Cent ans après leur extinction, les mutants réapparaissent. Quatre années de lutte contre des humains cherchant à les étouffer se solderont par une mystérieuse destruction de l'Institut Xavier. Trois ans plus tard, il est temps de rebattre les cartes.
 
AccueilWikiFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De nouveaux squatters (MISSION SQUAT ANCIEN INSTITUT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Mar 25 Oct - 11:00
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Bon, pour la douche chaude et bienfaisante, on repasserait… Mais au moins il pouvait vaguement se sentir moins crade… Par contre, il allait fissa retrouver son sac pour foutre ses fringues de rechange avant de chopper une crève ou un truc du genre. Caillant à mort, il regardait, perplexe, la fine couche de glace sur ses fringues… Puis Pancake se mit à aboyer frénétiquement. Il connaissait ce jappement la. Aucun rapport avec son éternelle faim… Un truc ne lui plaisait pas, et quand un truc ne lui plaisait pas, c’est que ça craignait vraiment.

Il en était la de ses réflexions lorsqu’un grand bruit de fracas lui confirma que c’était le bordel de l’autre côté. Lorsqu’anjie interpella visiblement une « greluche » de l’autre côté, il se rappela avec sarcasme un certain proverbe « prend garde à tes souhaits, ils pourraient se réaliser ». Finalement, donc, ils avaient été repérés… Mais vu le bordel, l’irlandais n’étais pas sur que ce soit un bien. Et il se pelait les miches, en plus…

Bon, pour le moment, sauf si ses camarades avaient le sang chaud, ce qui ferrait, la, tout de suite, un contraste saisissant avec sa propre condition, il n’y avait pas de raison de penser qu’ils s’étaient fait repérés en tant que mutants… Sauf si la « visiteuse » avait un moyen quelconque de reproduire le système de reconnaissance de l’ex institut… Ce qui à bien penser n’était pas impossible. Il fallait en avoir le cœur net.

Il se dirigeât donc de l’autre côté, sans tenter de se planquer de faire un coup fourré mutant, et puis aussi parce qu’il se caillait copieusement… Il lui fallait ses fringues… Visiblement, ses camarades étaient plus ou moins en porte à faux avec une nymphe, et, en parlant de porte, cette dernière n’existait plus. Pas de Pancake dans les parages, il avait du se planquer, en bon chien de garde…

« wow… C’est quoi ce bordel ici ?;…. Comment vous avez pêté notre porte ? Permettez, je me change, sinon je vais chopper la crève… »

Lentement, on sait jamais, il se dirigeat donc vers son sac pour chopper un jogging histoire de moins se geler… Et si un ou une autre mutante était responsable du gel ? C’était quand même pas normal tout ça… Dans son sac, un message de grégoire l'attendait sur son portable.
DestinSans étiquette
Mar 25 Oct - 22:08
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
Alors que madame verte esquissait à peine un geste, des lianes sortirent du sol et des murs, enserrant Anjali qui se retrouva suspendue au plafond comme un genre de lustre naturel, fermement emmaillottée dans des tiges végétales. Avec effroi, elle sentit que l'une des tiges venait se loger dans sa bouche. Celle-ci avait un goût particulièrement amer.

"Tu parles trop...", se contenta-t-elle de dire. Manifestement, elle n'était pas là pour plaisanter, mais plutôt pour faire un carnage, vu qu'une nouvelle tempête de feuilles se levait, et englobait James, qui put sentir au passage que parmi les feuilles s'étaient dissimulés quelques cactus savamment assaisonnés.

Candice, de son coté, eut l'horreur de constater que, face à sa tentative d'étirement, quelque chose faisait résistance... Elle-même. Elle était littéralement collée au mur. Et le mur était subitement diablement froid et givré ! Un froid mordant que ne pouvant manquer Jason qui se pelait diablement les miches, tremblait, grelottait et frissonnait. Néanmoins, concentrée qu'elle était sur James, Mme Verte ne lui prêta pas attention. Alors qu'il s'emparait de son jogging, qui était aussi froid que le reste, et raidi par du givre, un nouveau bruit attira son attention : une fêlure, suivi par le hurlement caractéristique d'une baie vitrée qui se décomposait en morceaux. Ex-baie vitrée par laquelle entra une nouvelle invitée


"Tu as l'air d'avoir froid mon chéri !", s'exclama-t-elle en une fausse compassion qui sonnait comme un déroutant sadisme, tout en se transformant, comble de l'horreur, en une véritable torche humaine. "Viens donc me faire un câlin !"

---

Arrivé à l'arrière de la maison, Michaël put voir qu'une femme y semblait particulièrement affairée, utilisant un quelconque pouvoir sur la bâtisse.


Une femme à robe rouge disparut par ce qui était jadis une baie vitrée à l'instant où la fille à robe bleue se retournait vivement vers Michaël, fouettant l'air de la main, matérialisant par le fait trois stalactites qui filèrent droit sur lui.

---

Grégoire et Jake, à l'entrée principale, eurent rapidement une autre visite inattendue, sous la forme d'un vent de sable assez intense, parfaitement inhabituel en cette saison, et surtout sous ces lattitudes. C'était assez aveuglant et irritant, mais à travers, ils purent apercevoir une quatrième femme à robe marron...


Il apparaissait clair pour tout le monde que les quatre mutantes envoyées là n'étaient pas ici pour déloger les squatteurs, mais purement et simplement pour les exterminer.
Jake LevineGanymède : Membre actif
Mer 26 Oct - 1:54
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Bon, les choses avaient l'air de prendre une mauvaise tournure. Les bruits que put entendre Jake n'était pas rassurant il semblait y avoir du grabuge à l'intérieur. Il aurait du s'en douter. Après l'expérience de Jacksonville, il aurait du se douter qu'une mission pour Ganymède ne se contentait pas de feux de camp et de marshmallows!
Après les explosions de personnes, voilà que des tempêtes de sable se déchainées à leur tour. Alors que rien dans l'air n'avait put le laisser à passer, un étrange vent de sable s'était levé et soufflait dans sa direction.

Il s'intensifia au point de devenir aveuglant. Pour se protéger, Jake plaça son bras devant son visage pour éviter de se prendre des grains de sables dans le yeux. Mais malgré tout, Jake du également tourné la tête. C'est là qu'il aperçu quelqu'un derrière lui.
Que faisait-il là? S'agissait-il d'un des squatteurs de Ganymède?

Il ne le reconnut pas tout de suite, mais il semblait bien l'avoir déjà vu chez Ganymède. Il portait un prénom français. Mais pour le moment, il lui échappait.

Lorsque Jake regarda à nouveau devant lui, il distingua d'abord au travers de la tempête quelque chose qui ressemblait à des voiles. EN regardant de plus près, il aperçu une jeune femme portant une robe marron. C'était une robe bien particulière digne des milles et une nuits
. Une tenue bien particulière pour le lieu.

A son attitude, Jake comprit qu'elle avait quelque chose à voir avec la tempête qui soufflait. Ils avaient donc à faire à une mutante et visiblement il n'était pas les seuls à etre visés.

Malgré le fait qu'elle paraissait hostile, Jake la trouva fort charmante. Dans d'autres circonstances, il lui aurait certainement offert un verre. mais pour l'heure l'adrénaline commençait à monter. Si cette personne lui en voulait, il devait chercher à réagir rapidement et trouver la façon la plus rapide pour la mettre hors circuit.

Jake se concentra alors pour utiliser son pouvoir. Il chercha à phaser afin de ne plus etre entravé par la tempete. Il se mit alors à courir en direction de la jeune femme. Le but était d'utiliser son pouvoir jusqu'à elle, de passer au travers d'elle et de lui asséner un coup par derrière.

Il ne savait pas si son idée allait fonctionner, mais il avait un seul effet de surprise et qu'une seule chance.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Mer 26 Oct - 10:04
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Non, décidément, ce n’était pas un problème de panne d’oreiller. Il n’avait pas la berlue, alors que, trouvant enfin son jogging, il pu constater qu’il était gelé lui aussi. Ça commençait vraiment à sentir le roussi. Il ne croyait d’ailleurs pas si bien dire alors que, depuis une autre direction, il entendit se briser la baie vitrée. Une créature au tempérament de feu en profita pour s’introduire à son tour dans la maisonnée.

Son ton sarcastique n’aurait pas été un problème s’il n’était pas en train de copieusement se geler la couenne. La nouvelle venue ne mit pas longtemps à le menacer à son tour, alors qu’elle se transformait en torche humaine ! Inutile de dire que ça allait vite devenir un problème pour eux tous si il continuait à s’obstiner à jouer au « non mutant ». Visiblement ils avaient finit par attirer l’attention, seulement le problème était que ceux qui les avaient repérés n’étaient pas ce qu’on pourrait appeler d’une neutralité bienveillante.

Plus d’hésitation, s’ils voulaient sauver leurs miches, ils fallait maintenant agir, aucune discussion n’était visiblement possible.

Pour ne pas laisser la belle avoir une chance de lui déclarer sa flamme, il se fit encore plus tremblant, ce qui n’était pas dur, vu qu’il se gelait la couenne. Mais au lieu de demander pitié, il tenta d’enfermer la belle, avec son pouvoir, dans une sorte de vierge de fer psychique, sans les pointes à l’intérieur… pour le moment…. Le but étant d’éviter qu’elle ne s’épanche, et de la priver d’oxygène, accessoirement…
James William MurrayGanymède : Sympathisant
Jeu 27 Oct - 20:19
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
Apparemment, la donzelle façon plante verte n'était pas venue leur offrir un pot pourri. James eut tout juste le temps de voir Anjali se faire suspendre au plafond telle un lustre qu'il se fit entourer de feuille dont les piqûres laissaient présager un autre contenu dissimulé. Elle ne semblait pas être seule dans cette opération "grand ménage de printemps".

Ainsi donc, ce n'était pas pour les virer mais bien pour les agresser qu'on était venu les voir. Alors soit ! Si elles étaient venues pour la guerre elles l'auraient ! Jason semblait avoir son compte d’occupation tout comme Candice. Anjali n’était pas en bonne posture et l’ouverture de la porte laissait à penser que la dame de l’automne était du genre bourrine, voire vicieuse avec son vent épineux. A voir Anjali suspendue, on pouvait difficilement se mesurer en force pure aux racines qu’elle employait, il fallait donc remonter à la source : la mutante.

Se protégeant derrière une garde digne d'un boxer catégorie poids lourds, James visa et se concentra pour se transformer en électricité et fondre vers sa proie, traverser miss pot de fleur de part en part et réapparaître derrière elle, prêt à en venir aux mains avec elle si le passage de courant ne suffisait pas à calmer ses velléités florales. Au moins, ce faisant il se sortirait au minimum de la situation épineuse où il se trouvait.
Michael KäferböckGanymède : Membre actif
Ven 28 Oct - 2:11
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Michael sut qu'il était à la bonne adresse au moment où il traversa la dernière palissade et s'arrêta net dans son élan, légèrement essoufflé. Devant lui, miss Peacock et miss Scarlet s'activaient. La première semblait occupée à quelque rituel étrange et la deuxième entrait par ce qui fut probablement une baie vitrée, ou quelque chose de ce type. Selon les agissements de la dame en bleu, il s'agissait soit de mutantes, soit de timbrées raffinées.

Au vu des trois glaçons (euphémisme) qui se dirigeaient vers lui, au moins une des deux options était confirmée. À l'accueil chaleureux auquel il eut droit, Michael n'infirma pas la seconde hypothèse, par contre. Il fallait donc réagir. Heureusement, le cervelet fut assez rapide pour cesser les analyses qu'effectuait le cerveau et forcer le corps de Michael à plonger légèrement sur le côté, mais tout de même en direction de la petite terrasse en pavé-uni. Là il pourra se laisser absorber par les pierres taillées et se positionner sous la dame givrée (merci à la gravité de donner un poids à chaque chose) pour ressortir ses pieds sous ceux de la femme et la propulser dans les airs en donnant une grande poussée lorsqu'il ressortira le reste de ses jambes. Ainsi, elle devrait être déstabilisée.

[HJ : Je poste après James, Jake et Jason héhé!]
Grégoire DelibesGanymède : Membre actif
Ven 28 Oct - 12:40
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Le jeune homme avança encore davantage vers la maison alors qu'il attendait un signe de vie de la part de Jason. Pour seule réponse, il vit apparaître une étrange jeune femme, tout de marron vêtue. Grégoire comprit alors que si cette bonne femme arrivait par l'extérieur, il devait y en avoir une seconde à l'intérieur, ne se doutant pas que le danger était quadruplé dans cette maison.

Il resta de marbre, à quelques mètres de la jeune femme qui fit se lever une tempête de sable aveuglante. S'il y a avait bien quelque chose que Grégoire détestait plus que le goût acide du pamplemousse, c'était bien sensation de croquer du sable. Son sang ne faisait qu'un tour, il s'apprêtait à renvoyer au destinataire ces petits grains dorés lorsqu'il vit Jake à l'assaut, courant en direction de la jeune femme. Le français devait bien admettre qu'il ne se connaissait pas les capacités mutantes du jeune homme. La mystère sur le déroulé de son action était donc entier pour lui. Il le regarda se jeter dans la gueule du loup et tempéra donc sa contre-attaque, renvoyant à la mutante son air et son sable, en un souffle puissant, centré sur elle qui pourrait éventuellement la déstabiliser.
Anjali DevganGanymède : Membre actif
Dim 30 Oct - 3:01
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Les choses tournaient au vinaigre, blanche-neige n'avait pas trop aimé ses réprimandes et des lianes étaient sorties du sol et des murs pour ensserrer Anjali et la suspendre au plafond, tel un lustre décoratif. Elle ne put protester, une des lianes s'était mise dans la bouche de la jeune femme pour l'empêcher de parler. Elle grimaça, le goût était atroce, elle se forca à respirer par le nez mais ça ne faisais qu'accentuer le sens du goût. Seulement elle n'avait pas le choix vu la mauvaise posture dans laquelle elle était.

L'intruse s'attaqua ensuite à James qui fut également prisonnier par des plantes épicées aux cactus. De son point de vue en hauteur, Anjali remarqua que Candice ne semblait pas pouvoir bouger, comme si du givre recouvrait le mur où elle était adossée et la retenait collée. Jason tremblait et tentait de se vêtir, Anjali pouvait sentir le froid depuis le plafond.

Une nouvelle pétasse débarqua et voulu câliner Jason en se transformant en une torche incendiaire.

Voyant tout ce qui se passait, Anjali se sentait impuissante, de nouveau comme en Inde... Elle sentit la rage monter en elle, elle avait bien compris que les nouvelles venues n'étaient pas venues dans le but de fumer le calumet de la paix et danser une ronde à poil autour d'un feu de camp comme le feraient des sorcières de la wicca. Ils allaient mourir s'ils continuaient à faire semblant d'être des humains.

*Non! notre heure n'est pas venue!* hurlait-elle mentalement, dans l'incapacité de parler.

Elle tenta de se libérer en gesticulant mais les liens végétaux étaient bien solides. Elle se calma et se mit à réfléchir trés vite, que pouvait-elle faire en premier lieu? Elle se demandait si elle allait priviliéger une tentative de se libérer des plantes ou aider ses compagnons qui pourraient ensuite la libérer? Elle demeurerait dans ce cas une cible facile pour ces furies si elles désiraient s'attaquer à celui qui était en plus mauvaise posture, c'est à dire ceux qui ne pouvaient plus bouger donc james, candice et elle même.

Elle finit par trouver ce qu'elle pouvait faire pour aider ses amis et s'aider elle même en même temps. Elle se concentra pour cumuler le maximum de puissance dans tout le corps pour dégager des infra rouges qui lui permettrait de faire monter la température de la pièce trés rapidement pour permettre à ses compagnons d'infortune de se réchauffer et de pouvoir agir sans se sentir engourdis ou grelottant, espérant ainsi contrecarrer la personne qui s'amusait à transformer la pièce en freezer. Les yeux d'Anjali étaient focalisés sur le mur où était adossée Candice, elle espérait, en cumulant sa concentration dessus, pouvoir dégeler assez rapidement le mur pour que celle-ci puisse bouger et se défendre. Cependant elle ignorait quel effet la chaleur dégagée aurait sur les lianes.

Elle adressa mentalement une courte prière à Shiva, qu'ils aient son aide et sa protection pour y survivre, elle espérait que l'un d'eux penserait à la libérer. Décidément, si elle s'en sortait, elle demanderait à suivre un entraînement pour mieux se servir de ses pouvoirs mutants dans des situations de danger.
DestinSans étiquette
Dim 30 Oct - 15:37
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur


Jason était sans peine parvenu à matérialiser sa bulle psychique autour de la torche humaine qui regarda un instant autour d'elle, puis haussa les épaules, et... passa à travers, les flammes n'étant pas matérielles. Avec quelques mouvements de bras, elle mit le feu aux affaires qui traînaient ça et là, au parquet, aux murs... Y compris sous les pieds de Jason qui, pour le coup, avait nettement moins froid ! C'était d'ailleurs une situation particulièrement paradoxale : il faisait un froid de chien, et tout flambait.

Quoique, la situation sur le front de la météo s'arrangeait légèrement grâce à Anjali qui fonctionnait en mode lampe infrarouge. Mais ça commençait à sentir le roussi pour elle. Au sens propre. Elle pouvait même entendre le gémissement particulier que produisent les plantes quand elles sont plongées dans le feu. Les lianes commençaient à sécher.
Madame verte avait toutefois d'autres priorités dans l'immédiat, vu que James passait à l'offensive, se changeant en électricité, pour filer droit vers madame verte, et percuter une grosse racine qui était sortie du sol in extremis. Madame verte battait en retraite vers la porte d'entrée.

À l'extérieur, Jake avait pu phaser, se protegeant de l'irritation de la tempête de sable , qui était de toutes façons rabattue sur la fille marron, qui put voir Jake passer au travers elle. Elle tapa alors du pied, et une intense secousse sismique se fit sentir, jetant Grégoire et Jake les fesses par terre. Néanmoins, elle ne passa pas à une nouvelle offensive, et partit vers le jardin, où s'était également engouffré madame verte.

Dans le jardin, Michaël avait plongé sur le coté, mais s'était salement fait entailler l'épaule par l'un des stalactites. Madame bleue étant distraite, la température reprit rapidement des niveaux normaux dans la maison. La chaleur de l'incendie causé par madame Rouge, et l'effet lampe d'Anjali eurent tôt fait de donner à l'ensemble une chaleur étouffante. Jason et Candice en seraient probablement quitte pour un gros rhume dans quelques jours. Anjali, elle, put sentir les lianes trop sèches lâcher, et elle tomba à terre comme une vieille prune.

Tout n'était toutefois pas fini dans le jardin : Michaël avait plongé au sol, mais avait manqué la terrasse de quelques mètres. Madame bleue s'avança alors vers lui, et le recouvrit de la tête aux pieds d'une grosse chape de glace qui commençait à peser bien lourd.
InvitéInvité
Dim 30 Oct - 18:11
Scotchée. Non mais… Scotchée, quoi. Elle avait voulu montrer patte blanche, être sympathique et avenante, et voilà comment elle était remerciée. La visiteuse était loin d’être sympa, elle. Ostensiblement mutante, elle fit appel à ses racines pour ligoter sans préavis Angali, bouchant même l’orifice buccal de la demoiselle dans une espèce de parodie un peu glauque d’hentai japonais. Non mais et puis quoi, encore ? Ah… Oui, elle-même s’était donc retrouvée collée au mur. Sans raison, elle s’était retrouvée tout bonnement agglutinée dans le mur, par un froid peu appréciable. Et la nouvelle nana en robe qui ne tarda pas à arriver n’arrangea rien : elle entra en brisant la baie vitrée. Une grande blondasse à la robe rose. Le but de ces étrangères était clair : elles voulaient tuer, sans la moindre pitié, les mutants squatteurs. Elles devaient avoir été mises au courant de leur présence indésirable, et la diplomatie ne semblait pas vraiment la signature de la maison. Bien au contraire.

Chacun y allait de son petit pouvoir pour faire mordre la poussière à la femme-flamme et à sa collègue végétale. En vain, hélas, pour la flamboyante. Les objets psychiques de Jason n’arrêtèrent pas cette curieuse enflammée, qui fit s’embraser tout le salon en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. L’autre, en revanche, avait été repoussée momentanément par l’intervention de James, qui n’avait finalement pu qu’électrifier un bout de racine, mais avait amené la sylve à se tirer vers la porte défoncée.

Et à ce moment, alors que tout brulait autour, Candice sentit qu’elle put récupérer ses mouvements. Elle se décrocha du mur sans plus attendre, non consciente des conséquences possibles de ce chaud-froid sur son organisme les jours suivants. Si elle survivait. Ce qui ne semblait pas gagné, vu l’acharnement de ces dames à vouloir les briser. Mais la belle purple n’avait pas dit son dernier mot. Elle s'en alla à la poursuite de miss Liane, à l'extérieur, et lui cria :

« Hé, pouffiasse, on t’a jamais appris à dire au revoir avant d’te tailler comme une haie ? »

Et BIM, elle créa un joli mur psychique juste devant la fuyarde pour qu’elle fonce dedans de plein fouet. Mur qui n’était, bien sûr, que l’un des côtés internes d’une boite psychique que la miss tenta de matérialiser tout autour de la méchante liane sur pattes.


Dernière édition par Candice Cooper le Lun 31 Oct - 18:31, édité 1 fois
Anjali DevganGanymède : Membre actif
Lun 31 Oct - 3:26
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Elle vit que sa tentative d'aider ses camarades avait porté ses fruits, Candice s'était libérée du mur et Jason semblait avoir plus de facilités à bouger dans sa petite tenue. Les lianes se mirent à se déssécher et à crépiter légèrement, Anjali comprit que son effet lampe infrarouge avait finalement agi sur les plantes qui l'enserraient et allait finir par casser sous son poids, devenant fragiles en séchant.

La dame en feu avait provoqué un incendie dans la maison, les flammes dévoraient leurs affaires, le parquet et les murs par endroits. Anjali se sentait étouffer dans la maison, l'incendie et sa lampe infrarouge conjuguée avec la gelée évaporée avaient créé une chaleur tropicale dans cette pièce. Elle suait, pas seulement sous la chaleur, elle se trouvait à deux mètres, trois mètres du sol environ et allait se faire trés mal en tombant. Elle sentait que les lianes allaient craquer d'un instant à l'autre.

*Ne pas me raidir, me laisser tomber au sol comme une poupée de chiffon, je réduis les risques de faire une mauvaise chute du genre fracture malvenue.* pensa-t-elle en se sentant finalement chuter droit vers le plancher les bras devant son visage pour le protéger. Les lianes avaient lâché dans un sinistre craquement et libéré l'indienne qui se retrouva à mordre la poussière.

-"Aïe!"

La chute fut rude mais rien de cassé, des ecchymoses, sûrement, qui mettront du temps à partir, mais c'était mieux que d'avoir un membre dans le plâtre. Elle se releva en gémissant de douleur et évita les zones incendiées pour épargner ses vêtements. Elle eu un regard pour ses affaires qui prenaient feu, rien de précieux dedans, mais elle n'aimait pas qu'autrui s'en prennent à eux et à leurs "maigres possessions". Elle secoua la tête pour se remettre les idées en place, elle s'était tellement glissée dans la peau d'une squatteuse possédant peu qu'elle avait du mal à ne pas ressentir un pincement au coeur à la vue de la destruction de leurs affaires.

Au milieu de ces combats hors norme, encerclés par des flammes, Anjali eut une pensée pour le chien, elle espéra qu'il avait pu se réfugier dehors et non dans le bâtiment en flammes.

Elle vit la femme qui avait le feu aux fesses s'etre libérée sans problème de la prison psychique de Jason. elle ne savait pas quoi faire pour attaquer elle même la torche humaine mais eut l'idée de faire plusieurs hologrammes à l'image de jason, dupliqués en cinq fois autour de lui et les faisant mouvoir dans des directions différentes. Elle espérait, avec les flammes et la fumée qui perturbaient la vue, celle-ci ne distinguerait pas trop les hotogrammes du vrai Jason. Ceci pouvait lui donner une chance de se mettre hors de portée de cette femme et de l'attaquer une nouvelle fois de quelque façon qu'il soit, il fallait la neutraliser.

Elle s'abstint de parler pour ne pas se faire remarquer et espérait que Jason comprendrait que ça venait d'elle, ils avaient déjà eu une mission ensemble au japon et l'avait vue en action.
Jake LevineGanymède : Membre actif
Lun 31 Oct - 17:54
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
L’action de Jake n’avait pas eu l’effet escompté. Il avait réussit à phaser et à se protéger de la tempête ce qui était déjà une bonne chose, mais visiblement Grégoire semblait prendre l’ascendant sur Miss Brown. Le vent avait tourné et elle se prenait maintenant en pleine face son propre bordel!
Jake la traversa alors mais au moment ou il allait se retourner pour lui asséner un coup, le sol se mit à trembler. Décidément le mutante avait plus d’un tour dans son sac. Il fallait s’en méfier tant qu’il n’avait pas pris connaissance de toute sa puissance.
Déstabilisé par le tremblement de terre, Jake tomba sur les fesses. Ou sur «le cul» tellement l’effet de surprise était là. Un peu secoué, il lui fallut quelque secondes avant de se relever et de épousseter. Il se releva et mis ses mains en garde devant lui près à recevoir une nouvelle attaque de Miss Brown. Mais celle-ci semblait avoir d’autres plans pour le moment. Aussi elle les laissa là et se dirigea de l’autre coté de la maison.

Que fallait-il faire? La suivre et se prendre une raclée, ou pénétrer dans la maison et aider ses autres compagnons de chez Ganymède. Après tout, d’ou il était, il n’avait aucune idée de ce qu’il se passait à l’intérieur.
il chercha du regard Grégoire et s’approcha de lui pour l’aider à se relever.

" Tout va bien? C’est qui c’te furie? une ex à toi?"

bon le moment n’était pas le meilleur pour tenter une blague, mais il fallait bien détendre atmosphère d’une manière ou d’une autre. Et lui, ça le rassurait. il n’était pas encore vraiment à l’aise avec tous ses complots et autres attaques de mutante sexy en diable qui cherchait à les tuer.

Une fois remit de ses émotions, Jake se dirigea vers la maison, ou un spectacle des plus étrange l’attendait. Une guerre des gangs version mutants faisait rage. Des flammes sortaient de toute part tandis qu’une Miss enflammée flottait au dessus d’eux.
Face à lui, Miss Green semblait vouloir s’échapper.
Les autres étaient donc pris au piège à l’intérieur de la baraque avec ce qui semblait de plus en plus ressembler à une version mutantes de Charlie et ses drôles de dames.

Jake aperçu sa coloc et le mur psychique qui vint se dresser devant miss green ne pouvait être que de son ressort.
Il fallait analyser la situation et agir rapidement. A vrai dire, le pouvoir de Jake n’était finalement pas d’une grande aide pour les autres. Il chercha du regard quelque chose qui pourrait l’aider à frapper vite et fort, mais rien n’était moins sur dans cette maison. Il se préparait à frapper miss Green si le mur ne suffisait pas, tout en phasant le reste de son corps ( sans les bras) pour éviter toute attaque surprise.
Michael KäferböckGanymède : Membre actif
Mar 1 Nov - 0:42
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Un sifflement, la peau et la chair qui déchirent, le sang qui perle. Un pincement qui parcoure sa veine jusqu'au coeur. Et il atterrit. Pas assez rapide. Ou pas assez sur le côté. Et il n'avais même pas atteint la terrasse. Le temps de reporter son attention sur Miss Peacock, qui le recouvrit de givre, puis de glace. Sur le coup, la fraîcheur avait quelque chose de pas désagréable : son entaille piquait toujours mais n'était plus à vif. Et puis ca limiterait l'enflure et toutes ces joyeusetés. Mais la pression devint rapidement telle que Michael songea qu'il étoufferait avant longtemps.

C'est pourquoi il décida plutôt de fusionner dans la glace, la traverser et, de crainte que la mutante ne la fasse exploser alors qu'il se trouverait à l'intérieur, d'en ressortir par le dessus en tentant de frapper la demoiselle. Elle n'était pas bien grosse et un vigoureux coup de son poing valide devrait la déstabiliser un moment. Le tout accompagné d'un fort viril hurlement. Juste pour signaler sa présence.
Grégoire DelibesGanymède : Membre actif
Mar 1 Nov - 13:35
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Concentré sur sa contre-attaque, Grégoire ne remarqua la discrète mais très efficace diversion que créa cette maîtresse de la terre afin de s'enfuir. En moins temps qu'il ne le faut pour le dire, le français se retrouva les quatre fers en l'air, quelque peu désorienté. Jake vint rapidement à lui afin de s'enquérir de son état et l'aider à sa relever. Dans une expression des plus figées, Grégoire tenta s'esquisser un sourire de remerciement à son ami ganymédien.

Se relevant difficilement, il prit appui sur Jake pour reprendre ses esprits quelques secondes et apprécier sa boutade.

« Non, pas une ex, mais peut-être une future si elle veut bien arrêter d'essayer de nous tuer ! »

Les deux jeunes gens se dirigèrent vers la maison et se heurtèrent à autre femme colorée.

« Ah d'accord, parce qu'en plus y'en a d'autres... »

Voyant que Jake semblait se préparer à intervenir, Grégoire était davantage inquiet par l'état de l'intérieur de la maison et de ses occupants, en proie aux flammes. Il concentra un flux d'air dense et sec qu'il projeta contre la base des flammes afin de libérer un chemin vers l'extérieur de la maison et leur permettre de sortir.

« Sortez de là, la maison va finir par s'écrouler ! » dit-il en se demandant quelle était la source de ses flammes improbables.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Mer 2 Nov - 15:29
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Avec un sourire triomphal, Jason regarda son piège se refermer. Sa mâchoire se décrocha la seconde suivante, quand la furie s’échappa purement et simplement de sa prison pour venir le narguer et répandre ses flammes un peu partout. Qui qu’ils soient, leur commanditaires (il n’imaginait pas que ces drôles de dames agissaient en leur nom) se fichaient comme de la guigne des habitations. Ils devaient être détruits, point barre. Et c’est bien ce qui risquait de se passer si ils restaient trop longtemps sous les décombres de la maison en flamme.

Alors que, inquiet, il guettait des signes de vie de Pancake, il eut un instant de surprise en se voyant plusieurs fois. Anjie était entrée en lice et avait fait des copies visuelles de lui. Bien, avec un peu de chance ça leur fournirait les précieuses secondes dont ils avaient besoin.
Les furies battaient en retraire (ou les attiraient dans un piège ?) visiblement dans le jardin. Voyant que Candice partait à la poursuite de la dryade, il observa d’un œil critique ses camarades et sa propre situation. A moitié à poil, dans une maison en flamme et glacée, il ne fallait pas être devin pour imaginer son état dans quelques jours… Mais ce n’était pas son problème immédiat. Il fallait protéger tout le monde.

Il se confectionna donc une sorte de seconde peau psychique, dont il pouvait changer les formes, pour suivre ses déplacements, avec une sphère, comme une sorte de parapluie en plus grand, au dessus de lui. A ses pieds, des crampons lui permettant, si besoin était, de se forger un chemin. Il voulait s’approcher de ses camarades, les aider à se relever si besoin était, et sortir au plus vite avec eux de la maison. Dans ses camarades, il incluait son fidèle Pancake, qu’il regrettait déjà avoir amené ici, il s’en voudrait énormément si il devait être blessé ou… pire.

Non ! Ça n’arriverait pas.
James William MurrayGanymède : Sympathisant
Sam 5 Nov - 11:18
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
James s’était tiré de sa mauvaise position dans l’œil du cyclone acéré et avait distrait miss plante verte par la même occasion. Par contre elle avait des réflexes et avait sauvé son brushing de peu. Mais les rôles de proie et prédateur s’inversaient et celle qui les avait agressés tentait maintenant de fuir. Peut-être se rendait-elle compte qu’elle avait sous-estimé les squatteurs et préférait-elle une retraite stratégique pour trouver du soutient dehors.

Stopper une personne en fuite, c’était la spécialité du linebacker, aussi James sentit toute la frustration et l’adrénaline stockée des derniers jours s’échapper dans une explosion à l’idée de plaquer la greluche sans ménagement comme il plaquait des gaillards armurés d’une centaine de kilo.

Contournant la racine qui avait servi de bouclier comme on feinte un fullback protégeant le porteur du ballon, James se jeta sur miss verte avec toute son expertise de footballeur dans l’intention de calmer un peu son envie d’accrocher ses camarades au plafond et de lui faire goûter le sol qu’elle semble affectionner. Pas d’armure et pas de gazon pour amortir le choc au sol, s’il réussissait à la plaquer sur le peron elle risquait d’être bien sonnée alors que lui profiterait de l’anatomie féminine pour atterrir sur un coussin !
DestinSans étiquette
Sam 5 Nov - 20:42
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
La course de Madame Verte fut interrompue par le mur psychique. Ni une ni deux, des ronces se mirent à buissonner de partout autour d'elle, formant un amas compact et dense, rendant tout le couloir impraticable, y compris pour James qui eut droit à un petit câlin épineux.

Anjali avait formé des clones de Jason. Malheureusement, ceux-ci étaient très loin de son esthétique assez irréprochable, et ils ne trompèrent pas grand monde. D'ailleurs, curieusement, l'élémentaire de flammes semblait ne pas spécialement se soucier de Jason, ni même d'Anjali ou James. Elle semblait plus préoccupée à l'idée de consciencieusement mettre le feu à toute la maison, qui était de plus en plus proche de la fournaise, d'autant que l'appel d'air chaud de Grégoire ne contribuait pas à la lutte contre le réchauffement climatique.

Dans le jardin, Michaël avait traversé la glace et poussé son haut cri, mais n'avait pas pu atteindre la fille bleue, qui était tout de même trop loin de lui pour qu'il puisse faire toutes ces actions décemment sans que le PNJ ne puisse avoir un minimum d'initiative. D'autant que Madame Brune était arrivée sur ces entrefaites, aux cotés de Madame Bleue. Néanmoins, quoi que leur regard contemplateur pouvait être pris comme de l'agressivité, elle n'avaient plus l'air de vouloir attaquer.

"Vous êtes tous mutants là-dedans. C'est quoi cette affaire ? Pour qui vous roulez ?", lui demanda madame Bleue, alors que Grégoire et Jake arrivaient sur ces entrefaites
Michael KäferböckGanymède : Membre actif
Dim 6 Nov - 6:12
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Michael n'avait frappé que du vent, mais au moins ça l'avait défoulé. La Miss Peacock était plus éloignée qu'il ne l'avait estimé. Tant pis. Une autre femme -qui ne figurait pas dans la version de Cluedo que Michael connaissait- vint se joindre à eux et la dame en bleu lui adressa alors la parole. Un peu surpris, l'Autrichien resta sur ses gardes et pris le temps de jaugea la dame froide du regard avant de lui répondre, sur un ton aussi naturel que possible.

-On roule pour personne, on en a déjà assez à s'occuper juste avec nos propres fesses.

Il haussa un sourcil, réprimant l'envie d'ajouter qu'ils n'avaient pas besoin que d'autres viennent ajouter à leurs emmerdes, pour bien entrer dans le personnage de clodo qu'il se construisait à l'instant. Finalement, c'était peut-être mieux de la boucler. Il balaya son regard entre les deux femmes et finit par remarquer l'éclairage particulièrement intense dans les pièces de la maison. Était-elle en train de brûler?

-Hey, y'a mes potes là-dedans! 'Faut éteindre le feu!

Il s'avança vers la maison, en suivant son index droit qui la pointait. Il regardait les deux dames d'un air ébahi, puisqu'il ne comprenait pas ce que ça pouvait bien leur rapporter que de brûler la maison et ses amis. Et puis son écorchure picotait, il devrait penser à la désinfecter avant la prochaine lune...
Anjali DevganGanymède : Membre actif
Dim 6 Nov - 23:16
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Commençant à sentir la chaleur des flammes proches d'elle, Anjali se protégea le visage en levant le bras devant celui-ci. Elle voyait que la femme rouge se fichait comme de sa première couche des mutants présents dans la maison, concentrée sur la destruction méthodique du bâtiment. Elle fit donc disparaître les clones peu réalistes qui n'avaient finalement servi à rien. Elle marcha vers la fenêtre du salon qui donnait sur le jardin tout en contournant les coins incendiés et tirait sur le col de t-shirt, recouvrant son net et sa bouche pour ne pas respirer la fumée qui lui piquait les yeux et lui noircissait la peau.

*C'était bien la peine de me laver ce matin, maintenant je vais sentir le feu de bois et j'aurai le maquillage camouflage qui va avec!*

Elle ne put s'empêcher d'avoir un petit rire à cette pensée absurde en une telle situation. Elle se sentait dépassée par les évènements et ne pensait qu'à une chose: sortir.

Elle se retourna et alerta ses camarades.

-"James! Jason! Sortons par la fênetre!"

Elle jeta un coup d'oeil derrière elle pour voir s'ils l'avaient entendue, elle espérait vraiment qu'ils allaient venir vite. L'incendie était nourri par l'air frais, qui rentrait par la fenêtre éventrée par la dame rouge, empirant ainsi les dégâts et amplifiant la force des flammes qui faisaient rage.

Elle enjamba le mur et sauta dans le jardin, se réceptionnant tant bien que mal sous l'effort fourni après avoir été suspendue comme un lustre et chuté sur toute la hauteur de la pièce.

Elle découvrit qu'il y avait trois nouveaux venus, elle reconnut Grégoire et Michael, le troisième lui était inconnu mais elle supposa qu'ils étaient avec ses deux amis. Elle se redressa et posa ses mains sur ses genoux, légèrement penchée en avant pour pouvoir mieux respirer.

-"Aidez-moi, leur cria-t-elle, une folle fait brûler la maison mais il y a encore trois personnes dedans!" Elle s'interrompit pour reprendre son souffle. "Et un chien!" Ajouta-t-elle en levant le doigt au souvenir de Pancake, elle savait que Jason y tenait fort et serait vraiment démoli de le perdre ainsi.

Anjali était paniquée et ne savait plus trop quoi faire, elle ignorait où était Candice et Pancake mais Jason et James devraient pouvoir trouver le chemin. Elle se rendit compte que deux pouffes habillées en princesses de conte de fée se trouvaient dans le jardin également.

-"Pourquoi vouloir nous faire du mal? Vous êtes qui et qu'est-ce qu'on vous a fait?"
Anjali commençait à s'énerver, elle avait peur pour ses camarades encore à l'intérieur.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Sam 12 Nov - 13:20
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
C’était pas le moment de lambiner. Il voulait absolument sauver ses camarades, mais qui pouvaient, eux, se débrouiller pour se sauver tout seul. Son chien, en revanche, était pris dans la tourmente et forcément paniqué. Il n’était pas le seul, et son cœur se serrait à l’idée de l’enfer dans lequel il venait de l’entrainer.

« Pancake ! Pancake ! Ici mon chien, viens, je vais te sauver » … « oh pitié, sauvez le, je regrette tellement… » il le cherchait frénétiquement du regard, alors que tout était dévoré par les flammes. Ses yeux le piquait, non pas à cause de la fumée et des flammes, mais parce qu’il imaginait déjà le pire pour son compagnon des derniers mois…

La rage l’envahit soudain, totalement, irrépressiblement, et il avisa la responsable.
« Si il meurt, je vous poursuivrai, toi et tes copines, j’y laisserai peut être ma peau, mais je te jure que je vous ferais payer le prix fort, et ne comptez pas vous planquer, je vous retrouverai, j’en ai les moyens.». Avec son gant psy, il se mit en devoir d’envoyer bouler tables, meubles et autres éléments qui se mettaient entre lui et son chien, les pulvérisant au passage, histoire de marquer le coup. Sa rage était pour l’instant contrôlée, il voulait l’utiliser pour décoincer, si besoin était, son fidèle compagnon. Elles(s) ne perdaient rien pour attendre.

IL était sourd aux suppliques d’Anjali, pourtant de bon sens, car il voulait sauver son compagnon, le reste ne comptait plus. A part, peut être, la vengeance. Il broierait ses nymphes perverses. Oh oui, il les découperait, les écraserait, les réduirait en pulpe sanguinolente si elles tuaient un être innocent dans l’histoire. Jamais plus il n’amènerait son chien dans une telle galère. Il essuya une larme de rage et d’impuissance, la mâchoire et les poings tellement crispés que c’était un miracle s’il ne se brisait pas l’un ou l’autre.
Méticuleusement, presque hystériquement, il balançait meubles et décors sur ou à travers les murs, pour retrouver son chien et l’entourer d’une bulle protectrice.
InvitéInvité
Sam 12 Nov - 13:31
La boisée se prit le mur psychique en pleine tronche. Fort bien, au moins elle avait été stoppée dans sa veine tentative de fuite. Mais sa réaction ne se fit pas attendre : elle déploya tout autour d’elle ronces et lianes, qui envahirent le couloir pour le rendre littéralement impraticable. Candice soupira d’impatience.

« Hé, cocote, on s’calme, maintenant, ok ? Dis à tes copines d’arrêter leur délire tout de suite. Ça rime à quoi ? Pourquoi vous êtes là ? Et range un peu tes plantations, qu’on s’entende un minimum parler. »

La voie de la diplomatie, made in Candice Cooper. Il y avait mieux, certainement, mais l’intention y était. Tout autour, c’était le carnage. La flammèche continuait de tout brûler, pendant que Jason furetait partout pour trouver son clébard. James, lui, s’emmêlait dans les ronces… Et dans les environs du salon, peut-être via la vitre explosée, elle entendit Anjali quémander de l’aide à des personnes extérieures.

Sans compter qu’il commençait à faire plus que chaud, ici. Une vraie fournaise. Et l’air commencerait bientôt à manquer.

« Allez, sois raisonnable, parle avant d’te faire cuire, toi et tes plantes. »
James William MurrayGanymède : Sympathisant
Sam 12 Nov - 19:05
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
James s’était de nouveau retrouvé en mauvaise posture, moins parce que la femme s’était protégée de lui que parce qu’elle s’était protégée de l’attaque de Candice et de sa boite violette. Du coup, retour dans un environnement qui ne manquait pas de piquant.

La chaleur commençait aussi à être intolérable. S’ils n’évacuaient pas rapidement les lieux ça risquait de mal finir. Il lança à Candice :
"Miss coloc !? Tu pourrais nous ouvrir un tunnel de sortie autre que le couloir, qui commence à ressembler à une jungle ?!"

De toute manière, si Candice gardait la plante verte dans sa boite, elle finirait bientôt par cuire à cause de sa copine, alors autant qu’ils sauvent leurs miches d’abord. Anjali semblait avoir été libérée des racines, il fallait évacuer en plus Jason qui était resté un peu plus en arrière, et ça avait que la maison n’ait trop souffert du feu.

Cherchant des yeux un endroit hors de la cage psychique qui soit à peu près hors de danger, chose relative compte tenu de la maison transformée en barbecue géant, James se transforma de nouveau en éclair pour se sortir du buisson de ronces.
Grégoire DelibesGanymède : Membre actif
Dim 13 Nov - 19:12
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
La situation ne s'améliorait pas et alors que Jake et Grégoire se rapprochaient, le français put apercevoir son ami autrichien se débattre avec une autre tarée colorée. Il pressa le pas jusqu'à arriver à leur hauteur et s'enquérit de savoir comment allait Michael.

Les terreurs ne semblaient pas savoir à qui elles s'attaquaient et leur demanda qui ils étaient. Grégoire pointa la maison du doigt:

"Votre méthode c'est l'attaque avant la discussion ? Laissez mes amis mutants sortirent et après on pourra parler", dit Grégoire en se contenant au maxmum: il n'était pas question de froisser leur égo mais davantage de jouer sur le peu d'empathie que ces bonnes femmes pouvaient avoir.

Le poing serré, Grégoire fixa ses adversaires du moment, prêt à rentrer dans le tas s'il le fallait.
DestinSans étiquette
Lun 14 Nov - 13:36
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
L'intérieur de la maison était totalement rongé par les flammes, puissamment attisées par le combustible qu'envoyait Jason. Un morceau de plafond s'effondra, manquant d'écraser Jason qui ne parvenait pas à trouver son chien. Le coté rassurant de la chose était qu'il ne trouvait pas de cadavre non plus... Mais dans tous les cas, il n'était plus possible ni pour lui, ni pour Candice, ni pour James, de rester quelques instants de plus dans la bâtisse sous peine de la voir s'effondrer sur leur tête. La dame en vert ne répondit d'ailleurs pas à Candice, et celle en rouge, une fois sa besogne terminée, retourna à l'extérieur sans se préoccuper plus que ça des autres mutants présents, et surtout pas de Jason et de ses menaces.

À l'extérieur, la dame en bleu secoua son doigt pour indiquer à Michaël qu'il ne lui serait pas possible de retourner dans la maison. Grégoire et Jake étaient arrivés dans le jardin, à l'angle de la maison, alors que Michaël se trouvait plus loin, près de la palissade. Les filles en bleu, rouge et marron se tenaient sur la terrasse. Ce fut la fille en bleu qui répondit à Grégoire :

"Attaquer ? Discuter ? Allons... Notre job, c'est de raser cette bicoque, ainsi que tout le voisinage.", immédiatement complétée par la fille en rouge.

"D'habitude, quand il y a des squatteurs, ils se carapatent dès qu'ils nous voient arriver...", ajouta-t-elle d'un ton amusé.

"Hey Playboy ! Tu viens nous rejoindre dehors ?", appela-t-elle vers l'intérieur de la maison, avant d'ajouter, pour les personnes dans le jardin.

"Ce serait vraiment du gâchis de le laisser griller, il est tellement mignon...", justifia-t-elle d'un air candide en haussant les épaules.

"Mais pour des mutants de l'Institut Xavier, on pouvait tout de même s'amuser un peu...", observa Mme Bleue, en réponse à l'affirmation de Michaël. "Non parce que vous n'espériez tout de même pas me faire gober que des squatteurs d'opérette, tous mutants, se retrouvent ici par hasard, surtout quand ils ont des renforts aussi propres sur eux.", précisa-t-elle en lançant un regard gourmand à Jake.

Il y avait manifestement un petit quiproquo.
Michael KäferböckGanymède : Membre actif
Mar 15 Nov - 3:08
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
En voyant Grégoire passer le coin de la baraque, Michael sentit son sang figer dans ses veines. Était-ce un autre tour de miss Peacock? Apparemment pas. Il dut s'avouer qu'il s'agissait en fait d'inquiétude. Quelle idée lui avait-elle prise d'envoyer un message texte à Jeremiah et Grégoire. Sans le savoir, il les avait attirés dans la gueule du loup. Et il ne se le serait pas pardonné s'il lui était arrivé quelque chose.

Mieux valait faire comme si de rien n'était. Écouter ce qu'elles avaient à dire. Ouvrir la bouche en protestation muette. Hausser les sourcils de surprise. Éclater de rire. Elles les croyaient de l'institut? Calmant son rire, Michael put prendre part au dialogue, en notant bien le mutisme de la brune : celle dont il se méfiait le plus.

-L'institut Ksawier? Parce qu'on a l'air de pré-pubères naïfs? On porte des habits moulants pour bien attirer l'attention? Parce qu'on à l'air de servir les intentions d'une poignée de profs qui nous utilisent comme des pantins? Et vous pensez qu'on ignore que cet institut a fermé il y a des années?

Pour le coup, il avait bien forcé la note. Il cessa de rire et reprit, en remerciant intérieurement ses stages antérieurs, sur le ton de celui qui veut convaincre d'une évidence.

-On est qu'une bande de mutants qui reyettons la société et ce qu'elle nous propose d'un bloc. On n'y trouwe pas notre place, entre ceux qui veulent nous utiliser pour faire leur travail à leur place, que ce soit par la force ou non, ceux qui veulent notre extermination, et ceux qui désirent notre domination. Et ca, c'est que pour les politiques mutantes. On n'est que nous-mêmes et on vit par nous-mêmes et pour nous-mêmes. En marge d'une société débile.

Sourire victorieux.

-Par contre, vous pouvez pas en dire autant, hein! Vous venez de dire que c'était votre job, de tout détruire ici. Vous avez donc un supérieur, aucune liberté! C'est qui votre chef, si c'est pas vous?

Retour de la question à l'expéditrice!

Il calcula mentalement. Anjali était sortie par la fenêtre et semblait être sur tous ses étalons. Grégoire était accompagné d'un jeune homme un peu trop mignon pour ne pas être remarqué -ce que miss Peacock avait d'ailleurs souligné. Pour ce qu'il connaissait du pouvoir de Jason, il n'avait pas trop à s'inquiéter pour lui, ni pour les personnes dans l'entourage immédiat de l'irlandais. Par contre, il ne connaissait pas les autres mutants à l'intérieur, et souhaitait qu'ils soient assez intelligents ou dégourdis pour s'en sortir rapidement.
Contenu sponsorisé
 

De nouveaux squatters (MISSION SQUAT ANCIEN INSTITUT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AX-Factions :: L'Amérique du Nord :: Les États-Unis d'Amérique-
Sauter vers: