Cent ans après leur extinction, les mutants réapparaissent. Quatre années de lutte contre des humains cherchant à les étouffer se solderont par une mystérieuse destruction de l'Institut Xavier. Trois ans plus tard, il est temps de rebattre les cartes.
 
AccueilWikiFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De nouveaux squatters (MISSION SQUAT ANCIEN INSTITUT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Mar 20 Sep - 23:00
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas remis les pieds ici. Volontairement. C’est donc avec une certaine douleur qu’il observait les lieux. Il avait convenu avec « son équipe » qu’ils arriveraient doucement afin de jouer les squaters de service, pour ne pas débarquer d’un seul coup. IL avait trainé quelques heures autour, pour repérer un peu les lieux. Etant donné que Bozy était déjà venue, et avait fait un rapport, il savait vaguement à quoi s’en tenir.

Il avait regardé avec nostalgie le salon de thé « chez valérie », mais, quand bien même il avait une furieuse envie d’y aller pour déguster un chocolat irlandais et se remémorer de bons souvenirs, il ne serait certainement pas le bienvenue attifé comme il l’était. Jean troué et sale, tshirt qui avait connu des jours meilleurs, et il avait même poussé le vice jusqu’à ne pas se raser. Tout en restant à peu près propre. Il voulait jouer son rôle correctement. Squatteur, pas SDF. Subtile nuance. Donc pas un pouilleux non plus.
Un sac avec tout un tas de bordel dedans, quelques bierres, et son fidèle chien, qui de toute façons était parfait pour compléter la panoplie. Et puis ça le rassurait de le savoir avec lui, et de sentir un peu d’amour remplir ce vide qui se créait alors que les souvenirs, tout comme l’ancien institut, se rapprochaient.

Bon, et bien, en attendant l’arrivée de ses collègues, il s’affaira à dégager un coin pour son duvet et son bordel, en profitant pour tenter de se repérer dans le quartier. Il avait prévu de squatter une résidence abandonnée pas loin de l’institut, mais pas l’institut lui-même… Il avait bien l’intention de voir si l’arrivée soudaine de quelques squatteurs serait remarquée ou non.
James William MurrayGanymède : Sympathisant
Mer 21 Sep - 10:57
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
James était content de faire cette première opération pour la Fondation Ganymède en compagnie de sa nouvelle colocataire Candice. Elle était pétillante à souhait et on pouvait dire qu’on ne s’ennuyait pas avec une telle pile électrique ! D’ailleurs Jaes n’avait pas vu le temps passer.

Il avait sorti ses affaires de "sortie à risque". En gros des habits qui ne craignaient plus rien vu l’état dans lequel ils étaient déjà : le pantalon cargon avec une poche arrachée, les baskets tâchées et une chemise à carreau dont les manches avaient été enlevées au niveau des épaules ce qui n’était pas plus mal pour lui laisser un peu d’aisance avec ses bras épais. Pour parfaire le déguisement, James avait un vieux sac de sport avec son duvet et des boites de conserve type pain de viande au cas où.

Et puis sans être quarterback, James avait un bon entraînement au lancer, alors des projectiles comme des boites de conserve ça pouvait toujours être utile, enfin ça dépendait contre quoi.

Se dirigeant vers le lieu de rendez-vous, James fit signe de la main à Jason lorsqu’il arriva en vue.

"Salut ! Jason, c’est ça ?! Moi c’est James et voici la charmante Candice. Alors c’est là qu’on se pose ?! Reste pu qu’à trouver où poser ses fesses !" dit-il en jetant un regard circulaire à la propriété choisie par Jason.

James avait vaguement entendu parlé de cette histoire d’Institut Xavier pour les jeunes mutants. Il paraît qu’elle avait même réouvert ses portes mais à New York au lieu de cet endroit champêtre. Ca devait être franchement moins sympa que ce coin arboré.

Lorsqu’il aperçu le chien, James s’exclama :

"Toi aussi tu as amené de la compagnie ?! Désolé mais nous n’avons pas les mêmes valeurs…" dit-il en soulevant les sourcils, une expression malicieuse et pas peu fière sur son visage.
InvitéInvité
Mer 21 Sep - 12:28
Ainsi allait-elle jouer les squatteuses-espionnes pour le compte de Ganymède. Amusant. Depuis qu’elle avait rejoint la fondation, elle n’arrêtait d’ailleurs pas de s’amuser. Un peu de changements quotidien dans sa vie, ça mettait le piment qui manquait souvent énormément dans la monotonie des jours qui passent. Et en plus, elle servait une cause qui lui tenait à cœur. Le pied, quoi. Elle s’était déniché deux colocs mutants super sympa avec elle, jusqu’ici. Ils arrivaient encore bien à tenir le coup de ses remarques cinglantes bourrées de second degré. C’était un bon point. Et cerise sur le gâteau, aujourd’hui, elle allait rencontrer un certain Jason, qui possédait le même pouvoir qu’elle. Approximativement, quoi. Parce que bon, il n’était pas donné à tout le monde de posséder autant de classe qu’elle. Huhu.

Pour le coup, elle avait décidé de jouer le jeu jusqu’au bout. À la place de ses petites robes chics et élégantes et de ses talons, elle avait revêtu un T-shirt jaune pâle trop grand pour elle, et déchiré aux manches, avec un pardessus gris typé un peu masculin. Elle avait vissé sur ses cheveux mauves un large bonnet-casquette de grosse laine grise, et arborait un jeans déchiré largement à hauteur des genoux. Et sous les fesses. Une paire de bottes grises en caoutchouc terminaient cet ‘élégant’ ensemble de hippie. Et une grande besace en cuir contenant des gobelets en plastique et une bouteille de gros rouge, avec quelques biscuits salés hyper pas diététiques. Et une grande couverture à carreau trouées de tous les côtés. Et en voyant la tronche de James, à l’appart’, elle avait failli exploser de rire. Lui avait carrément l’air d’un vieux campeur des montagnes. Le parfait bucheron amateur. Il en avait la carrure, du moins. Mais pour le coup, il avait nettement moins l’air d’un Monsieur Propre.

Lorsqu’ils arrivèrent sur place, le sieur Jason semblait déjà présent. Et… il avait beau sembler sortir de prison et avoir enfilé les premiers habits qui lui étaient tombés sous la main, il était drôlement canon. Candice ne put s’empêcher un petit grognement en l’apercevant, alors qu’elle marchait au bras de James. Le mutant avait amené son toutou avec. Et Candice suspecta, un court instant, qu’il s’agissait d’un autre mutant, capable de se changer en canidé. Mais... non. Apparemment pas.

James fit les présentations et préambules, tout en reléguant la belle à l’état de « compagnie animale ». Sympa, Monsieur Propre. Elle lui jeta un regard acéré. Il avait de la chance d’avoir énoncé l’adjectif ‘charmante’ à côté de son prénom en l’introduisant auprès du beau gosse.

« Yo ! »

Ben… non, elle n’avait rien trouvé à dire d’autre. Un simple salut de la main, un grand sourire, et voilà tout.

Candice inspecta la résidence que le mutant avait choisie. Ce n’était pas l’Institut, qui était plus loin. Elle s’y était déjà rendue, il y a longtemps, lors de son arrivée à New-York. Un petit pèlerinage, en somme. Mais elle ne s’était pas attardée. Il n’y avait pas grand-chose à voir par ici. Elle s’adossa néanmoins au mur, l’air d’être à l’aise. Et de les prendre, ses aises.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Jeu 22 Sep - 13:54
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Alors que son espace vital commençait à porter son empreinte, Pancake aboyât une fois, brièvement, afin d’avertir son maître de l’arrivée d’un inconnu. Jason releva la tête, et très rapidement le nouveau venu se retrouva avec la truffe humide de pancake collée sur sa main, gémissant pour avoir le droit à une friandise. Bonjour le chien de garde. Secouant la tête de dépit, Jason n’en salua pas moins son complice du jour.

« Désolé, c’est un ventre sur patte ». Sachant qu’on parlait de lui, Pancake se redressa fièrement, un jappement approbateur ponctuant son attitude. James, puisque c’était lui, avait tout du bucheron. Disons qu’il vallait mieux pas se retrouver entre sa main et la suite de la trajectoire de la dite main. Ou ça devait faire mal.

« salut salut. » il se retourna pour admirer la nouvelle venue, qui était arrivée avec james. Candice, donc. Son homologue mutant, en quelque sorte. Il aurait été plus prolixe et taquin d'habitude, mais il était censé être à la rue depuis un petit moment, et pas dans un salon de thé.

« Bienvenue, miss… Bon, pour le moment c’est un peu la glande, mais je commençais à me faire un p’tit coin de paradis, histoire d’être à l’aise… Faudrait pas qu’on se prenne un orage ou une saloperie comme ça… J’ai quelques bières, faudra surement faire la manche demain, dans les rues un peu plus loin. Mais la, ça m’a l’air pas mal, on va pouvoir s’installer pour de bon ici. Par contre, ya pas l’air d’avoir grand monde dans le coin. Cool pour le squat, mais pas cool pour la manche… J’en ai marre de bouffer liquide, si ça continue je vai m’auto digérer… ». Ça, c’était pour la galerie, au cas ou on les observait pas un moyen quelconque. En vérité il n’avait pas l’intention de s’installer ici, et espérait pouvoir se barrer fissa du coin.

Bref, il plantait le décors, au propre comme au figuré. Lui qui étudiait le jeu d’acteur, s’était le moment de s’immerger pour de bon. Pas de fringue à la mode, pas de shoping, pas de cruising bar, et pas de pouvoir mutant…. Un squatteur, un vrai de vrai… ça ferait pas de mal à pancake, au passage, qui commençait à fabriquer un peu trop de graisse…

James William MurrayGanymède : Sympathisant
Jeu 22 Sep - 15:07
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
James se demanda un instant s’il devait avoir peur du chien qui fonçait sur lui, mais finalement il se mit à quémander et apparemment c’était habituel.

"Ya pas de mal." dit-il à Jason en gratouillant le chien entre les deux oreilles.

Jason semblait lui aussi avoir pris à cœur de se mettre dans la peau du personnage, d’ailleurs il en rajoutait même une bonne couche avec cette histoire de faire la manche. James espéra qu’il y ait de l’action avant d’en arriver là, il se voyait mal en train de demander de l’argent alors qu’il était loin de sembler mal nourri.

"Faudrait peut-être regarder s’il ne reste pas des trucs qu’on pourrait utiliser du genre pour faire un feu ou quelque chose comme ça… mais déjà ce sera mieux que les couloirs du métro ou un banc publique !"

Cela lui semblait une bonne idée de faire de la lumière pour attirer un peu l’attention. Ils ne savaient toujours pas s’il y avait une surveillance continue des lieux pour maintenir le no man’s land. James posa son sac et s’étira un peu, faisant jouer ses muscles qui ne demandaient qu’à avoir un peu d’activité.

Un petit sourire sur les lèvres, il lança :

"Pour ton régime alimentaire j’ai une bonne nouvelle ! Un type m’a filé un billet l’autre jour, du coup j’ai fais un petit stock de pain de viande en cas de disette, parce que c’est pas tous les jour noël ! Bon, par contre j’ai pas de pain pour le sandwich alors sauf si vous avez quelque chose à proposer ce sera pain de viande au pain de viande !"

James jeta un œil au chien et ajouta :

"Je sens qu’un autre va être ravi de cette nouvelle…"
Anjali DevganGanymède : Membre actif
Dim 25 Sep - 12:12
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Après maintes hésitations, Anjali s'était décidée à rejoindre le groupe de squatters qui s'était créé pour surveiller l'ancier site de l'institut Xavier, Jason avait insisté en disant qu'elle était la bienvenue, ce qui l'avait encouragée à venir.

Elle désirait vraiment découvrir la vérité sur cette destruction, bien qu'elle y soit restée peu de temps, elle avait une boule dans la gorge, cette école aurait pu devenir son second foyer. Ce qui ne fut pas le cas. Elle avait été jetée à la rue peu aprés son arrivée et fichée comme terroriste.
Mauvais départ avec l'amérique, terre de tous les rêves. Ce pays ne reflétait plus trop sa légende passée, elle avait l'impression de marcher sur les cendres des rêves passés de toute une humanité passée par Ellis Island.

Elle allait rencontrer deux nouveaux mutants et revoir jason qu'elle avait vu à la soirée chez lui. Elle était rassurée d'avoir au moins un visage familier, de plus elle avait déjà fait une mission sauvetage avec lui, ils en savaient donc un peu plus l'un sur l'autre pour faire équipe, ce qui n'était pas si mal. Quant aux autres... Elle finirait bien par le savoir assez vite. Il lui semblait que Candice avait des capacités proches de celles de Jason. Pour James, elle n'avait pas d'idée sur ses capacités à lui, elle le découvrirait bien assez vite.

Elle prépara un sac à dos militaire, assez usé et élimé pour cadrer avec son rôle de squatteuse, de couleur noire, elle y mit une vieille couverture, de biscuits au chocolat, une grosse gourde d'eau, un briquet, une lampe de poche (elle ne voulait pas se faire griller en tant que mutante si elle devait explorer les lieux et qu'un témoin passait par là). Elle ajouta dans le lot un paquet de ticket restaurant dépareillés, comme si ça lui avait été donné lorsqu'elle faisait "la manche". Elle ne put s'empêcher d'y glisser du savon et un déodorisant. Elle ne tenait pas être crasseuse malgré tout. Elle avait déjà croisé des jeunes squatteurs qui s'arrangeaient pour être propres, donc elle pouvait se permettre de prendre soin de son hygiène.

Pour la tenue, elle enfila un pantalon militaire noir avec plein de poches et une paire de rangers noire, un marcel noir moulant et une veste noire militaire avec une casquette assortie. Ces vêtements lui venaient d'un spectacle de danse qu'elle avait fait sur le thème des jeunes de la rue, ce qui tombait bien qu'elle les ai conservés au cas où elle en aurait de nouveau besoin. Elle remercia les surplus militaires qui revendaient à petit prix ces fringues qui étaient prisées des jeune squatteurs.

Ce fut donc une silouhette tout en noir qui se faufila dans les ruines où elle ferait son squatt avec l'équipe qui s'était créée pour l'occasion. elle se guida au son des voix et finit par les trouver.

-"Hello tout le monde, je n'arrive pas trop en retard j'espère? J'ai eu un peu de mal à trouver le coin, ça faisait un bail que je n'étais pas venue!"

Elle découvrit qu'il y avait déjà Jason, son chien (saucisse? elle n'arrivait plus à se souvenir de son nom), Candice et James. A la vue de ce grand mec balèze, elle ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux et rester bouche bée quelques secondes. Elle ne s'attendait pas du tout à tomber sur un type d'une telle carrure. Elle était contente qu'il soit de leur côté et non de ceux qui tenteraient de les jeter du squatt.
InvitéInvité
Lun 26 Sep - 20:34
Ah ben le moins que l’on puisse dire, c’était que les mecs jouaient à fond le jeu. À croire qu’ils avaient l’habitude de ce type d’activité. Candice regarda James de travers. Ouais. En fait, lui était habitué à ça. Il l’avait clairement dit, suite à son invitation de les loger dans son appart’. Leur appart’, désormais. Candice, en revanche, ça la changeait, et pas qu’un peu. Mais bon, elle était ouverte à toute nouvelle sorte d’expériences, et trouvait la situation particulièrement palpitante. Enfin. Elle le serait, si leur squat s’avérait utile. Sinon, ils allaient juste se faire suer dans une barraque pourrie et abandonnée.

Candice voulut répondre à la demande express de Jason le beau-gosse négligé (pour l’occasion) qui se plaignait de devoir manger liquide. Elle trifouilla dans sa besace, et en sortit le paquet de biscuits salé d’un air victorieux.

« Tadaaaam, r’gardez ce qu’un type m’a laissé prendre dans son étal, ce matin, en échange d’un clin d’œil bien placé ! »

Elle tendit le paquet à James, pour qu’il se serve de ses puissants muscles pour l’ouverture du Saint-Graal.

« Comme ça, on aura de quoi grailler en plus du pain de viande ! »

James, lui, s’inquiétait du froid nocturne. Une fois encore, grand sourire de la part de la miss…

« J’ai amené une couverture, en se serrant, on pourra pieuter à trois dessous… »

Réjouissante perspective, même s’ils ne traineraient sans doute pas toute la nuit là. Le seul petit hic dans le truc c’était que… une autre squatteuse les rejoignit. Elle semblait au courant de l’opération. Une mutante de Ganymède, donc. Même si elle s’inquiétait d’être en retard.

« Wah t’inquiète, j’ai pas de montre. On s’en fiche de l’heure. »

Elle lui fit un clin d’œil en lui tendant la main.

« Candice. »
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Jeu 29 Sep - 14:19
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Finalement, à ce qu’il semblait, Anjie avait répondu à son appel. Avec lui, cela faisait deux anciens de l’institut, mais d’un autre côté, Anjie n’était pas restée très longtemps non plus, ce qui limitait les risques d’associations et de reconnaissance.

Aussi bien, pour ce qu’il en savait, il ne se passerait rien, d’ailleurs… Il s’attendait à devoir rester un peu pour commencer à véritablement « gêner » quiconque avait intérêt à laisser la zone en jachère…
Ça lui rappellerait ses années de galères, même si il avait évité, de peu, d’être véritablement à la rue.

« Hello, non tu es pas en retard… Je pense qu’on va même devoir rester un peu avant de… enfin… se faire remarquer, dirons-nous… autant s’habituer à cette idée… Patience est mère de vertu, comme on dit. » C’était bien ça, non, l’expression ? Y'avait pas une histoire de sureté, plutôt ? Bref…

Candice avait des arguments très convainquant, en revanche, et il lui fit un sourire triomphant, alors qu’elle sortait un paquet de biscuits salés, qu’elle tendait à James. Il lui colla un smack généreux sur la joue, ajoutant :
« Toi tu sais parler aux mecs… C’est comme ça qu’on se fait avoir… La bouffe et… euh… la bouffe quoi… ».

Bon, à part ça, mis à part la nuit façon « collé-serré » en perspective, il allait falloir se faire un peu plus remarquer.
« bon, avant que la nuit tombe, et qu’on profite de cette superbe couverture, je vai un peu me montrer, histoire de pas être TROP discret… Genre farfouiller, récupérer des trucs, s’approcher de façon inopportune de l’ancien institut et des immeubles qui ont été « vidés » de leur habitants… Qui m’aime me suive ». . Pancake avait redressé le museau et les oreilles, reconnaissant dans l’attitude de son maître l’indication qu’il allait bientôt pouvoir se dégourdir les jambes.

Il poussa un gémissement à faire fondre un glacier, ce qui déclencha un éclat de rire de Jason, qui frotta le crâne du chenapan avec un air entendu.

Il laissa sur place son gros sac, de toute façon rien n’était important dedans, et récupéra juste un sac en plastique pour sa chasse au trésor. Il s’apprêtait donc à aller farfouiller les immeubles environnants, s’approchant de l’institut, dans un périmètre assez grand autour, en fouillant, officiellement, des trucs à récupérer pour se construire un bon squat (fauteuils, tabourets, ustensiles), mais bien sur ce n’était qu’un prétexte pour vérifier si rien d’inhabituel attirait son attention.

James William MurrayGanymède : Sympathisant
Ven 30 Sep - 10:34
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
James accueillit les biscuits avec soulagement, ça mettrait un peu de diversité alimentaire… Il prit le paquet que li tendait Candice. Sa collocataire proposait déjà un plan à trois sous la couverture… eh ben on pouvait dire qu’elle avait vraiment pas froid aux yeux ! Mais ça semblait être assez habituel chez elle les petites provocations.

Une autre jeune femme arriva. Jason semblait la connaître donc ce devait être une autre membre de Ganymède. Le gaillard ouvrit le paquet de biscuits et le tendit à la jeune femme en noir en se présentant :

"Salut ! Moi c’est James. Bienvenue dans notre palais des merveilles ! Tu grignotes ?!"

Jason proposa alors une sortie pour se montrer un peu et appâter le chaland. James réfléchit un instant avant de répondre :

"Ce serait peut-être bien que quelqu’un t’accompagne, même si ton fidèle ami est de la ballade. Ya pas grand monde dans le coin ce qui signifie que si on dérange il n’y aurait pas de témoin… enfin je suppose que je paranoïse un peu ! Sauf si tu prévois de bouger une armoire je vais faire une inspection de la maison et du jardin."

James supposait que l’une des filles voudrait accompagner Jason ce qui le laisserait seul avec l’autre… pas que la compagnie de Jason le dérange, il avait fait partie d’une équipe de football alors être entouré de testostérone était habituel, mais une compagnie féminine c’était quand même mieux !

James tendit le paquet de biscuits à Candice tout en jetant un regard malicieux à Jason.

"En tout cas reviens vite ! Je garantis pas une espérance de vie très longue à ces biscuits !"
Anjali DevganGanymède : Membre actif
Sam 1 Oct - 12:50
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Face à l'accueil que lui réservèrent le trio déjà installé dans les lieux, Anjali ne put que sourire et hocha la tête lorsque James lui proposa des biscuits. elle aimait bien cet esprit de solidarité, chose qui lui avait manqué lorsqu'elle avait annoncé son état de mutante à ses parents. Se sentir bien accueillie dans un groupe était agréable et précieux pour une personne ouvertement mutante.

-"Merci James, moi c'est Anjali."

Elle prit un biscuit et mordit dedans tout en posant son sac par terre. Elle salua Candice d'un hochement de tête.

-"Si jamais tu as besoin de savon ou de déo, n'hésite pas à m'en demander, je sais bien que les femmes tiennent à leur hygiène même dans la rue" fit-elle avec un clin d'oeil. "C'est un luxe pour nous. En tout cas s'il y a besoin pour la bouffe, on m'a donné des tickets restaurants.Les passants sont sympas avec les jeunes femmes , enfin surtout les hommes!" fit-elle avec une grimace comique, jouant son rôle de squatteuse sdf pour quiconque qui les espionnerait au cas où.

Lorsque Jason proposa d'aller farfouiller dehors histoire de se faire remarquer, Anjali s'empressa de poser toutes ses affaires dans un coin.

-"Je te suis, j'ai besoin de me dégourdir les jambes et de connaître les lieux. Tu me fais la visite guidée du palace et de ses environs mon prince?" le taquina-t-elle. "Bien sûr, ton fier destrier peut nous accompagner s'il ne bave pas sur mon trellis!" plaisanta-t-elle en caressant la tête de Pancake.

elle voulait repérer des objets qui pouvaient leur servir et améliorer le confort de leur squatt et revoir l'ancien institut, ou du moins ce qu'il en restait. Il avait quand même était un gros symbole pour elle, une plaque tournante de sa vie. Bien plus important que la dame de fer à la lampe à l'entrée des états-unis qui disait, si elle se souvenait bien:

Donne-moi tes pauvres, tes exténués
Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête m'apporte
De ma lumière, j'éclaire la porte d'or !


Elle n'avait pu s'empêcher de le murmurer en se le remémorant, texte qui l'avait marquée quand elle s'est installée à New York lorsqu'elle avait voulu visiter le monument et découvert le poème d'Emma Lazarus. Elle avait été marquée par celui-ci car il lui parlait tellement et elle avait l'impression qu'il correspondait à l'histoire de l'institut pour les mutants. Elle jeta un coup d'oeil gêné à Jason, se demandant s'il l'avait entendue murmurer.
InvitéInvité
Sam 1 Oct - 17:41
Ce Jason ne manquait pas d’auto-dérision. Du moins ce fut ce que Candice se dit après la réplique du jeune mutant sur la manière de contrôler les mecs. Elle ne sut cependant si c’était le rôle du squatteur ou le vrai Jason qui lui faisait dire ça. Et elle aurait bien rajouté tout de go qu’il s’agissait non seulement du ventre, mais également d’une partie située légèrement plus bas, mais… le beau négligé affirma qu’il voulait partir de suite faire une exploration des alentours, pour ramener quelques trucs utiles pour le squat. Comprendre se faire clairement repérer des voisins éventuels en trainant là où ils ne devaient pas. Le but de leur mission sur place, en somme.

James lança l’idée que quelqu’un le suive, et Candice prit une inspiration pour s’exclamer qu’elle venait avec… mais une fois de plus, elle fut prise de cours par l’engouement d’Anjali, qui après lui avoir proposé du déo et du savon, comme si elle puait de tous les pores de sa peau, finissait de lui enfoncer le couteau dans la plaie en prenant sa place aux côté du beau Jason. Elle ne put réprimer un regard mauvais et un grognement en les voyant partir. Non pas que ce soit déplaisant de rester en tête à tête avec Monsieur propre, loin de là, mais… voilà, quoi. Elle lui avait coupé l’herbe sous le pied. En plus, lancer en reconnaissance les deux anciens membres de l’institut du petit groupe, c’était vraiment pas malin, ni discret, comme plan. Oui bon, elle se cherchait des excuses…

Les regardant quitter le squat d’un air las, elle se tourna vers James et agrippa quelques biscuits dans le paquet que James lui tendait, tout en lui laissant en main.

« Bon, chéri, tu t’occupes du jardin pendant que j’aère un peu l’étage ? Elle pue la vieille moisissure, cette bicoque. »

Son objectif était surtout de jeter un coup d’œil un peu plus élevé sur les environs, tout en ouvrant les fenêtres en faisant bien comprendre qu’il y avait une présence effective dans la maison abandonnée. Histoire de couvrir un tant soit peu la reco des deux autres tourtereaux.

Sans attendre la réponse du malabar afro-américain, elle enfourna un biscuit en bouche et s’en alla en sautillant vers l’étage, grimpant tout de même prudemment l’escalier pour ne pas se viander bêtement. Une fois en haut, elle ouvrit les fenêtres pour faire un tour d’horizon, humant l’air plus ou moins frais de l’extérieur à pleins poumons. Diable que ce quartier puait.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Ven 7 Oct - 12:51
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
A sa proposition, d’aller voir un peu plus loin et surtout d’en profiter pour se montrer, Anjali raccrocha les wagons. C’est donc avec la danseuse de lumière qu’il s’éloigna tranquillement, Pancake reniflant la main de son maître, dans l’espoir touchant d’y trouver à manger… Mais Jason veillait au grain, hors de question que son clebs se transforme en hippopotame poilu…
Mais il y eut une autre minute d’espoir, alors qu’Anjali lui gratouillait la tête. Rien ici non plus… la vie était pas juste, et il leur fit comprendre, avec un jappement indigné. Jason entendit en revanche le poème d’anjali, et n’arrivait pas à savoir pourquoi il lui paraissait familier.

« Joli. C’est de qui ? Ça me dit quelque chose ? »

Tout en marchant, il se rapprochait de feu l’institut. Il en profitait pour regarder les fenêtres des habitations avoisinantes, à la recherche de mouvement, de vie, d’un reflet suspect, ce genre de chose. Le quartier était censé être désert ou presque, après tout…

« Bon par contre, profil bas. ON est deux anciens, ce n’est pas le moment de se faire reconnaitre. Ta casquette bien enfoncée sur ton joli minois, hein. Pour moi, j’ai suffisamment changé, je pense… Pas vraiment le genre tout propre sur soi que j’étais à l’époque… »…

Et, histoire de donner le change, il se mit à farfouiller, à jeter au loin ce qu’il estimait ne pas être utile, à examiner ce qui pourrait l’être, et à faire un petit tas de divers trucs potentiellement utile aux squatteurs qu’ils étaient devenus bon grés mal grés.

« dis, tu pourrais faire quelques éclats de lumières, discrètement ? » il éclata de rire. « ouais, dis comme ça, c’est naze… Je veux dire, qu’on ne se rende pas compte que ça vient de toi ? mais que ce soit visible pour attirer d’éventuels fouineurs ? »


Anjali DevganGanymède : Membre actif
Ven 7 Oct - 13:59
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Pancake marqua sa désapprobation face à l'absence de nourriture dans ses mains, Anjali éclata de rire, c'était vraiment rigolo de le voir faire ses yeux tristes tout en protestant.

Elle rougit quand elle vit que Jason l'avait entendue réciter le poème lorsqu'il lui demanda de qui il était.

-"D'une femme, Emma Lazarus. Tu peux lire son poème sur la statue de la liberté. Je n'ai pas pu m'empêcher d'y repenser revenant sur les lieux. L'institut a été pour moi une terre de liberté où je pouvais être moi-même et avoir l'espoir d'être acceptée en tant que mutante. J'espérais y vivre en paix et me construire loin de l'emprise de mon père." Elle se mordit la lèvre en repensant à son paternel. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle, veillant à ce qu'il n'y ait pas d'oreilles indiscrètes et reprit. "Tu sais quand je suis arrivée ici, je venais d'être demandée en mariage puis rejetée par le prétendant." Elle marqua une pause à ce souvenir. "J'étais trop vieille selon lui. Mon père a piqué une de ces colères contre moi. comme si j'avais fais quelque chose de mal. En tout cas je suis contente d'avoir pu y échapper et gagner ma liberté. Mais vu ce qui s'est passé peu de temps après mon arrivée, il a fallu que je me débrouille seule."

Elle opina à la suggestion de Jason et enfonça sa casquette sur sa tête, veillant à ce que la visière dissimule uen grande partie de son visage et gardait la tête baissée. Elle l'imita et farfouilla les coins qu'elle repérait à la recherche de "trésors", empilant ses découvertes sur le tas que Jason avait commencé à faire. De temps en temps, elle se retournait pour mater son partenaire de squatt. Il était mignon sous le camouflage de SDF remarqua-t-elle, elle lui trouvait du charme à l'état brut. Le mâle viril pur et dur était de sortie et elle n'avait pu s'empêcher de le remarquer, ce qui la troubla un peu. Plongée dans des pensées pas trés sages, elle ramassa les objets qui convenaient tout en laissant sa rêverie divaguer sur l'adonis des SDF.

Elle releva la tête, surprise par la voix de Jason, les yeux écarquillés dans un premier temps, elle eut peur qu'il ait lu dans ses pensées. Elle finit par réaliser ce qu'il venait de dire puis sourit en se rapprochant de lui pour lui pincer les joues.
-"C'est dans mes cordes, je pourrais faire des holgrammes de boules de lumière, ce n'est pas trés sorcier à faire. Tu les veux où ces lumières? Dans le squatt ou dans la rue? En tout cas c'est pratique pour les dîners aux chandelles quand on a pas de bougies!" Ajouta Anjali d'un air taquin.
James William MurrayGanymède : Sympathisant
Mar 11 Oct - 20:38
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
"Une vraie fée du logis !" dit-il avec un sourire malicieux.

James sortit donc de la maison et commença à en arpenter les environs immédiats, regardant s'il n'y avait pas de vieux trucs intéressants dans la friche qui servait de jardin. En tournant ainsi, il guetta les fenêtres pour voir si Candice pointait son petit nez.

L'homme d'action qu'il était commençait un peu à s'ennuyer. En fait cela promettait d'être long. Allaient-ils même voir venir quelqu'un pour les virer ?! Au bout de quoi... 1 mois ?!

A cette pensée, James soupira... puis il avisa le porche et ses possibilités de s'accrocher. Une idée lui vint : faire un brin d'exercices pour tuer le temps.

Le linebacker s'approcha et chercha un point d'accroche pour ses mains, suffisamment solide pour accepter son poids. Après tout, ce n'était pas le moment de faire s'effondrer leur palais des merveilles !

Une fois son bonheur trouvé, James s'accrocha des deux mains et se laissa pendre en relevant les jambes. Soufflant doucement, il se souleva pour amener le menton à hauteur de la poutre qui le soutenait puis se laissa descendre lentement en inspirant. Le sportif recommença le geste encore et encore. Il avait besoin de se dépenser et déjà l'effort fourni lui remontait le moral.
InvitéInvité
Mer 12 Oct - 19:57
La fée du logis avait eu beau s’agiter à la fenêtre, elle n’avait pas vu âme qui vive en ce quartier, mis à part Jason et sa lumineuse désirée qui s’éloignaient en compagnie du pâté quadrupède. Rien. Rien de rien, même. Elle eut même envie de pousser la chansonnette d’une voix tonitruante, mais du coup, ça ne collait plus vraiment avec l’idée d’un squat censé être, pour la couverture, plus ou moins discret. Même si leur but inavoué était de se faire prendre en flag’. Complexe, tout ça. Ce qui fit que du coup, Candice ne chanta pas. Elle bougonna juste en regardant la rue morne aux couleurs fanées. La poisse. Il n’y avait pas un chat, dans ce foutu quartier rabougri.

Elle pensa qu’il était encore moins probable d’apercevoir du monde via les fenêtres arrière, donnant sur le jardinet, mais elle s’exécuta quand même. L’odeur de moisissure de la maison était réelle, et elle n’avait pas envie de finir malade à respirer tous ces spores champignonneux.

Elle ouvrit donc grand la fenêtre dans un sinistre craquement, preuve que la baraque n’avait plus été aérée depuis belle lurette, et tomba nez à nez avec… la silhouette athlétique et musclée de Monsieur Propre, qui avait cru bon de s’adonner à quelque physique activité pour mouler davantage ses t-shirt déjà si bien remplis. C’était honteux ! Quel manque de professionnalisme, quel irrespect pour leur mission, quel… quel mec bien foutu, quand même.

La demoiselle ne put s’empêcher de lorgner pendant plusieurs minutes le mâle exercer sa puissante musculature. Elle n’était pas du genre à cracher sur un spectacle gratuit d’une si grande qualité, après tout. Puis, pour ne pas trop abuser, elle siffla pour attirer l’attention du sportif.

« Dis donc, mister Muscles, ça t’dirait un apéro en attendant le retour du pancake ? »

Appuyée à la fenêtre, un grand sourire jovial collé aux lèvres, elle attendit la réponse de James.
DestinSans étiquette
Dim 16 Oct - 13:21
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
21 juin 2112

Quatre jours s'étaient écoulés depuis leur installation, et rien de notable ne s'était produit. Personne ne venait dans le quartier, mis à part des promeneurs de chien ou des joggers...

Au final, il faisait assez bon vivre à cet endroit : tout était très calme, et les bâtisses étaient plus jolies et bien conçues.
Anjali DevganGanymède : Membre actif
Mar 18 Oct - 12:08
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Les rayons du soleil qui passaient au travers des ouvertures dans la ruine réveillèrent Anjali de bon matin. Il faisait chaud et ils n'avaient pas souffert du froid comme ils auraient pu le craindre, les pierres retenaient bien la chaleur du soleil pour la nuit.

*Quatre jours sans résultats* pensa-t-elle en ouvrant les yeux.

Ces quatre jours s'étaient plutôt bien passé, elle aurait même pu acheter une maison et y faire vivre son grand père dans ce quartier sans craindre pour sa sécurité.
Elle était frustrée, elle avait l'impression d'avoir perdu son temps, et elle avait des cours à rattraper et devait bientôt rentrer car le cours de danse de vendredi se rapprochait et elle devait être de retour avant ce jour pour être en forme et disponible pour ses élèves.

Elle s'étira sur sa couche de fortune et gémit de douleur en faisant ce geste. Ce n'était pas un palace et ça n'était pas son lit douillet. Elle se leva et alla au coin "toilette" où une cuvette pleine d'eau claire recouverte d'un torchon était à la disposition des quatre squatteurs. Elle prit un peu d'eau dans ses mains et se nettoya la figure. Elle se sentit revivre.

Elle prit le nécessaire de toilettes dans son sac, ôta son débardeur après avoir vérifié que tout le monde dormait encore et accroché le rideau de fortune, qu'ils avaient trouvé pour préserver l'intimité de chacun lors des ablutions matinales.
Elle se brossa les cheveux et les attacha en chignon pour ensuite prendre ses lingettes et se laver le torse et les aisselles. Une fois toute sa toilette intime faite, elle se rhabilla et laissa le nécessaire de toilette à la disposition de ses colocataires de fortune.
Elle était certaine qu'ils seraient contents de pouvoir ne plus sentir le fauve.

Elle revint dans la salle commune et commença à préparer le petit déjeuner avec ce qui restait dans leurs sacs. Elle attendait qu'ils se réveillent tous mais pancake commençait déjà à gémir en voyant toute cette nourriture sortie.

-"Tu va devoir attendre comme tout le monde gros gourmand!"

La veille, elle avait acheté avec les tickets restaurants de quoi se sustenter pour la journée. Chacun son tour dans le groupe partait acheter des provisions pour le lendemain, histoire de se faire remarquer. Mais pas un seul résultat.

Pancake jappa et sortit Anjali de ses réflexions. Elle sourit amusée par cette saucisse au ventre sans fond.
Jason RedclifGanymède : Membre actif
Sam 22 Oct - 21:31
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Ou passaient les masseurs ou masseuses quand on avait besoin d’eux ? Au bout de quatre jours à jouer aux squatters désœuvrés, Jason avait conscience de façon beaucoup plus aigue de certains muscles, jusqu'alors très discrets, et qui avaient décidé de lui faire comprendre douloureusement qu’ils étaient bien présents. Il avait hésité à se confectionner un matelas psychique, mais il ne voulait pas se faire remarquer. Enfin si, mais pas en tant que mutant…
En même temps, et si c’était ça le problème ? Car, bien sur, si les gens avaient étés évacués, d’une façon ou d’une autre, ça ne gênait peut être pas tant que ça que des squatters inoffensifs et somme toute plutôt discrets viennent se positionner dans le quartier.

Et si une présence mutante se faisait jour dans ce quartier ? Il hésitait. Le jappement de son fidèle compagnon le sortit de ses rêveries, et il sourit à Anjie qui préparait la bouffe pour tout le monde. Son estomac lui chantant une sérénade, il se leva, s’étirant pour soulager la douleur dans tout son corps.

« ouche…. J’aurai besoin d’un bon massage… j’étais justement en train de me dire que je serait pas dans cet état si je pouvais utiliser mon pouvoir, n’est ce pas Candice ?... Mais a la base, je voulai pas qu’on nous repère comme mutants… Maintenant, la question est la suivante, j’aimerai votre avis… » dit il, à la cantonade, vérifiant que les autres étaient quand même a moitié réveillés, histoire de pas non plus les sortir des bras de Morphée…

« on continue sur cette lancée, ou on se fait repérer comme mutants ? Sans foutre le wild non plus, hein, mais voir comment « le coin » réagit à une manifestation mutante ? Bref, ne pas passer pour des terroristes, puisque c’est ainsi qu’on nous avait catalogués, mais être disons… moins discrets ? ».
Il poursuivit ses étirements, faisant craquer ses cervicales, tournant la tête, une main sur son cou. Il avait besoin d’une douche… ou un truc s’en approchant…

« bon, en attendant, je vai faire en sorte de moins sentir le chacal… »..
et il se dirigeat, en boxer, vers le lieu d"abllutions", en profitant pour laver ses vêtements... une petite essoreuse psychique serait, pour le moment, assez discrète, planqué derrière le rideau...
DestinSans étiquette
Sam 22 Oct - 22:43
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur


Le chien de Jason n'aboyait pas que pour le plaisir. Il apparaissait de plus en plus clair qu'il avait flairé quelque chose, vu qu'il semblait chercher, le nez en l'air, les oreilles tournant en tous sens. Jason était parti à sa toilette, et Anjali absorbée par les secrets de la création d'un repas complet pour le prix de deux tickets restaurants. Le chien lui, se dirigeait vers la porte à petit pas, la tête tendue en avant.

Sans crier gare, il se mit à frénétiquement aboyer à la porte, comme si celle-ci constituait une menace immédiate pour sa sécurité, ce qu'un grincement sinistre de bois se chargea de confirmer. Du coté de Jason, il commençait à sévèrement cailler ! Pourtant, être en petite tenue dans une maison dénuée de chauffage n'était pas quelque chose d'aussi glaçant habituellement... Mais là, c'était franchement froid ! Au point que l'eau dans la bassine de toilette, ainsi que celle sur ses vêtements avait gelé.

Un puissant bruit de bois sec rendant l'âme marqua la fin de l'existence de la porte d'entrée. Pancake geignit de terreur, et détala à toute allure se planquer dans quelque trou, courageux, mais pas téméraire, alors que de grosses racines noueuses qui étaient selon toute vraisemblance à l'origine de l'ouverture peu orthodoxe de la porte envahissaient l'entrée.

Dans le relatif silence suivant l'éventration menuisière, seul le bruit léger de talons aiguille sur le bois se fit entendre, alors qu'une silhouette féminine marchait avec grâce sur les racines qui étaient en train de se muer en un tas de feuilles de noyer qui voletaient en tous lieux...


"Toc toc toc...", furent les seuls mots de l'intruse, qui n'avait pas l'air d'être là pour une visite de courtoisie.

HJ : Et nous sommes maintenant en mode jeu ^^
Anjali DevganGanymède : Membre actif
Sam 22 Oct - 23:36
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Anjali voyait bien que pancake s'agitait et aboyait de plus en plus en cherchant quelque chose d'invisible aux yeux de la jeune femme. Son agitation la rendit nerveuse et elle posa ce qu'elle avait en main pour regarder ce qu'il y avait derrière la porte.

-"Qu'est-ce que tu as la saucisse? Pourquoi t'aboie comme ça?"

Tendue, elle avança vers la porte pour l'ouvrir quand elle l'entendit craquer. Le chien fila sans demander son reste en bon trouillard comme il se doit. Pas trés rassurée, anjali recula aussitôt, elle préférait se fier à l'instinct d'un chien que de commettre une imprudence. Elle eut raison de s'y fier car la porte se fractura brutalement et de grosses raçines envahissaient l'endroit.

-"Par shiva, qu'est-ce qui se passe ici?" fut tout ce qu'elle put dire. Inquiète, elle sentait que ceci était l'action d'un mutant. Ami ou ennemi? là était la question.

Le silence retombait et un bruit de talons aiguilles résonna. Des feuilles de noyer s'envolaient et envahirent son espace vital, elle agita la main pour les dégager de sa vue et de ses vêtements.

Une pouffe en robe verte se déhanchait devant l'entrée tout en tenant les pans de sa robe comme une princesse de conte de fée.

Anjali ne put s'empêcher de lui trouver un air de blanche neige indienne.

-"Blanche neige, la maison des sept nains c'est plus loin en bas de la rue, la courtoisie aurait été de ne pas nous péter cette porte! Tu veux quoi la greluche?" dit-elle haut et fort pour que Jason soit informé de la présence d'une femme et de ce qu'elle venait de faire sans que sa présence ne soit trahie.

Elle n'avait pas vu si Candice et James avaient réagi mais elle s'abstint d'appeler Jason, c'était guère une visite de courtoisie et il valait mieux garder un atout dans la manche.
James William MurrayGanymède : Sympathisant
Dim 23 Oct - 17:16
avatar
Ganymède : Sympathisant
Voir le profil de l'utilisateur
Quatre jours à ne rien faire qu’attendre, glandouiller dehors dans l’espoir d’être remarqué et que quelqu’un morde à l’appât mais rien, zéro, pas le moindre nettoyeur venant "tenter de" les déloger. James passait le temps en faisant quelques exercices physiques pour extérioriser sa frustration et épuiser son trop plein de testostérone, apparemment au grand plaisir d’au moins Candice. Ce n’était pas le but premier mais l’intérêt de sa nouvelle logeuse n’était pas sans lui être gratifiant.

Il commençait à apprécier la compagnie de ses nouveaux collègues ainsi que du ventre à pattes poilu qui était pour le moins attachant. Mais là ça commençait à faire un peu long pour une mission sous couverture, d’autant que ce n’était normalement pas son trip !

Le linebacker était réveillé mais avait décidé de laisser Anjali à son occupation matinale et entendit Jason d’une oreille. Quitte à passer encore une journée à s’embêter, autant qu’elle commence le plus tard possible. Mais il ouvrit les yeux quand Pancake commença à aboyer de manière insistante. Le chien de garde aurait-il détecté une menace ?

La réponse vint dans un fracas de bois sec à l’ouverture un peu brutale de la porte. James se leva d’un bond et se dirigea vers la porte sans prêter attention à quoi que ce soit d’autre. Il fallait reconnaître que le bruit était suffisant pour que toute la maisonnée soit sur le qui-vive avec une bonne montée d’adrénaline. C’est donc en pantalon et marcel que le grand black se posta par réflexe en bouclier entre l’intruse et Anjali, laissant juste à son équipière de quoi voir ce qui pouvait se passer au cas où elle devrait réagir. C’est sur ses gardes qu’il lança à leur non-invitée :

"Désolé madame mais si vous venez pour le loyer faudra repasser, on aura peut-être un jour de quoi en payer un…"
InvitéInvité
Dim 23 Oct - 19:49
Quatre jours. Quatre foutus jours qu’ils s’étaient sciemment éloigné de tout confort pour vivre en gang de hippie, dans un squat confortable, certes, mais douteux. Et tout ça pour un résultat qui faisait rire jaune la jolie fanatique du violet : Rien. Que dalle. Des coups d’épée dans l’eau, voilà tout ce à quoi avait servi leur présence ici. Rien de plus qu’un trip légèrement sado-maso, avec une petite tendance à l’échangisme. Voire à la zoophilie, vu la présence du pâté sur pattes. Enfin… Bien sûr ils n’avaient fait que dormir ensemble, rien de plus, mais bon, quand même. Sauf le chien. Chose importante à noter. Non mais ils avaient beau être des squatteurs, ce n’était pas une raison pour qu’une boule de poils baveuse vienne souiller la couverture qu’elle avait apportée. Et puis quoi encore.

Quoi qu’il en soit, cette inaction chronique lassait la demoiselle aux cheveux mauves. Et cette lassitude laissait la place nette pour satisfaire une nette envie de paresser. Se lever ne servait, au final, pas à grand-chose. Faire un petit tour dehors en chantonnant, faire semblant de faire la manche, grailler des conserves froides et des chips trop salées, ça ne remplissait pas une journée. Alors, Candice avait décidé de profiter de l’occaz’ pour pieuter un bon coup, espérant que ça ne lui porterait pas préjudice sur ses cours de photographie. Mais bon… elle s’était engagée, alors elle devait le faire. Non pas qu’elle eut soudainement une foule de scrupules et de principes, mais voilà. Elle n’avait pas non plus envie de planter là des types qui comptaient sur elle. Et puis, cette promiscuité avait ses côtés sympathiques. Être entourée de deux beaux spécimens mâles bien musclés, et d’une demoiselle plutôt jolie ne la dérangeait en rien. Ça changeait des tronches de cake qu’elle croisait tous les jours, habituellement.

Anjali s’était levée la première, pour se rincer la couenne. Elle fut suivie de Jason, qui avoua avoir des envies de massages. Perspective plutôt plaisante à imaginer. Mais Candice n’en fut pas moins plus attirée par l’envie de retomber endormie. Les aboiements rutilants du canin touffu n’y firent rien. Elle le transformerait en bouffe pour chat plus tard dans la journée. Là, elle avait juste envie de dormir. Elle maugréa en se retournant sur elle-même lorsque James se releva brutalement, arrachant à la belle sa couverture. Et ça caillait, en plus !

« Hmmph naaan. Encore dormiiiir. »

Mais non. Le sort était contre elle. Pile le jour où elle avait décidé de flemmarder, le destin ramena sa fraise sous les traits d’une briseuse de c… de porte. Et pas par n’importe quels moyens ; elle avait pulvérisé la huche à l’aide de racines monstrueuses. Et elle déambulait maintenant à son aise, parmi une volée de feuilles automnales rendant plus spectaculaire encore son arrivée.

« Mouais… »

Elle n’avait plus vraiment le choix, il fallait qu’elle bouge son cul pur se lever, la Candice. D’autant qu’Anjali avait l’air d’avoir envie d’insulter très clairement l’arrivante. Très vite rejointe par James, qui lui affirma que le loyer restait, et resterait impayé. Au moins, ils jouaient leur rôle. Candice, elle, aborda le problème invasif d’une autre manière.

« Heyyy, keep cool les mecs, la dame veut peut-être juste nous tenir compagnie ! Elle a l’air de savoir faire des trucs plutôt cool en plus. Sûr qu’avec ça, on aura de quoi s’payer un repas de luxe, ce soir ! »

Et hop, comme ça elle masquait sa nature mutante pour le moment, contrairement à cette nouvelle venue, qui n’avait aucun goût pour accorder ses vêtements à ses chaussures. Si elle se montrait avenante, Candice lui donnerait quelques conseils beauté, ça ne lui ferait pas de tort. D’autant qu’elle était plutôt esthétique. Enfin. Si elle avait été nue. Ou seulement en robe. Oui bon… elle n’aimait vraiment pas les chaussures de la nana aux racines.

Du coup, elle s’approcha du mur, et s’y accouda d’un air négligé, s’étirant sans gêne de manière plutôt féline en poussant un petit gémissement de satisfaction en sentant une vertèbre se remettre en place dans son dos.
Jake LevineGanymède : Membre actif
Lun 24 Oct - 20:45
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Voila plusieurs jours que Jake était rentré de sa mission. La tete pleine de questions concernant les informations qu'ils avaient trouvé mais malgré tout, il restait convaincu que quelque chose chez Ganymède lui échappait. Comme une partie d'iceberg immergée. Il avait beau chasser cette idée, elle revenait en permanence. Aussi, il avait besoin de voir du monde avec qui il pourrait parler de tout ça.

Etant donné que ses colocataires étaient aussi en mission, il avait décidé de les rejoindre. Leur squat durait depuis plusieurs jours maintenant et Jake avait une petite surprise pour tout le monde. Pour l'occasion, il avait ressorti son jean troué du dimanche et avait enfilé un marcel noir qu'il avait préalablement déchiré et roulé dans par terre. Il avait fini sa panoplie du parfait petit squatteur avec un bonnet et un vieux sac à dos qu'il avait rempli de gâteaux et de bonbons.

Il n'était plus qu'à quelques mètres de l'endroit ou ils se trouvaient. Le quartier était bien calme et c'était assez étrange d'arriver à l'endroit ou quelques années plus tôt se dressait le premier institut de mutants. Les choses auraient peut-être été différentes pour lui si il avait décidé de le rejoindre plutôt que de continuer à vivre dans la rue. Mais bon, quelque part, il s'en était tout de même bien sorti et avec des "si" on avance pas à grand chose. Il faisait maintenant partie de Ganymède et pour une fois il trouvait un utilité au fait d’être mutant et ça lui suffisait. Du moins pour le moment.

Lorsqu'il arriva enfin au squat, Jake comprit tout de suite que quelque chose n'allait pas. Une jeune femme se tenait dans l’entrebâillement de la porte qui semblait avoir volée en éclats.

Il arrivait sans doute au bon moment et il espérait par dessus tout que personne n'était blessé. Jake regarda autour de lui. Il devait trouver un coin assez près pour suivre la conversation mais assez caché pour garder l'effet de surprise. Ce qui restait un bon avantage.
Grégoire DelibesGanymède : Membre actif
Lun 24 Oct - 23:18
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire arriva tout sourire au coin de la rue. Il était en ligne avec quelqu'un qui devait visiblement beaucoup l'amuser.

« Oui, oui, j'y suis presque là. Et tu n'as pas eu de nouvelles depuis plusieurs jours ? Ni Markus ? Oui, Monsieur Wiseman, tu m'as très bien compris », dit-il en éclatant de rire. « Je crois que tu as une autre ligne qui sonne ! Oui, je te laisse, merci pour le tuyau, Sophie. Ciao ! » conclut-il avant de couper la communication.

En raccrochant le téléphone, il put davantage prendre conscience du lieu vers lequel il marchait. Cet endroit avait été le déclencheur de tellement d’événements positifs dans sa vie que le simple fait de s'approcher du quartier faisait monter en lui une vague d'émotions contradictoires.

Grégoire se demandait bien dans quel état il allait retrouver ses comparses. Au moment où il allait s'engager vers une bâtisse qui semblait avoir été bâtie sur les ruines de son ancienne école, il remarqua Jake, s'agitant comme un espion en planque. Perplexe, Grégoire s'avança et voulut héler au loin son collègue de la Fondation mais se reprit alors qu'il avait déjà levé la main au dessus de la tête pour attirer l'attention de Jake : une femme venait d'entrer dans la maison.

Grégoire fronça les sourcils, le téléphone toujours en main. Il parcouru son répertoire, s'arrêta sur le nom de Jason et ouvrit l'interface qui lui permettait d'envoyer des messages. Il tapota rapidement sur l'écran et envoya le message suivant à Jason :
Code:
Je suis à l'extérieur. Est-ce que tout va bien ?
Il ne s'approcha pas davantage, histoire d'avoir un aperçu général de ce qui se tramait la dedans et de comprendre l'attitude de Jake.
Michael KäferböckGanymède : Membre actif
Mar 25 Oct - 1:37
avatar
Ganymède : Membre actif
Voir le profil de l'utilisateur
Voilà déjà quatre jours qu'il était allé en Normandie puis, le même après-midi, à la Statue de la Liberté. Une excellente journée, en somme. Quoique, comme le veut l'expression, le ciel n'est jamais assez bleu. Son pique-nique, aussi romantique qu'il le trouvât, ne mena à rien.

Il y avait également quatre jours qu'il n'avait plus eu de nouvelles de Jason, Anjali et des deux nouveaux qui avaient décidé de partir squatter dans le coin de l'ancien institut. Maintenant qu'il avait un après-midi de libre au boulot (il ne devait rentrer qu'au milieu de la nuit ; vive les centres d'écoute!)

Vêtu de ses plus vieilles hardes, Michael errait dans le quartier depuis un bon moment déjà. Il était passé devant l'ancienne location de son hâvre, non sans un pincement au coeur, puis avait continué sa recherche infructueuse. Jusqu'à ce qu'un énorme craquement retentisse, à quelques maisons de là. Il pianota rapidement sur son téléphone, à l'adresse de ses colocs et de Grégoire.

Citation :
Je suis au squatt de l'institut.

Il courut ensuite jusqu'au lieu du fracas, utilisant son pouvoir pour traverser plus rapidement les clôtures et autres obstacles qui auraient pu se mettre sur son chemin. Lorsqu'il se retrouva dans la cour arrière, il se pencha et fonça dans le coin du mur pour le pénétrer et passer dans le mur intérieur (du salon). De là, il "monta" pour se situer à l'angle des deux murs et du plafond. Il sortit un œil de cet endroit, pour évaluer sommairement la scène devant lui, avant de le refaire disparaître. Il s'aperçut alors qu'il entendait une voix particulièrement grave, ainsi qu'une infime vibration dont il comprit alors la nature, bien qu'il l'ait souvent ressentit lors de l'utilisation de son pouvoir. Pourtant, il se sentait pas cette sensation de rideau, caractéristique de son pouvoir, au niveau de son oreille.


Dernière édition par Destin le Mar 25 Oct - 22:04, édité 1 fois (Raison : Parce qu'il ne faut pas non plus exagérer...)
Contenu sponsorisé
 

De nouveaux squatters (MISSION SQUAT ANCIEN INSTITUT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AX-Factions :: L'Amérique du Nord :: Les États-Unis d'Amérique-
Sauter vers: