Cent ans après leur extinction, les mutants réapparaissent. Quatre années de lutte contre des humains cherchant à les étouffer se solderont par une mystérieuse destruction de l'Institut Xavier. Trois ans plus tard, il est temps de rebattre les cartes.
 
AccueilWikiFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 À nos chers disparus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Markus WisemanGanymède : Dirigeant local
Ven 11 Nov - 13:45
avatar
Ganymède : Dirigeant local
Voir le profil de l'utilisateur
Le bureau de M. Wiseman, récemment réagencé, était décoré par des tapis, des lampes aux formes étranges vaguement semblable à des champignons colorés, et des vitraux montés sur cadre rétroéclairé, proposant des paysages bucoliques et campagnards. Le mobilier était entièrement en bois, avec des décorations en ferrures, ou dans des bois plus clairs. L'ensemble avait des formes étranges, vaguement semblables à des plantes, ou des coquillages...

Markus délaissa son imposant bureau pour inviter Édéas à s'installer dans un des fauteuils ou banquettes qui entouraient une petite table basse, dans un coin de la pièce. S'il suivait, Brieuc aurait bien sûr droit à la même faveur. Le maître des lieux s'installa dans un fauteuil, et demanda :

"Désirez-vous quelque chose à boire ?"

Puis, une fois sa réponse obtenue, il ouvrit la discussion.

"J'ai cru comprendre que certains membres de l'Institut Xavier avaient été kidnappés ? Que puis-je faire pour vous ?"

Il semblait plutôt serviable et attentionné au premier abord...


Edéas crugeInstitut : X-Men
Sam 12 Nov - 14:21
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Edéas, suivit donc Monsieur Wiseman jusqu'à son bureau pas trop rassuré d'être seul ici, se sentant un peu comme dans la gorge du loup. Mr Wiseman semblait prévenant trop prévenant.

Edéas s’essaya donc dans l'un des fauteuils et répondit à la proposition de Mr Wiseman :

« Non merci je n'ai pas soif »

la voix d'Edéas se voulait Neutre, essayant de ne pas montrer ses émotions. Puis la discussion commença, et Mr Wiseman lui proposa son aide :

" Eh bien en effet deux de nos membres ont été kidnappé aujourd’hui même par un groupe de mutant »

Edéas sortit alors son smartphone et fit visionner les vidéos de l’enlèvement à Mr Wiseman. Puis d'une voix calme, ou l'on pouvait voir qu'il se contenait pour ne pas laisser exploser ses émotions et pouvoir continuer à parler calmement.

« Nous avons réussit à identifier les deux personnes qui ont Kidnappé nos amis, un certain Renaud et Kyle, nous savons qu'il y a 3 ou 4 ans ils appartenaient à Ganymède, c'est pour cela que mon amis Brieux c'est énervé, il est persuadé que vous êtes tous dans le coup, ce qui n'est pas mon sentiment »

Enfin il avait exposé son problème calmement sans s’énervé, peut-être était-il en train de grandir, et de murir qui sait.

Il reprit donc sur le même ton de voix.

« Ce que nous aimerions c'est savoir si c'est deux gus sont toujours chez vous et si vous pensez savoir ou ils peuvent se trouver et nos amis du coup par la même occasion. Et toute infos que vous pourriez avoir et qui pourrait nous être utile »

Edéas se tut attendant patiemment la réponse de Mr Wiseman
Markus WisemanGanymède : Dirigeant local
Sam 12 Nov - 14:50
avatar
Ganymède : Dirigeant local
Voir le profil de l'utilisateur
M. Wiseman semblait être un homme de peu de mots, vu qu'il ne répondit pas quand Édéas déclina son invitation, et ne fournit par ailleurs aucun commentaire quant à ses explications sur sa raison d'être ici. Tout au plus se contenta-t-il de demander... "Permettez... ?", avant de reprendre le smartphone. Probablement souhaitait-il simplement revoir la vidéo, peut-être mieux voir les gens.

Quelques coups discrets à une porte dérobée, et une femme blonde à coupe militaire apporta un petit plateau avec une unique tasse de thé, arrachant un "Merci Marilyne...", murmura M. Wiseman assez mécaniquement, essayant de se concentrer sur la vidéo. Il était difficile de déterminer s'il était perplexe, contrarié ou simplement perturbé par ce qu'il voyait là.

Il reposa finalement le smartphone sur la table, pour s'emparer de la tasse de thé dans laquelle il plongea plutôt que ses lèvres, son regard, absorbé par quelque réflexion, il expira longuement par le nez, puis se décida à prendre la parole, brisant un silence qui commençait presque à devenir pesant.

"Si on prend les choses dans l'ordre, ce que je peux dire avec une certitude absolue, c'est qu'ils ne travaillent pas pour moi.", annonça-t-il en guise d'entame, avant d'expliquer.

"Voyez-vous... Ganymède est une très vaste organisation, qui a des antennes un peu partout dans le monde. Autant je sais très bien qui travaille à New-York et Manhattan, autant je connais à titre personnel des gens dans d'autres villes, autant malheureusement, je ne peux pas me vanter de connaître l'emploi du temps de tous les membres de notre Fondation."

"Par ailleurs, notre Fondation n'est pas non plus un enrôlement militaire... être membre de Ganymède ne présuppose pas de recevoir des missions ou des ordres hiérarchiques. Les personnes se réclamant de la Fondation vont de la simple sympathie idéologique à un engagement plus professionnel. Pour ne citer que l'exemple de Leah, elle est membre de l'organisation, mais elle n'a pour autant jamais rien fait qu'elle ne souhaitait pas faire. Et quand bien même, rien ne dit que ces deux mutants n'ont pas agi à titre privé. Je suis d'accord sur le fait qu'ils ont vraisemblablement été missionnés, mais ce n'est pas nécessairement par la Fondation."


Ce genre de discours n'aurait probablement pas convaincu quelqu'un d'aussi fanatique que Brieuc, mais pour Édéas, il y avait un petit espoir. Markus but une longue lampée de thé, avant de reposer sa tasse, et d'aborder un domaine un peu plus professionnel.

"Maintenant, vous avez une certaine chance dans vos soupçons, parce que je suis un spécialiste de la localisation de personnes disparues."

Ceci soulevait d'ores et déjà un puissant espoir !

"Je tiens néanmoins à préciser une chose. Même si ce que ces deux mutants ont fait est répréhensible, et je ne l'approuve pas à titre personnel, je me refuse de vous donner leur localisation, ainsi que toute autre information les concernant. Permettez-moi de faire une petite comparaison...

Il m'arrive fréquemment de recevoir des maris inquiets de la disparition de madame, et j'ai souvent la rude tâche de devoir les informer qu'ils ont succombé à la concurrence. Invariablement, ils me demandent le nom et l'adresse de cet importun rival. Et invariablement, je refuse de le leur donner, simplement parce que leurs intentions en la matière ne sont que très rarement pacifiques.

Comme je vous le disais, je n'approuve pas l'enlèvement, mais je me refuse aussi de délivrer des informations qui permettraient de mettre en place une quelconque opération de représailles. Les valeurs de la Fondation Ganymède sont la paix et l'entente entre tous les êtres humains, mutants ou non. Les vendettas n'en font pas partie, la justice est là pour ça."


Un autre refus. À croire que la Fondation avait réellement quelque chose à cacher.

"Mais je peux vous dire où sont vos amis."


Ronan BackhouseInstitut : Élève
Dim 13 Nov - 12:12
avatar
Institut : Élève
Voir le profil de l'utilisateur
Ronan avait donc suivi Edeas et Markus Wiseman (portait-il bien son nom ?) dans le bureau et s'était installé sur un fauteuil, un peu en retrait. Il déclina l'invitation de boire quelque chose d'un signe discret de la main. Encore une fois, il se sentait dans un rôle d'observateur, voire même d'apprenti vis-à-vis de son camarade bien plus expérimenté. Celui-ci réussissait à garder son calme et son sens de la diplomatie. Et visiblement c'était efficace !

Wiseman, d'une voix posée, rappela le fonctionnement de Ganymède, ce qui fut utile à Ronan qui put enfin cerner le fonctionnement de l'organisation. Et cette description était séduisante... Pas de hiérarchie, pas d'ordres... Le cyberpathe ne pouvait pas dire que c'était très différent à l'Institut, mais il fut captivé par les mots de l'homme assis au bureau, alors qu'il revenait à l'affaire qui occupait les deux jeunes mutants. Ronan écouta attentivement ses propos et tenta, cette fois-ci, de réagir.

Vous ne niez pas la possibilité que ces deux hommes soient toujours des employés de Ganymède ? Et donc, par extension, vous ne niez pas que Ganymède puisse être impliquée dans une histoire d'enlèvement ? Cela semble assez éloigné de la fondation idyllique que vous nous décrivez...

Par ce biais, Ronan ne voulait pas mettre en rogne le dirigeant, qui ne semblait pas être colérique (espérons-le), mais plutôt mieux essayer de comprendre la réserve qu'il exprimait.

Sachez bien que nous ne sommes pas là dans un esprit de vengeance. Ce qui nous importe, c'est de savoir que nos amis sont sains et saufs et de pouvoir les récupérer le plus rapidement possible. Les coupables, leur mobile, c'est secondaire. Pour l'instant.

Cette fois-ci, le mutant alla dans le sens de Wiseman. Après tout, c'est eux qui avait besoin de lui et pas le contraire. Il fallait prendre toute aide disponible, même si Ganymède était impliquée, comme semblait le croire Brieuc... Ronan essaya de lâcher un sourire aimable à l'adresse de l'homme.

C'est pourquoi, votre aide nous serait infiniment précieuse et tous les membres de l'Institut Xavier vous en seraient reconnaissants.
Edéas crugeInstitut : X-Men
Dim 13 Nov - 23:41
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Edéas regarda Ronan afin de voir sa réaction pendant le discours de Mr Wiseman, ce qu'il entendait le laissait perplexe. Le fonctionnement de Ganymède était étrange et inquiétant, avoir des ramifications dans tous les coins et recoins du monde, des antennes qui étaient plus ou moins indépendantes des unes des autres.

Edéas n'arrivait pas à croire que ces deux mutants n'étaient pas missionnés par l'une des quelconques antennes de Ganymède. Le mutant se racla la gorge avant de interrompre.

« Ne chercher pas à me convaincre que votre association, ou que l'une de vos antennes n'est pas impliqués dans cette affaire. Car ce n'est pas là le but de ma demande et je réserve mon avis sur la question pour l'instant »

Puis il écouta le reste de ce que Mr Wiseman avait à leur dire, qu'il soit un spécialiste dans la localisation soulageait grandement Edéas, la suite s'avérait en effet moins prometteuse et Edéas était un peu perdu pourquoi leur dire tout cela si au final Markus refusait de les aider. Le discours qu'il avait sur la fondation, la paix et l'entente entre tous les mutants faisait grandement sourire Edéas, il leur faudrait peut-être nettoyer leur paillasson avant faire la morale. Mais pour le bien être de ses amis Edéas se contenta d’écouter sans réagir et il fit bien car Markus leur lâcha enfin qu'il pouvait localiser ses amis.

C'est alors que Ronan prit la parole, Edéas était content que lui aussi ait la tête sur les épaules et continua sur sa lancé :

« Comme l'as dit Ronan notre priorité n'est pas la vengeance, nous souhaitons trouver nos amis et les libérer, concernant les deux gus et leur missionnaires vous vous doutez bien que nous serons obligés de faire l'enquête afin de savoir qui les as enlevés et pourquoi. Mais à l'institut nous n'avons pas pour habitude de faire vengeance nous même »


En prononçant ses dernières paroles, un doute s’immisça dans l'esprit d'Edéas, l'institut avait-il vraiment encore toutes son honorabilité ? La mort de la baronne, la recherche des amis par Jôlene, son désir de vengeance ou de vendetta personnelle était-elle justifié ? Est ce que l'institut était encore correct avec ses idéaux ? Edéas frissonna et chassa ses pensées de son esprit. L'heure n'était pas à la divagation des pensées mais à l'action.

« Allez vous nous dire ou ce trouve nos amis ? Souhaitez-vous quelque choses en échange ? Car si cela est le cas c'est avec madame Llewellyn qu'il faudra négocier et non pas nous. »

Edéas se tut, attendant avidement la réponse de Mr Wiseman.
Markus WisemanGanymède : Dirigeant local
Lun 14 Nov - 2:21
avatar
Ganymède : Dirigeant local
Voir le profil de l'utilisateur
"Réserve et prudence.", répondit Markus à Ronan, comme un écho à ses impressions.

"Voyez-vous, je ne nie effectivement pas qu'il existe une possibilité que ces deux hommes appartiennent à Ganymède, et au sein de cette possibilité, une autre possibilité qu'une antenne de la Fondation ait organisé tout ceci. À titre personnel, je n'y crois pas une seule seconde. Permettez-moi néanmoins de vous faire part de ma stupéfaction de constater que, quoique cette probabilité soit excessivement faible, vous la considérez comme votre hypothèse principale, et en profitez pour impliquer l'ensemble de la fondation en une grotesque généralisation, remettant en cause toute sa moralité... Fondation qui vous offre son aide, soit dit en passant."

Tout ceci sonnait terriblement comme une leçon d'un professeur à un enfant fautif. Vaguement culpabilisant. Même si son paragraphe précédent pouvait encore être pris comme de l'ironie, ce qui suivit après une nouvelle lampée de thé dégustée avec délectation sonna comme quelque chose de beaucoup plus sérieux. Et dès lors, de moins agréable.

"Vous n'appréciez très probablement pas qu'un télépathe se permette de lire vos pensées, mais pour des matières aussi sérieuses qu'un kidnapping, je n'apprécie que très modérément qu'on essaie de me faire avaler des couleuvres. Vous avez déjà arrêté votre jugement, si j'en crois le camarade qui a fait son petit numéro à l'accueil."

Les choses sentaient mauvais : Markus était donc capable de lire dans leurs pensées, et en sortait des choses qui n'allaient pas spécialement dans le sens d'une demande de service gratuit et altruiste.

"Rassurez-vous, je considère plutôt ceci comme une sorte d'ironie des choses. Je n'avais pas d'a priori sur l'Institut Xavier avant de vous recevoir. Il me navre néanmoins de constater que notre moralité est remise en question de façon aussi radicale. Surtout de la part de personnes qui ne sont pas toutes blanches non plus... Vous avez raison de réfléchir à vos idéaux, M. Cruge. Quel prix moral êtes-vous prêt à payer pour récupérer vos amis, nécessaire préalable à l'expédition punitive qui est déjà plus que sérieusement envisagée ?"

Pris le doigt dans la confiture... La perspective de retrouver Kala et Alex par ce biais semblait s'éloigner dangereusement.

"M. Backhouse a raison de remarquer que je n'ai pas besoin de vous, mais que vous avez besoin de mon aide pour retrouver vos amis. Si vous avez une si piètre estime de la Fondation Ganymède, demander son aide serait une aliénation à votre irréprochable moralité que je ne saurai exiger de vous..."

Il reprit sa tasse, et fit un instant tourner le restant de thé au fond, avant de finalement la terminer, et la reposer.

"Qu'êtes-vous venus me demander exactement ?", demanda-t-il en regardant Édéas puis Ronan dans le blanc des yeux. "Si vous êtes venus pour ces deux personnes, vous avez ma réponse. À vous d'en faire ce que vous voulez. Mais si vous êtes venus pour demander de l'aide à la Fondation, sachez que le prix à payer sera la sincérité."

Un tarif bien sibyllin... Markus se leva, signalant par là que l'entrevue était terminée. Il conclut en raccompagnant Édéas et Ronan à la porte de son bureau.

"Rassembler les informations disponibles me prendra un peu de temps. J'irai directement trouver Mme Llewellyn quand j'en aurai fini. Vous êtes encore bien jeunes, et êtes encore dans la tension du moment. Essayez de garder la tête froide, et de rester dans le monde rationnel..."

Markus les laissa donc repartir sur cet ultime conseil, et l'impression étrange de ne pas savoir si les choses s'étaient bien ou mal passées.


Ronan BackhouseInstitut : Élève
Lun 14 Nov - 19:18
avatar
Institut : Élève
Voir le profil de l'utilisateur
Un peu gêné devant la leçon de morale, Ronan baissa les yeux mais ne put s'empêcher de se défendre.

C'est vrai que c'est notre hypothèse principale. Tout simplement car c'est la seule. Mettez-vous à notre place ! Dès qu'on identifie les deux ravisseurs, ils sont reconnus immédiatement comme ayant appartenu à Ganymède. Troublante coïncidence, non ? Ne le prenez pas personnellement, c'est juste que je ne connaissais la Fondation ni d'Eve ni d'Adam, jusqu'à présent. Croyez bien que votre volonté de nous aider m'aidera à me forger une opinion peut-être plus réaliste de Ganymède. Quant à Brieuc, veuillez l'excuser, mais ses amis sont en danger de mort. Et il ne supporte pas de ne rien pouvoir faire, je pense que vous pouvez le concevoir.

Le jeune homme n'avait jamais été le fayot de la classe, quand il allait encore à l'école. Mais il y avait retenu la leçon suivant : "Tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute". Pour obtenir ce qu'il voulait, il fallait parler le même langage que Wiseman, même s'il était vrai qu'il ne nourrissait aucune animosité envers Ganymède de toute façon.

M. Backhouse a raison de remarquer que je n'ai pas besoin de vous, mais que vous avez besoin de mon aide pour retrouver vos amis.

Le cyberpathe sursauta ! Il n'avait jamais dit ça mais... il l'avait pensé ! Ce gars pouvait lire dans son esprit ! À l'instant même, il devait savoir que Ronan avait compris ! Cela le mit terriblement mal à l'aise et pendant quelques secondes, il se mit à répéter dans sa tête :

*Ne penser à rien, ne penser à rien, ne penser à rien...*

Du coup, il n'écouta les dernières paroles de Wiseman que d'une oreille. Leur avait-il demandé quelque chose en échange ? Il lui semblait bien que oui... Mais quoi ?
Edéas crugeInstitut : X-Men
Mer 16 Nov - 21:29
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Edéas écouta patiemment la réponse de Markus, cependant Edéas n'était pas du tout d'accord avec lui. De plus il frissonna en l'entendant dire que lui aussi était capable de lire dans l'esprit des gens et qu'il se permettait volontiers de le faire actuellement.

« Ne mettez pas tous le monde dans le même panier s'il vous plaît, et concernant notre ami Brieux vous devez prendre en considération qu'il était émotivement bouleversé comme nous le sommes actuellement. De plus chacun peut faire des erreurs. »

Edéas appréciait que très modérément se voir faire la leçon, d'autant plus qu'il n'était pas vraiment hostile à la fondation, il était même curieux à vrai dire. Markus recommençait à lire dans son esprit ce qui avait le don de l'agacer.


« Je ne vous permet pas de lire dans mon esprit et d'ailleurs si vous le faites vous devez savoir que le terme de punitif est un peu trop fort, il me semble normal de rechercher les coupables et de les confronter au yeux de la justice. Et avec tous le respect que je vous doit, peut-être que vous êtes moralement irréprochable, et bien que votre association réalise des actions fort utile à la cause mutante je ne suis pas sur que cette dernière soit blanche comme neige. »

Edéas se tut là s'il continuait ses paroles risquaient de dépasser ses pensées et ils savaient qu’un jour il le regretterait peut-être. Markus continua de leur faire une soit disant moral, qui ne laissait pas totalement indifférent Edéas. L'entretient venait à sa fin. Grace à markus l'espoir de retrouver leur amis était grand et Edéas en était content, il regarda Ronan qui tout comme lui défendit la réaction de brieux.

« Au revoir Monsieur Wiseman, merci pour votre aide, je suis désolé que nous n'ayons pas montré un meilleur visage de l'institut mais, peut-être qu'en d'autre circonstance nous aurons l'occasion de changer cela et peut-être serez vous à même de nous rassurer sur le visage de ganymède. »

Puis comprenant que leur présence en ces lieux n'étaient plus désiré Edéas sortit en direction de l'institut, son principal objectif étant de débriefer ses amis.
Contenu sponsorisé
 

À nos chers disparus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AX-Factions :: Manhattan Uptown :: Fondation Ganymède :: Bureau de M. Wiseman-
Sauter vers: