Cent ans après leur extinction, les mutants réapparaissent. Quatre années de lutte contre des humains cherchant à les étouffer se solderont par une mystérieuse destruction de l'Institut Xavier. Trois ans plus tard, il est temps de rebattre les cartes.
 
AccueilWikiFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Mission Institut] Los Angeles - Dans la chaleur de la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Kalalli RenandInstitut : X-Men
Lun 26 Sep - 0:49
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Kalalli regardait Alex s'approcher du nain, les yeux teintés de terreur et d'incrédulité. Le télépathe ne pouvait pas tuer spontanément quelqu'un à mains nues. Ce n'était pas possible... Le petit homme sembla ravi de voir qu'il serait sacrifié. Une pièce en prenait une autre. Comme si ce n'était qu'un jeu. Une simple partie. Comme si toutes les pièces réapparaitraient à la fin. C'était tellement stupide.

Sans difficulté, le télépathe commença à étrangler le nain avec le cable de la télé sous le regard médusé de l'inuit, incapable de faire quoique ce soit. Il tenta de se relever à plusieurs reprises en pleurant à chaudes larmes, mais il se sentait incapable. Kalalli s'égosillait sur Alex, au sol :

" Arrête ! Alex arrête ! Arrête !! "

Il s'arrachait les poumons et la gorge sous la vision horrible du mutant qui soulevait le nain pour lui craquer le cou, comme si hurler pourrait permettre de tout arrêter. Mais la fin funeste ne tarda pas. Le nain finit par ne plus s'agiter et sa tête tomba sur le côté, inerte. Kalalli se cacha le visage dans les mains en continuant à pleurer, totalement abasourdi par l'acte qui venait de tuer un homme de sang froid ainsi que Jolène. En l'espace de quelques secondes, il venait de perdre ses deux camarades. Ses deux seuls alliés. L'un était devenu un monstre démoniaque. L'autre s'était faite tuer par ce même monstre. Les pervers avaient arraché son âme au télépathe.

Lorsque le corps du nain fut reposé au sol et s'effondra, Kalalli se sentit tomber dans une spirale infernale de désespoir. Tout ça ne s'arrêterait jamais. Les morts, la solitude, la folie. Elle touchait tour à tour tous ceux qu'il connaissait et qu'il aimait. Tout son courage s'était évaporé progressivement comme l'air d'une bouée. D'abord en se réveillant à la merci des Amis, puis en perdant successivement Alex et Jolène. Son espoir était écrasé et plié en vrac dans un coin de son âme.

Mais l'ascenseur était ouvert... Kalalli s'avança lentement, sans même jeter un regard à Alex et ramassa le pistolet du nain.

" Je garde ça. Je sais pas ce que tu serais capable d'en faire... je sais plus... T'es qu'un salaud. Qu'un salaud... Je voulais mourir..." acheva-t-il entre deux soubresauts de larmes.

L'ascenseur se mit en route lorsqu'ils furent dedans. Kala continuait à reposer en partie contre la paroi pour soulager son genou ô combien douloureux. Puis les portent s'ouvrirent. Au fond d'une immense salle, se tenait March dans un lit. Il avait l'air d'être dans un piteux état. Mais surtout, il remarqua deux femmes entre eux et le lit. Lorsqu'il vit qu'une d'elle faisait face dans une autre direction qu'eux, le garçon tourna la tête et vit... Jolène ! Elle était vivante ! Mais comment c'était possible ? Ce n'était que du bluff ? Une vague d'espoir parcourut l'échine du garçon mais le Pervers se fit entendre.

March voulait leur parler avant de mourir. Il devait avoir des choses à leur dire, assurément. Et il imaginait facilement qu'ils voulaient le tuer. Ce n'était pas très difficile à deviner. Mais les deux femmes, jumelles, se lancèrent à l'attaque, au corps à corps. Kalalli se sentait incapable de combattre, incapable de bouger ou d'esquiver quoique ce soit. Le moindre le coup le jetterait au sol sans aucune difficulté.

Alors il serra la mâchoire et dans un réflexe de survie, prit le revolver à deux mains en le pointant comme un policier sur la femme, droit sur son ventre... ou sa cuisse. Quelque chose de pas trop grave. Il ne voulait pas la tuer. Juste l'empêcher de les frapper. Mais c'était la première fois qu'il tirait... Il savait juste qu'il fallait retirer le cran de sécurité et appuyer sur la gâchette, et que cette position permettait de maintenir l'arme pour viser assez bien...

[je considère qu'il a un niveau de bleu avec les armes à feu standards, depuis le temps, même si j'ai pas encore posté en bilan de compétence]
InvitéInvité
Lun 26 Sep - 0:57
Jolène ouvrit les yeux de surprise en entendant la fille hurler de cette manière. Elle n'eut même pas la conscience d'esprit de Sadie de se jeter au sol pour se protéger. Non, elle resta bouche bée, assistant à la naissance d'un typhon qui bientôt ne serait plus. Elle ne pouvait plus bouger, quand bien même elle l'aurait voulu. C'était le chant du cygne qu'elle avait devant elle, inconsciemment, elle le savait, c'était l'instinct de celui qui a vu la mort. La pièce serait bientôt finie pour elle. Peut-être que c'était mieux. Peut-être que c'était le dernier acte qu'elle pourrait faire de manière lucide. Peut-être se cherchait-elle des excuses pour l'action qu'elle n'allait pas faire. L'arme qui avait chu était revenue dans la main de sa propriétaire. Ils formaient maintenant un couple sordide et mortel. A la vie, à la mort. A la mort. Jolène s'arrêta de respirer. Le feu claqua à travers la tête de la jeune fille. Les muscles de l'écossaise se contractèrent violemment. Elle regarda, presque incrédule la cervelle répandue dans le couloir. Elle était mal, le coeur au bord des lèvres. Elle resta quelques instants avant de faire un pas devant l'autre vers l'ascenseur ouvert, comme une automate. Il fallait qu'elle aille voir March. Toutes ces morts le valaient.

Elle s'arrêta un instant, s'accroupissant pour récupérer l'arme. Il lui sembla que la morte s'accrochait à son libérateur avec la même poigne qu'un vivant. Il lui sembla voir des choses qui n'auraient pu exister dans ses yeux. De la gratitude...de la colère...Quand enfin elle arracha l'arme de la main, elle vit les yeux de la morte rouler dans leurs orbite et lui lancer un regard de jouissance haineuse et ses lèvres s'étirer dans un sourire morbide. Elle recula brutalement, prise d'une frayeur soudaine. Son coeur battait la chamade, mais rien ne bougeait plus, le visage était encore de cire.

*La fatigue...rien que la fatigue...*

Elle avait beau se dire ça, elle n'était pas rassurée. Elle finit rapidement le chemin vers l'ascenseur, jetant de temps à autre un regard en arrière pour s'assurer stupidement qu'elle ne se relèverait pas. Ce regard...Elle se passa la main devant les yeux en tremblant, des spasmes parcourant son corps. Sadie allait rentrer, elle retrouverait March, le ferait parler...irait récupérer les garçons et cette journée serait finie...pour s'ouvrir vers une nuit longue...elle le savait.

"Sadie, dépêche-t..."

Elle n'avait pas fini sa phrase qu'un liquide vert sortit des tuyaux. Qu'est-ce que c'était que ce bord...Sa réponse vint rapidement en entendant Sadie hurler à fendre la pierre. De l'acide. De l'acide merde! La musique ne couvrait rien et semblait participer à l'horreur ambiante par le décalage qu'elle créait. Jolène se boucha les oreilles tremblante pour ne plus entendre ni l'un ni l'autre. Un écran s'alluma, diffusant des images. C'était quoi ça encore?! Passèrent Fukumi, Beck, les 4 amis, Georgia, Esther, des membres de l'institut...Et surtout Van Damme. Encore lui? C'était pas possible. C'était un cauchemar éveillé. Pas possible...non...

Elle se calma comme elle put. Il fallait qu'elle reste calme. Il fallait. Elle devait reprendre contenance. Elle devait aller voir March. Lui parler. Les portes s'ouvrirent, elle sortit précipitamment de l'ascenseur, laissant Sadie sans connaissance. Elle préférait...elle devait être seule. Seule. Mais elle n'était pas seule, de l'autre ascenseur sortirent Kalalli et Alex, couverts tous les deux de bleus, portant à leur cou le collier qu'elle tenait dans la main. Elle ne savait pas si elle était contente de les voir. Elle ne savait plus rien. Si...elle savait qu'elle devait sortir de là rapidement, en finir. Elle gardait sur son visage ensanglanté un masque de surprise contenue mais son regard restait déterminé, même si cette détermination se fendillait de minutes en minutes. Elle se retenait, même si elle ne le sentait plus, elle avait tout barricadé...pour un temps court.

"Vous êtes là..."

Rien ne transparaissait de sa voix. Ni joie, ni colère, ni peur. Elle ne pensa même pas à cacher sa nudité à ses deux compagnons, elle ne pouvait pas penser à ça. Elle regarda dans la direction du lit. March s'y trouvait, malade, faible. Comment croire que c'était cet homme qui avait tout manigancé? Il semblait inoffensif. Et Jolène savait que ce n'était pas le cas. Mais cette fois, elle ne laisserait pas un type affaiblit s'en sortir aussi facilement que par la mort. L'impression disparu lorsque l'homme se mit à parler pour envoyer ses deux chiennes de garde les attaquer. Il fallait qu'il parle avant de mourir, elle s'en assurerait. Non...il ne mourra pas autre part qu'en prison, c'était impossible.

Elle remarqua furtivement que Kalalli avait lui aussi un pistolet. Et qu'il allait s'en servir. Le sang de Jolène ne fit qu'un tour. Non. Plus. de. morts. Non.

"Kal' non!"

Ce n'était pas une supplication, c'était un ordre. Ce geste avait ranimé un semblant de mouvement sentimental dans la petite écossaise et l'avait sortie de son apathie.

Elle s'élança en direction des deux jumelles, bloquant la vue de l'inuit vers les deux jumelles. Elle ne voulait pas utiliser le pistolet qu'elle avait dans la main, elle ne voulait pas plus qu'il l'utilise. Si il tirait, ce serait elle et personne d'autre qu'il toucherait. Elle ne voulait pas de morts qui ne devaient pas être. Elle voulait les avoir toutes les deux. Elle devait les avoir toutes les deux d'un coup. Une seule touche, même si elle devait se prendre un coup. Même si elle devait se prendre une balle, elle ne le laisserait pas tuer, encore une fois. Elle les spasmerait. De tout son corps, de toute son âme. Sans douleur.
InvitéInvité
Lun 26 Sep - 1:15
Le télépathe ce stoppa un instant quand Kalalli lui rappela qu’il allait tuer Jolène, il baissa un instant la tête comme si une pensée contradictoire venait de lui arriver en tête, puis il la releva sans dire un mot.
Soudain l’inuit lança une phrase qui allait elle par contre le stopper quelques secondes, il trembla ses mains allant vers le bas comme si il allait s’arrêter.

Desserrant les lèvres, il commença à répondre à l’inuit en tournant légèrement la tête vers celui-ci, ses yeux semblait embué. Alexander semblait perdu.

«Je peu pas... Je ni arrive pas… je ne veux pas la tuer… »

Lança il la voix tremblante mais sincère,la voix d‘une personne qui ne savait ce qu‘elle faisait, Avant que son regard ne ce remplisse à nouveau de ce vide froid. De ce regard fou, alors qui était ficher sur le visage du télépathe depuis un moment.
C’est alors qu’il repris, le ton était plus sombre, plus froid. Un ton d’une personne qui s’avait ce qu’elle allait faire et dont la rage était si grande qu’elle n’allait pas avoir de remord.

« Puis fais pas l’enfant! Tu veux vraiment sacrifié ta vie ? J’ai pas l’intention de me sacrifié pour tes idéaux à de sous, elle à fais son choix! Elle s’avait les risques! »


Il avança, l’inuit tomba le télépathe ce retourna d’un coup pour l’observez, ses yeux ce firent doux alors qu’il laissait échapper dans un murmure un:

« Kala… »

Le nain ce préparait à mourir, le télépathe le regarda sans émotion alors qu’il lui plaçait le câble autour du cou, puis serra sans un mot. Puis tira sur ses muscles pour le soulevé du sol, il ce débattait même pas, seul son corps réagissait. Le télépathe augmenta sa pression, encore et venue le craquement qui mettait un terme à sa vie.

Sans ménagement il le laissa tombé sur le sol, pour observez le mort, alors que les portes de l’ascenseur s’ouvrait. Il tourna la tête vers Kalall qui était en train de l'insulté.

Puis il pris l’ascenseur.

***

Il n’avait pas aidé Kalalli, de toute façon pas sur qu’il aurait accepté l’aide, l’ascenseur s’ouvrit sur un lit March souffrant, mourrant. Un sourire immense pris le visage dément du télépathe. Sourire qu’il perdu en voyant les deux jeunes femmes ce mettre en garde à vous.

Il jeta le regard vers le coté, Jolène était vivante, le télépathe lança à Kalalli, avec un ton froid et hautain:

« Tu vois elle n’avait pas besoin de ton sacrifice, elle s’en est sortit! »


March ce mis à parler, puis les filles attaquèrent, Kalalli leva son arme, le télépathe tourna la tête la tête vers lui.

« Tu veux vraiment devenir comme lui ? »

HurlA-t-il alors que le télépathe pivota pour apporter assistance à Jolène, en envoyant son poing en direction de l’une des filles.
FortuneSans étiquette
Lun 26 Sep - 10:22
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
Kalalli était sur le point de tirer quand Jolène fit sa sortie. Ce qui sembla contrarier au plus haut point March. Il grimaça :

"Votre humanité finira par vous tuer. Mais je n'ai pas le choix... Ma vie arrive à son terme et vous êtes là. Tant pis..."

Alexander s'élança à son tour, laissant l'inuit derrière.

"Vous devez accepter que votre destin est marqué par vos choix et qu'en rejoignant les rangs de l'Institut Xavier - en dépit de tous vos idéaux - vous ne ferez qu'accélérer la venue du Royaume des Cieux sur Terre. Vous devez accepter de voir les signes. SES signes. Vous devez..."

Au moment où Jolène allait rencontrer les deux jumelles, la fille au béret fit un pas de côté et la dépassa. Mais de sa main nue, l'écossaise réussit à frôler sa jumelle. Aussitôt, elle commença à perdre la coordination de ses mouvements... Ses jambes lâchèrent et elle tomba au sol, sous le coup d'une crise violente de spasmes.

"Très bien. Vous devez voir les signes. Vous... Vous ne voulez pas nous comprendre. Mais nous ne sommes que SES outils. M. Khan nous les a montré. Nous n'avons pas voulu y croire. Non. Nous sommes des pervers et des psychopathes, nous nous refusions à croire à SON existence..."

La fille au béret arriva au niveau d'Alexander. Elle encaissa son coup sans broncher. Et repoussa du plat de la main le mentaliste qui tomba au sol, comme s'il avait été percuté par une voiture. Elle était forte ! Bien plus forte que lui ! Elle poursuivit sa route.

"Pourtant, quelqu'un peut en témoigner. L'une de mes acquisitions. L'une de celles que j'ai capturé et réduit en esclavage. Elle, elle pourra attester de la grandeur et de l'authenticité de SES volontés. Elle..."

Il commençait à avoir du mal à respirer. Le simple fait de parler semblait être - pour March - un effort conséquent.

La fille au béret était juste devant l'inuit. Elle lança son poing dans sa direction mais le manqua de peu. A la place, son bras s'enfonça jusqu'au coude dans le mur. Sa force était terrible.

"Cette acquisition, je vous en fais cadeau. Ma connaissance, je vous la livre. Mon destin tendait vers cette seule rencontre et maintenant c'est fini... Ceux qui survivront pourront témoigner"
InvitéInvité
Lun 26 Sep - 11:16
Jolène n'avait pas fait attention à l'altercation qu'il y avait eu entre Alex et Kal'. Elle avait d'autres choses à penser. Oui, d'autres...Elle vit Alex s'élancer en même temps qu'elle vers les jumelles, blocant doublement le tir du petit inuit. Qui ne partit pas...Jolène ne fut même pas soulagée de ne pas sentir la morsure du fer dans ses chairs, elle voulait juste s'occuper des géantes. March commença à parler. Beaucoup. Il parlait de signes...mais dans l'action, l'écossaise ne réfléchissait pas à ça. Elle vit la jumelle au beret s'écarter d'elle au dernier moment, elle ne pourrait en avoir qu'une...la deuxième serait pour Alex...En espérant qu'il ai de bons réflexes. Elle frôla la deuxième qui tomba rapidement au sol secouée de spasmes. Jolène en profita pour l’assommer sur le sol. Ces mouvements désordonnés la perturbaient au plus haut point, elle ne voulait pas les voir.

Elle se releva rapidement, écoutant l'homme mourant, un dilemme se posait à elle...il fallait le faire parler. Il fallait aider les garçons contre la fille...Elle remarqua du coin de l'oeil qu'Alex avait été projeté au sol par la fille au béret qui continuait à avancer vers Kalalli. Son regard passait de l'un à l'autre, de l'Ami au jeune garçon. Ecoutant ce qu'il disait tout en hésitant sur la marche à suivre. Desésespoir, elle se mit à parler fortement à l'homme.

"Qui? Qui? Parlez!"


Comme au ralenti, elle vit le poing de la géante s'enfoncer dans le mur juste à côté de la tête de Kalalli. "Kal! Non!"Ses yeux s'agrandirent. Ce n'était plus un ordre, c'était une supplique.

Kal', un sourire sur la gorge. Son coeur s'accéléra. Kal', la cervelle giclante sur le sol. Elle se mit à courir en direction de la géante. Il ne fallait pas qu'il meurt. Sa force ne l'inquiétait pas le moins du monde. Une seule touche...elle le savait...Elle voulait tirer la femme en arrière en la prenant par le col et en la spasmant, l'éloigner de l'inuit le plus possible, même si elle savait que la toucher suffirait, elle devait l'éloigner pour le protéger. C'était nécessaire. Pour elle.
InvitéInvité
Lun 26 Sep - 15:20
Le poing du télépathe s’arrêta sans faire le moindre dommage à la femme au béret, alors qu’elle le repoussait du plat de la main, l’envoyant au sol violement.
Cela réveilla toute les douleurs, toute les pensées, toute la violence en lui, son regard ce remplie instantanément de ténèbres, son visage repris ses couleurs terrifiante.

« On est libre de son destin! »


Ce bruit celui du poing qui s’enfonce dans un mur fit ce retourner le télépathe, qui poussa un cri, un hurlement de peur, mué à la colère.

« NOOOOOOOOON! »

Il ne vis pas Jolène qui elle aussi réagissait, il ne voyais plus que cette femme face à l’inuit, muant son corps endolorie comme il le pouvait, il ce jeta sur la jambe de la puissante assaillante, alors que son visage et son regard reprirent d’un coup, leurs apparences normale.

Dans tout les sens tu thermes, c’était vraiment le regard chaleureux d’Alexander, c’était aussi son véritable sourire, celui qu’il utilisais pour rassuré les gens qu’il envoya à Kalalli comme un ultime adieu, alors que dans cette fraction de seconde le télépathe colla sa gorge sur la jambe de la jeune femme.

Sans un mot, le télépathe usa de la dernière arme qu’il avait, cette charge explosif sur sa gorge, si elle avait la capacité de faire exploser sa tête, elle aurait aussi la capacité de faire du mal à cette femme, ou au moins la retarder jusqu’à l’arrivez de Jolène.

Alors qu’il lançais sa prise de contrôle, le télépathe envoya un ordre simple juste au cas ou.

*Arrête toi!*

Instantanément il ce demanda comment c’était la mort, si March disait vrai il allait la connaître dans l’instant. Il aurait au moins sauvez Kalalli et des innocents pour cela il avait du tuer. Seul dieu pourrait juger si son sacrifice rachetait ses fautes.
Kalalli RenandInstitut : X-Men
Lun 26 Sep - 22:05
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
L'illusionniste avait fusillé du regad le télépathe à la remarque du sacrifice inutil parce que Jolène s'en était sortie seule. C'était facile de dire ça maintenant qu'ils savaient qu'elle était vivante ! Pourtant lui n'avait pas hésité à la condamner à mourir dans d'horribles douleurs.

Kalalli allait faire feu lorsqu'il entendit Jolène hurler pour qu'il ne tire pas. La première femme était neutralisée et son amie se jetait entre la seconde ennemie et l'inuit qui ne pouvait plus tirer. Il avait réussi à relâcher son doigt à temps de la gâchette. Heureusement qu'il lui restait quelques réflexes ou Jolène serait morte. Il aurait tiré si elle ne s'était pas interposée physiquement, tentant de se défendre malgré tout comme il le pouvait.

Avec surprise, le garçon reçut la critique d'Alex. "Tu veux vraiment devenir comme lui ?". Epuisé physiquement et nerveusement, l'illusionniste commençait à bouillir de colère. Celui qui venait de tuer de plein gré un homme à main nue et avait tenté de sacrifier Jolène et Sadie, en vain, osait lui faire la morale quant à devenir un monstre ?!

Ce bref moment de colère laissa la géante faire voler le télépathe d'un coup particulièrement puissant, et esquiver l'écossaise avant de foncer droit sur l'inuit qui avait baissé sa garde un instant. Entre la volonté de Jolène de ne visiblement plus faire aucun mort et les phrases moralisatrice lancées par Alex, Kalalli vit sa vie se terminer, la tête explosée contre un mur après avoir reçu un coup de poing surpuissant. Il se voyait condamné par Jolène parce que celle-ci protégeait un ennemi qui n'allait pas hésiter à le tuer.

Paralysé, Kala vit le poing s'abattre au ralenti tandis que ses compagnons hurlaient une dernière négation de sa propre mort. Mais... les terribles phalanges le frôlèrent avant qu'un bruit sourd ne lui parvienne qu'à une seule oreille. Les yeux écarquillés, il vit que la géante venait de le rater par il ne savait quel miracle, lui qui n'avait pourtant pas pu entreprendre le moindre mouvement pour l'esquiver, épuisé physiquement et distrait par ses compagnons. Peut être n'était-elle pas parvenue à se stabiliser après la frappe contre le télépathe ?

Kalalli eut le temps de voir Alex se jeter sur la jambe de la géante. Il ne restait plus qu'à ce que Jolène arrive à eux pour toucher la femme forte qui avait un poids à la cuisse. Le garçon fit un pas de côté opposé au poing enfoncé dans le mur et tenta d'un bond de s'éloigner autant que possible de leur ennemie afin de faciliter la charge de Jolène, et d'éviter si possible de subir une seconde tentative de coup de poing, au cas où.
FortuneSans étiquette
Mar 27 Sep - 11:23
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
Tandis que la géante était en train d'extirper son bras encastré dans le mur, Jolène la spasma. Elle fut prise de tremblements. Alexander, dans une tentative désespérée colla sa tête sur la jambe de la fille... Il était prêt à se sacrifier !

L'inuit eut juste le temps de s'écarter avant que...

... rien ne se passe. La prétendue charge ne s'activa pas. La tête d'Alexander n'explosa pas. Et...

... son ordre mental demeura inefficace : après tout, la fille n'avait plus aucune maîtrise de son corps, étant sous le coup du pouvoir de l'écossaise...

Finalement, elle s'écroula au sol, rejoignant sa jumelle dans l'inconscience vaporeuse.

March éclata d'un rire sinistre.

"Tout cela était une farce... Un stratagème pour que vous demeuriez calmes. Mais la prochaine fois..."

Il toussa et cracha du sang.

"La prochaine fois que vous rencontrerez un ami, peut-être que la charge sera active ?" termina-t-il péniblement.

Andrew March se saisit péniblement d'une petite télécommande. Un panneau mobile coulissa derrière lui révélant un petit débarras...

... pourvu d'un bien macabre contenu... En effet, des corps de jeunes filles mortes, entassées les uns contre les autres, tombèrent à même le sol...

Une seulement était vivante.


Elle tremblait de tous ses membres. Elle était nue et couverte de sang. Elle cherchait à crier, à pleurer mais plus rien ne sortait.

March ricana faiblement.
Kalalli RenandInstitut : X-Men
Mar 27 Sep - 13:38
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Jolène venait de réussir à toucher la dernière femme qui s'écroula. Soulagé de ne plus être en danger - mais pour combien de temps ? - Kalalli se tourna vers March qui annonçait que la charge du collier n'était pas active. Sans comprendre pourquoi cette annonce était faite comme ça, sans raison apparente, il jeta un regard vers Alex, sévère.

" T'as essayé d'utiliser ton pouvoir ? Pourquoi ? T'es suicidaire ?! Mais c'est pas grave. T'es en en vie, hein. Ton sacrifice aurait été inutile. " lança-t-il froidement à son ex-camarade en faisant référence aux commentaires du télépathes quelques secondes plus tôt au sujet de Jolène.

Cette fois il lui en voulait en plus d'avoir voulu jouer les héros sans nécessité. Son "sacrifice" n'aurait rimé à rien. Egoïstement, le garçon se dit que le pire aurait été qu'il s'en serait voulu qu'Alex se tue en mission alors qu'il lui avait demandé de les accompagner. Il aurait bêtement culpabilisé pour cet idiot. Il en voulait à ses deux amis. Il se sentait trahi par eux. La confiance s'était envolée...

March se saisit d'une télécommande et Kalalli se prépara comme il le pouvait à un nouveau danger. Mais il n'y en avait pas. Du moins en apparence. Un mur coulissa telle une porte et une pile de cadavres féminins nus tombèrent en partie dans leur salle. Un pincement à la poitrine en voyant tous ces cadavres qui lui rappelaient affreusement Génosha lors d'harumaggedon, l'inuit remarqua soudainement qu'une des filles bougeait encore ! Elle semblait en état de choc et étrangement, elle avait les cheveux bleus rappelant Shoji de l'académie.

Sans réfléchir à un éventuel danger, il s'approcha rapidement de la jeune fille en boitant et essaya malgré ses blessures, de lui sourire de façon réconfortante :

" C'est fini, on va te sortir de là maintenant. Viens. "

Il lui tendit la main pour l'aider à se sortir du tas de mort. La pauvre était couverte de sang et tremblait comme lui...
InvitéInvité
Jeu 29 Sep - 15:25
Son cœur battait la chamade, il ce préparait à voir ce qu’il y’avait de l’autre coté quand soudain… rien rien ne ce passa, la femme fut toucher par Jolène et elle alla rejoindre le pays des fraises Tagadas alors que lui était toujours vivant. C’était fou il rouvrit les yeux terrifié son esprit ne sachant ou ce poser.

March l’ouvrit pour expliquer la macabre farce, il n’y avait pas de charge, il était libre de leurs mouvements depuis le début. Alexander lâcha un simple « Non… » alors que des images lui arrivait dans la tête, celle d’un nain qu’il étranglait de ses mains. Puis Kalalli rajouta le clou et quand il réutilisa ses mots, le souvenir de ses paroles lui revenir en tête. Alexander ne savait plus ce qu’il faisait.

Il ce recroquevilla lentement pour ce mettre en boule, alors que des hoquets de sanglot le prenait, il commençait à bafouiller, à trembler de froid, de fatigue, de peur. Il était à bout il n’écoutait plus, on pouvait l’entendre dire la voix cassé par les larmes, dans des murmures.

« Je voulais pas… je voulais pas… j’aurai pas du être ici… je voulais pas… je voulais pas… »

Alors que March continuait à agonisé il usa d’une télécommande qui permis à celui-ci de faire apparaître un macabre contenue, qu’Alexander ne remarqua pas, trop engouffré dans sa douleur.
Continuant à murmurés des « je voulais pas » en boucle, jusqu’à ce que Kalalli eu dit à la jeune fille au cheveux bleu que c’était fini. A partir de ce moment la les murmures ce tut et Alexander arrêta de trembler.

Il releva la tête ses yeux était entièrement noir, son visage redevenu terrifiant. Sa voix glaçante ce lança dans les airs, elle n’avait à nouveau plus rien à voir avec la voix sanglotante et perdu des quelques minutes d’avant. Il ce leva en lançant de façon très audible cette fois.

« Non! Ce n’est pas fini! Ce ne sera jamais fini… »

Avançant vers le lit de l’ami le télépathe baissa la tête vers celui-ci, puis reposa son sombre regard sur Kalalli.

« Il y’aura toujours des types comme lui, tu sais pourquoi ? Parce que il y’aura toujours les mêmes pensée… et tu peu me croire, vue toute les choses qu’il à pu voir, y’a de quoi devenir fou… »


Le télépathe regarda March avant de lui demander des plus simplement qui soit, en posant une main sur le front de celui-ci de façon presque douce, comme on ferai pour veiller un père malade. »

« Vous qui avez arrachez l’humanité dans ce corps, montrez moi les signes, terminer ce que vous avez commencer de vos propres pensés… nul besoin de mot avec moi… »

**Préparez vous à l’ultime voyage, je vais récupérer vos derniers songes et si il est vrai que l’on vois sa vie défilé quand on meurs… alors je vous connaitrais mieux que quiconque. **

Le télépathe lisait les pensées de March, tout ce qui lui passerai pas la tête il le récupérerai, de la à savoir si il ferait par de tout au autre c’était moins sur. Il y’aurait certainement des horreurs que le télépathe ne revelera jamais. Mais avoir la vision de March en plus de la fille au cheveux bleu ne ferait que plus de confirmation. Puis le monstre nouvellement libérer voulait mené celui qui lui avait ouvert la porte vers le dernier royaume.
InvitéInvité
Ven 30 Sep - 11:39
Alex vint se coller contre la jambe de la géante, surement pour l'empêcher d'esquiver son coup. Kal' en profita pour s'écarter rapidement de son agresseur. Tant mieux, il n'avait rien. Jolène réussit à envoyer ses spasmes dans la géante qui s'écroula rapidement au sol, l'écossaise était soulagée. Il n'avait rien eu.

"Ca va?"

Elle fit quelques pas en direction du jeune garçon, pour s'assurer qu'il aille bien. Enfin...mieux que ses bleus le laissaient paraitre. Elle se retourna en entendant le rire dément de March. La charge n'était pas active...elle aurait pu porter le collier sans danger...Elle n'aurait pas dû discuter avec la fille...Le sourire morbide de la jeune fille lui revint en mémoire. De légers tremblements commencèrent à la parcourir. Mais elle devait se ressaisir, elle n'avait pas le choix.

Kalalli commença à s'énerver contre le télépathe, elle ne comprenait pas pourquoi. Oui, sa mort aurait été inutile et malvenue, mais on ne pouvait pas reprocher à quelqu'un de mourir pour ses idées...non? Ce n'était pas l'inuit qu'elle avait en face d'elle. Kal' n'était pas comme ça, il était gentil et doux.

"Qu'est-ce qu'il te prend?"

Il s'était passé quoi de leur côté pour qu'ils changent de cette manière? Elle déglutit. Il ne restait plus qu'à faire parler March. Parce qu'elle savait que la fin était proche, elle sentit ses barrières se fendre peu à peu. Elle était trop fatiguée. Plus que quelques minutes...plus qu'une éternité en somme. Et puis March se saisit d'une télécommande. Et un débarra s'ouvrit, laissant s'échapper un flot de corps morts dans la pièce. Pourquoi leurs bras se tendaient vers elle? Pourquoi portaient-ils se sourire cruel? Elle recula violemment contre le mur de terreur, au bord des larmes. Les mortes ne bougeaient pas, elles n'avaient jamais bougé. Qu'est-ce qui lui prenait? Son souffle s’accéléra. Qu'est-ce qu'il se passait? La peur ne partait plus cette fois. Un corps vivant se releva. Jolène ne voulait pas la toucher, elle ne voulait pas la voir. Ni même reconnaître son existence. Elle regarda plutôt Alex, qui s'était recroquevillé. Lui aussi il lui semblait mort. Elle regarda les autres dans la pièce, tous les autres. Finis...ils étaient tous finis...tous condamnés. Ils n'étaient plus que des cadavres qui bougeaient comme des marionnettes.

Elle resta collée au mur, le visage pâle, le souffle haletant. Alex s'avança vers March et lui posa la main sur le front. Il redevenait effrayant. Il aurait pu le redevenir mais il y avait ces cadavres...Elle s'élança en direction du lit, de l'autre côté que celui où Alex se trouvait.

"A qui sont ces cadavres?"

Elle se retourna un court instant pour les regarder. Ils souriaient à nouveau. Ils lui en voulaient de ne pas avoir agit avant...ils voulaient lui faire payer.

"Tous les noms..."

La peur commençait à détruire minutieusement sa carapace, de telle manière que pouvait commencer à se faire entendre dans sa voix.

"La fille d'Etta, où est-elle?"

Elle s'était accrochée au col de l'Ami, pendant un court instant, elle avait craint de voir la géante apparaître par l'ascenseur. Mais elle était couverte de son sang, les morts ne se relèvent pas...n'est-ce pas?
Une autre image, lui revint à l'esprit, qui réveilla une vieille peur enfouie.

"Van Damme! C'est quoi son lien avec cette histoire?"

Elle criait presque. Ses mains s'approchaient inconsciemment du cou de l'homme. Elle ne voulait pas qu'il revienne comme Van Damme. Elle voulait être sûr qu'il meurt pour de bon. Elle ne voulait plus de morts-vivants, plus de robots.

"Répondez!"

Ses mains commencèrent à se crisper sur la base du cou de l'homme, au même moment que le reste de son corps. Elle était parcourue de spasmes. Il fallait qu'elle tienne bon. Qu'elle tienne...Elle s'écroula sur le sol à côté du lit. En pleurs. Non...Non.

"Non!"

Une dernière vague d'énergie, de haine, de folie la fit se redresser sur son bras. Pas encore. Son autre main alla se poser sur le corps de l'homme, près de son coeur.

"Vous ne mourrez pas!"

Elle ne voulait plus...plus de mort, plus de peur. Les larmes avaient laissé des sillons dans le sang qui recouvrait une partie de son visage. Elle regarda l'homme dans les yeux, une folle détermination dans le regard.

"Jamais..."

Il ne devait pas s'en tirer comme ça, non, surtout pas. Pas aussi facilement que la morts. Deux autres avaient eu la chance de ce traitement avec elle...deux, pas trois...elle ferait mentir le proverbe. Que son coeur défaille, que son souffle s'arrête, elle les relancerait, s'occupant de la communication nerveuse. Elle donnerait les ordres pour que ça reparte. Tout n'était qu'une question de nerfs de toute façon...Il le fallait. Il devait rester en vie?
FortuneSans étiquette
Mar 4 Oct - 23:21
avatar
Sans étiquette
Voir le profil de l'utilisateur
La fille était en état de choc, elle tremblait et se jeta dans les bras de Kalalli, peut-être pour trouver le contact avec un corps encore chaud, signe qu'elle était encore en vie, contrairement à ses compagnes d'infortune.

Alexander, lui, tenta de lire dans les pensées de March... Mais l'homme était déjà bien avancé sur le chemin qui menait à l'au-delà... Il ne vit pas grand chose. Une seule et unique image en fait.


Quant au flot de questions de Jolène, March éclata dans un dernier rire sinistre.

"Mortes, mortes... Elles sont toutes mortes. Je ne regrette rien. J'accomplis SA volonté..."

Il respirait de plus en plus difficilement, ses yeux venaient de se fermer. Alexander put voir une autre image.


March hoqueta du sang.

"La fille... La fille peut témoigner... Van Damme... n'avait rien compris... Il s'est pris pour Dieu... SA volonté est la mienne... Dieu est mon chauffeur..."

Et il mourut.

*
**

Même si March était mort et ses gardes neutralisés ou en fuite, il n'y avait pas une minute à perdre. Les lieux seraient bientôt blindés de flics et il n'y avait guère d'intérêt à les attendre.

En redescendant dans la salle principale (désertée par les clients), les mutants purent trouver un vestiaire et récupérer des manteaux pour se couvrir. En faisant rapidement les poches, ils purent également glaner un peu d'argent. Pour le reste... Ils devraient se débrouiller !

*
**

Quelques instants plus tard, ils avaient mis un peu de distance entre le club sordide de March et leur localisation. Ils se trouvaient maintenant dans une ruelle sombre, entendant au loin les sirènes de voitures de police un peu trop en retard pour pouvoir faire quelque chose d'utile.

La fille aux cheveux bleus tremblait dans son manteau. Elle leva des yeux tristes et perdus vers les mutants et lança :

"Je... C'est fini ? Je suis libre... Je... Merci"

Puis avalant péniblement sa salive, elle ajouta en larmes :

"Je... Je veux oublier"

[Et c'est ainsi que s'achève votre mission ! En espérant que vous avez pris autant de plaisir (les joueurs, pas les PJ ^^) à y jouer que moi à la masteriser ! Votre participation a été exemplaire et le RP impeccable ! Bravo ! Vous pouvez ajouter 3 points, chacun, à votre barème, points amplement mérités ^^ Pour le reste, vous pouvez poster une dernière fois, suite à quoi je bouclerai le mode jeu]
Kalalli RenandInstitut : X-Men
Jeu 6 Oct - 20:27
avatar
Institut : X-Men
Voir le profil de l'utilisateur
Kalalli accueillit avec surprise la jeune fille aux cheveux bleus au creux de ses bras. Il frémit au contact à cause des hématomes qui recouvraient son torse, mais l'enlaça doucement. En cet instant, c'était tout ce dont il avait réellement besoin. Un peu de tendresse. Se perdre contre quelqu'un. Effacer toutes les sévices d'un coup de gomme d'affection et de caresses douces et aimantes. Oublier. La pression était retombée par ce simple geste spontané d'espoir symbolisant la fin du cauchemar. Des larmes se remirent à couler abondamment sur les joues de l'inuit. Il serra un peu plus fort la jeune fille, collant la moitié de son visage contre sa tempe.

Epuisé tant physiquement que mentalement, une douce chaleur contre son être, Kala n'aurait souhaité en cet instant que pouvoir s'endormir, lové contre Vicky, retrouver la protection des songes qui seraient à partir de maintenant de nouveaux hantés par les visions d'horreurs présentes et passées. Plus rien ne serait jamais pareil. Encore. Comme tant d'autres fois après des évènements aussi terribles que celui-ci. Le garçon effaça rapidement cette pensée et se concentra à nouveau sur la jeune fille dans ses bras, frottant doucement sa joue contre la sienne, en continuant de pleurer en silence malgré quelques hoquets retenus. Il s'apaisait lentement afin d'atteindre une tranquillité toute relative face à cet enfer. Jolène ne comprenait pas pourquoi Kalalli s'était montré méchant envers Alex. Sans aucun détour, il détacha son visage de celui de Vicky et dit la vérité :

" Il a accepté de te sacrifier sans ciller... Je voulais te protéger, mais... mais... mais j'ai rien pu faire... Et toi... Tu m'as pas protégé. J'ai failli... mourir à cause de toi... quand tu t'es... mise en travers de ma visée... " tenta-t-il d'articuler malgré les sanglots qui reprenaient de plus belle.

C'étaient les faits. Il se moquait éperdument des conséquences de ses paroles. Il les détestait. Il les détestait tous les deux.

Alexander s'était mit à pleurer soudainement sans raison, par terre. Il était devenu malade ? L'instant d'après, il était debout de nouveau, tout à fait serein, mais avec un regard sombre et fou. Du pessimisme était la dernière chose que l'illusionniste avait besoin d'entendre. Il savait que c'était pourtant la vérité. Mais ce n'était pas important. Il préférait qu'on lui mente. Il préférait qu'on lui dise que le monde était beau et que tout était terminé. Que les carnages disparaitraient avec March. Qu'un soleil lumineux à la douce chaleur les attendait à présent, loin de toute violence et brusquerie. Tout ce dont il avait besoin, c'était d'un cocon. Se sentir en sécurité, protégé par il ne savait qui ou quoi.

March était en train de partir. Sa fin était bien trop douce. Il était finalement assez chanceux. Et Jolène s'acharnait à vouloir le ramener ? Un regard mauvais, il observa son ex amie faire, priant secrètement pour qu'elle ne parvienne pas à le réveiller. La justice ne ferait encore rien. Il serait libéré et il reprendrait ses activités. C'était vraiment ce qu'elle voulait ? Elle aussi était devenue aussi dingue qu'Alexander ? En cet instant, il détestait ses camarades autant que les Amis. Ils se moquaient tous des conséquences de leurs actes. Ils se moquaient des autres vies humaines. La seule chose qui les intéressait, c'était eux, et eux seuls.

Mais les prières de l'inuit semblaient avoir fonctionné. L'Ami venait de périr. Il ne restait qu'à fuir rapidement. Le groupe redescendit au rez de chaussé en hâte et trouva de quoi se couvrir dans les vestiaires grâce à des manteaux. Ils quittèrent ensuite les lieux, mettant autant de distance que possible avec ce bâtiment qui resterait gravé dans son esprit. Arrivant finalement dans une ruelle, tout le monde s'arrêta. Vicky les remerciait, en larmes. Elle tremblait comme une feuille. Lui aussi. Naturellement, Kalalli la prit doucement dans ses bras sans rien répondre. Les mots n'étaient plus suffisant à quoique ce soit.
InvitéInvité
Jeu 6 Oct - 21:26
Alors que l’homme qui était encore pour un temps marche vivant ses derniers instants, le télépathe vue un endroit. Le désert, un désert de sable à l’apparence rouge, dont un lieu tailler dans une pierre toute aussi rouge semblait enfermer quelques choses d’important. Mais quoi ? Qu’Est-ce qu’il y’avait à l’intérieur ?

Jolène posais ses question, il n’avait pas entendu celle à son encontre de toute façon il s’en foutait. March poussa un dernier rire, le télépathe tendit la main vers Jolène pour lui saisi le poignet ce n’était pas vraiment pour l’empechez de faire ce qu’elle voulait, c’était pour lui transmettre les images. Le terrifiant regard et visage du télépathe était tourner vers elle, comme puis il lui dit autant télépathiquement que vocalement.

« Souvient toi de ça! »

Alexander avait pourtant pour habitude d’utilisez son pouvoir de façon douce envers les membres de l’institut. Mais la l’information ainsi que le message était envoyez violement comme pour la gravez dans la tête de la jeune femme. À croire que le télépathe n’allait pas s’en souvenir plus tard.

Le désert et ce qui ressemblait au dit commandement, le télépathe sembla avoir du mal à respirer, il tremblait, comme si il était en train de mourir, comme ci il suivait March vers la fin de sa vie, lançant en même temps que le mourrant.

« La fille... La fille peut témoigner... Van Damme... n'avait rien compris... Il s'est pris pour Dieu... SA volonté est la mienne... Dieu est mon chauffeur... »


Puis March mourut à cette instant le télépathe fut pris d’un spasme, lâchant Jolène et enlevant sa main de March, il recula d’un pas et ses jambes ne le tenait plus. Il chuta en arrière, sa tête heurta le sol.
Les lèvres du télépathe laissèrent échappé un murmure, une phrase qui appartenait ce coup ci à Alexander ou du moins il pouvait le semblez.

« Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. »

Un spasme repris le télépathe qui ce contracta un instant, alors que son visage reprenait une couleur normal, ainsi que ses yeux, quand cela fut fait, Alexander ce jeta sur le coté ce contractant comme si il voulait vomir. Mais rien ni fit, rien ne sortie.

C’est totalement amorphe qu’Alexander suivit le groupe, perdu il reproduisait les actions des autres, son esprit ? Vide et pourtant submerger de pensés et pas uniquement les siennes, mais il ne cherchait même pas à savoir à qui était qui.

Arrivez dans la ruelle il ce posa contre un mur et ce laissa glissé sur le sol, toujours livides, il avait l’air d’un enfant battu que l’on aurait jeté à la rue. Il ne disait rien et ne semblait ne rien voir non plus.
La jeune femme qu’ils avaient récupéré voulait oublié, Alexander ouvrit la bouche mais c’était imperceptible.

«moi aussi… »
InvitéInvité
Sam 8 Oct - 14:47
"Ta gueule."

Sombre, Jolène se retint pour ne pas gifler l'inuit. Il aurait préféré tuer les deux géantes? Qu'elle assiste sans rien dire à une nouvelle mort? En fait, elle s'en foutait qu'Alex ai voulu la sacrifier. Si il l'avait fallu, elle l'aurait fait elle aussi.

***

"Non! Elles ne sont pas mortes!"

Ce fut la seule chose que Jolène put crier, hurler en entendant la réponse de March. De désespoir, de haine, parce qu'elle savait très bien qu'ils ne pouvaient rien et qu'ils n'auraient rien pu de plus. Et ça, elle ne l'acceptait pas. C'était impossible de s'y résoudre. Alors, elle croyait que ses hurlements changeraient quelque chose.
Une main se posa brusquement sur son poignet, l'écossaise releva la tête pour voir le regard dur d'Alex posé sur elle avant d'entendre ses deux voix se mélanger dans sa tête pour proférer le même message. Deux images vinrent se graver dans son esprit avec une violente netteté. Une grotte dans un désert. Des tablettes en pierre gravées. Elle trembla en recevant le funeste cadeau.

Et puis March mourut.

Non, non, pas encore. Pas encore un qui mourrait entre ses doigts et qui échapperait à la justice. Sa justice. Elle ne voulait pas lui laisser cette chance...Elle voulait qu'il paye, qu'il souffre, qu'il implore la mort. Pas qu'il y échappe comme de la fumée glisse entre les doigts. Elle s'agrippa désespérément à son col, cherchant des yeux elle ne savait trop quoi...Une putain d'âme à lui remettre dans le corps, un substitut, n'importe quoi. Mais il n'y avait rien.

"NON, NON, NON!"

Elle secoua l'homme, lui appuya sur la poitrine, le spasma. Comme si ça allait marcher...Parce que de toute façon, il n'y avait plus rien d'autre à faire pour l'écossaise, plus rien.

"Et merde..."

Elle se releva brusquement, se rappelant pour la première fois de sa présente nudité. Elle se cacha comme elle put, pour ne plus y penser. Pour oublier cet échec foudroyant. Elle avançait, mécanique hiératique, car il fallait continuer, mettre un pied devant l'autre. Même si on ne savait plus trop pourquoi. Fuir, partir.

Ils trouvèrent des manteaux en bas et de l'argent. Jolène l'enfila comme on enfilerait un robe de chambre pendant un hivers glacial et mordant. Comme une bouée de sauvetage. Elle enserra son corps, au bord du précipice. Elle ne comptait que sur elle pour tenir. Alex était comme elle. Et Kal'...Kal' elle ne voulait pas y penser. C'est à ce moment là que sa solitude lui apparu dans sa plus belle inhumanité. Il avait gagné...jusqu'au bout. Les larmes coulèrent discrètement, sans que plus rien ne les arrête.

Ils s'arrêtèrent dans une ruelle. Ils étaient maintenant étrangers à cette ville. Ils en avait trop vu. Ils en avaient trop fait. Jolène se blottit contre un mur, espérant sans doute que des bras allaient en sortir pour l'emmener...ailleurs ou qu'il se transformerait en coton pour l'envelopper et la protéger. Mais rien ne se passa. Elle le savait, mais elle avait espéré. En vain. Elle regarda successivement les trois ombres qui étaient avec elle...et elle savait, et cela lui faisait mal,qu'en ce temps, en ce lieu, elle aussi n'était plus que cela. Mais elle voulait garder son identité, sa volonté. C'était sans doute la dernière chose qui lui restait après cette journée.

"Non...jamais...non..."

Elle n'oublierait pas. Il ne lui donnerait pas la dernière victoire qu'il pourrait avoir. C'était la seule chose qu'elle pourrait faire contre lui maintenant. Et c'était peu.
Contenu sponsorisé
 

[Mission Institut] Los Angeles - Dans la chaleur de la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AX-Factions :: L'Amérique du Nord :: Les États-Unis d'Amérique-
Sauter vers: