur son ventre. Elle lui attrapa le menton, et commenta à nouveau, vivement :

« Oh que oui tu vas t’bouger ! T’as eu l’courage de poster un truc sur le forum, donc maintenant, tu m’as dans les pattes, t’es plus tout seul. »

Non pas qu’elle eut envie de jouer le rôle de sa chienne… mais bon. Quitte à être là, autant servir à quelque chose ! Elle lâcha son menton, et mit ses mains sur ses hanches, singeant la réflexion.

« Bon… Dis-moi la première folie qui te passe par la tête. Un truc que t’as toujours rêvé de faire, sans concrétiser. Hop ! Tout de suite sans réfléchir !! »

Ah oui… Elle avait oublié de demander qui était Luther. Plus tard. Là, elle était lancée.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Ven 16 Déc - 12:46
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
C’était totalement hors du temps. Embrumé par l’alcool et sa fièvre, il ne se rendait pas vraiment compte qu’il était en train de se livrer, non pas à une parfaite inconnue, certes, mais pas non plus franchement à son meilleur pote…

Ses pensées dérivaient, vers l’institut, vers luther, vers josh, mais il n’y avait pas vraiment de douleur. Juste des souvenirs, vieux partenaires de solitude. Il se revoyait en train de dire adieu, à chaque fois. A luther, a joshua, et même à Arthur et Charles, pour ce que ça changeait. Il suivait, du doigt, les mouvements chaotiques des lumières, hypnotisé comme un gamin qui regarde les nuages. Pour autant, il entendait Candice parler. Il se redressa sur un coude, un peu trop vite, ce qui fit tourner un peu sa vision quelques secondes.

« Non c’est pas ce que je voulais dire… C’est juste que… On savait ce qu’on risquait, à chaque fois, et c’était des gens que je connaissais, on avait, quelque part « signé un contrat ». La, c’est différent, c’est plus une sorte de… d’entraide entre nous ? Je ne voudrai pas être responsable… bref… mon clebs y est resté, en attendant… » Se laissant repousser gentiment par l’index de Purple, il s’accrocha à des éléments fixes de son champ de vision pour arrêter le tournis.

« c’est fou quand on y pense… Je m’attendai à des ptites frappes, ou des attachés case, mais pas à ces folles hystériques surpuissantes… Elle se sont carrément foutu de notre gueule, et elles pouvaient, en plus, on pouvait rien contre elles… on pouvaient pas prévoir ça… »

La suite non plus, il n’aurait pas pu la prévoir. Sans trop savoir comment, Candice se retrouva à califourchon sur lui, lui pointant le menton. Petit à petit, l’irlandais lui dévoila un magnifique sourire, et des yeux rieurs. Voila le genre de situation que Luther aurait apprécié. Luther…

« tu.. tu es un peu comme lui… J’veux dire, on a le même pouvoir, comme luther et moi, avant. Et t’as un grain, comme lui.. J’aime bien… » il la regardait, bizarrement. Comme ça faisait longtemps qu’il n’avait pas regardé une fille de cette façon.
« on était fait pour être ensemble, lui et moi… c’est les putains de militaires qui ont tout fait foirer… »

Mais sa question d’après le pris complètement au dépourvus… Un truc qu’il aurait voulu faire ?
« Je.. plein de trucs en fait… du surf sur la banquise, du parapente au dessus de new york, un plan à 4, faire découvrir noël à des enfants qui ont jamais vu la neige, sortir avec une fille… oh ;… non .. j’ai pas dis ça… » il était rouge pivoine, et tout tournait autour de lui, et elle sentait bon, et elle avait le même pouvoir que lui… le même pouvoir que Luther..
InvitéInvité
Ven 16 Déc - 16:14
Oui, c’était dingue, cette histoire de super nanas avec des pouvoirs over-bourrins qui s’attaquaient à des maisons inhabitées au milieu d’un quartier symbolique, mais abscons, et complètement en dehors de leur juridiction. Surtout qu’elles avaient carrément failli leur tataner la gueule, alors qu’elles faisaient partie de la même assoc’ qu’eux. Avec des amis comme ça, ils n’avaient guère besoin d’ennemis. Mais il n’était plus temps d’y penser, parce que le scoop venait de tomber : Jason aimait les hommes ! Enfin. Le scoop pour elle, quoi. D’autres devaient bien être au courant. Ou s’en contrecarrer. Et le plus cool, dans tout ça, c’est qu’elle ne semblait pas le laisser indifférent.

Mouais. En fait, ça pouvait être à double tranchant. Heureusement que le play-boy explicita un peu, parce que sinon elle aurait sans doute pris la mouche d’être comparée à un mâle, fut-il canon, aussi barge qu’elle, et ayant un pouvoir trop cool. Oui, car il fallait bien l’avouer, leur pouvoir était trop cool. Luther était donc l’ex du beau gosse. Une histoire joviale qui, mêlée à l’intervention de militaires de petite vertu, risquait de faire retomber Jason dans les affres d’une tristesse sans nom. Et si la maladive curiosité de la miss était mise à parti, elle se dit qu’il ne valait mieux pas poursuivre sur cette voie. Elle était là pour lui remonter le moral, après tout !

Et elle veilla à rebondir du côté positif de la force obscure (ou un truc du genre) en écoutant avec avidité les folies que son hôte souhaitait réaliser. Un grand sourire marqua ses joues lorsqu’il commença à énumérer la liste, et elle lâcha même un éclat rieur lorsqu’il se mit à rougir d’avoir avoué vouloir sortir avec une fille, alors qu’il venait de parler d’un plan à 4 sans être perturbé le moins du monde juste avant.

« Wah ! J’crois que c’est pas trop la saison des barbus en rouge et blanc, et qu’on est deux de trop peu pour le truc à quatre, mais pour le reste, qu’attendons-nous ?! »

Il faudrait qu’elle en parle à sa bande de J&J’s colocation. Avoir une certaine promiscuité charnelle avec trois beaux mâles aux pouvoirs défrisants était… une perspective assez agréable à imaginer. Mais là, ils n’étaient qu’à deux…

Alors, la belle plaça ses mains de part et d’autre de la tête du beau-gosse, et tout en le regardant fixement dans les yeux, descendit lentement vers son visage. Doucement, elle approcha ses lèvres de celle du jeune homme, jusqu’à ce que leur souffle ne fasse plus qu’un et… elle glissa vers l’oreille de Jason en frôlant sa joue, pour lui susurrer :

« On pourrait s’envoyer en l’air… »

Et puis, brusquement, elle se releva avec un sourire immense et plein de joie, pour affirmer :

« Ça tombe bien, j’ai justement pris mon surf deux places ! »

Elle pointa du doigt le mur à côté du lit, contre lequel venait de se matérialiser une planche de surf plutôt grande, et entièrement faite d’une matière translucide aux teint violacés.

« Une balade entre les gratte-ciels, ça t’dit ? »

Ça avait l’avantage de combiner approximativement trois de ses propositions. Le surf, les hauteurs de New-York et… il serait dehors en compagnie d’une fille. Rien qu’à deux, dans les cieux. Toujours juchée à califourchon sur lui, elle attendait la réaction du mutant, non sans excitation.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Mar 20 Déc - 15:42
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Candice était vivante, candice était joyeuse et candice était la. Ça faisait trois raisons de tordre le cou à la morosité. Il était gêné, timide, pour la première fois depuis bien longtemps, et il se rendait compte que ça lui faisait du bien. Quelque part, sa naïveté et sa fraicheur n’était pas bien loin, finalement, et de savoir qu’il pouvait encore s’émouvoir des hasards de la vie était plutôt rassurant.

La phase d’après était carrément luthérienne, et il se surpris à entendre son cœur battre un peu plus fort, un peu plus vite, alors que les levres de Candices s’approchaient des siennes, pleines de promesses. Mais, alors que, peut être pas pour la premiere fois de sa vie, mais en tout cas assurément pour la première fois depuis qu’il avait accepté son homosexualité, il allait l’embrasser, elle se défila, machiavélique, et lui montra une planche de surf violacée du doigt, le prenant au mot pour la balade sur les toits de new york.

Il pencha la tête de côté, pour regarder la matérialisation psychique, et fit un timide sourire.
« bien joué. J’y ai presque cru. Et bonne idée pour le surf, je suis pas fiable, sur mon pouvoir, depuis quelques jours. Ça ira mieux quand je serait plus malade… Par contre, faut que j’enfile plus de couches de vêtements que ça, sinon ça fera qu’empirer ma crève… ».Il resta, benoitement, à lui sourire, les mains sur les hanches de Candice.

Dans un mouvement spontané, il pris une meche de cheveux de la jeune femme, et l’enroula doucement autour de son doigt. « etrange rencontre… La vie est si… » suivit d’un gros soupir.
InvitéInvité
Sam 7 Jan - 13:21
[Désolée du délai !]

Ses mains sur ses hanches.

Il avait paru troublé par le petit jeu mutin de Candice. Plus que troublé, même. Rougissant comme un jeune premier, il avoua même s’être fait prendre au jeu, y avoir cru. Cru… mais était-ce un mensonge, ou une provocation ? N’était-ce pas là qu’un exemple flagrant de l’inconstance de cette demoiselle impulsive et directe ?

Ses mains sur ses hanches.

Il semblait toutefois fort emballé par la ballade en surf psychique sur les hauteurs de New-York, félicitant même la demoiselle d’avoir pensé à un biplace plutôt que de faire confiance à son propre pouvoir, incertain ces derniers jours à cause de son état non moins sûr. Il précisa néanmoins devoir se couvrir davantage, afin de ne pas empirer la crève qui le prenait, et attraper une pneumonie. Mais le voir couvert, elle n’en avait aucune envie.

Ses mains sur ses hanches.

Au loin, les lourds nuages du ciel grondait d’un orage approchant. Mais Candice n’y prêta pas attention. Une chaleur toute soudaine lui montait dans le corps. Cette présence, ce contact tactile. Ce n’était pas d’une balade qu’elle avait envie, c’était de lui. Mais alors pourquoi lui avoir proposé ? Par crainte ? Sûrement pas, la demoiselle n’était pas du genre à avoir froid aux yeux. Elle n’était pas non plus très raisonnable, à l’accoutumée. Elle n’en savait rien, au final, et n’arrivait de toute façon pas à penser. Tout son esprit était obnubilé par le mutant sous elle. Le séduisant Jason et ses mains brûlantes. Elle ne put s’empêcher un léger soupir d’aise, absorbée par cette chaleur moite due tant à la météo qu’à la fièvre de désir qui montait en elle.

Une main dans ses cheveux.

Un doigt, plus exactement. Juste un doigt qui s’enroulait dans ses mèches violettes, alors que Jason s’étonnait des surprises que la vie pouvait réserver. Elle était venue pour lui remonter le moral, pour lui apporter son soutien dans un moment difficile et… même elle n’aurait jamais pu croire que ça finisse de la sorte. Surprenante, voilà comment était la vie. Mais elle n’avait pas envie de parler. De le dire. Le suspend de Jason se suffisait à lui-même. Alors, elle se pencha juste vers lui, plus directement cette fois, et posa ses lèvres contre celles du séduisant jeune homme. Pourquoi ? Elle en avait envie, tout simplement. Elle verrait plus tard avec sa raison. Et alors qu’elle l’embrassait, ses mains étreignirent la nuque du mutant.
Contenu sponsorisé
 

[loft de Jason redclif]27 juin // Malade de corps et de coeur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AX-Factions :: Manhattan Uptown :: Bâtisses et allées-
Sauter vers: